1. En terminale pro CSR en 2014, que sont devenus Charlotte, Baptiste, Doriane, et les autres ?
Témoignage

En terminale pro CSR en 2014, que sont devenus Charlotte, Baptiste, Doriane, et les autres ?

Envoyer cet article à un ami
Les élèves de terminale pro CSR du lycée hôtelier Saint-Quentin-en-Yvelines, à Guyancourt (78) // © Photo fournie par les témoins
Les élèves de terminale pro CSR du lycée hôtelier Saint-Quentin-en-Yvelines, à Guyancourt (78) // © Photo fournie par les témoins

Charlotte, Baptiste, Manon, Doriane, Matthieu et Charlotte ont décroché leur bac professionnel "commercialisation et services en restauration", en 2014, au lycée hôtelier de Saint-Quentin-en-Yvelines (78). Si pour certains, le secteur était une évidence, pour d’autres, le parcours a été plus sinueux… Quatre ans plus tard, que sont-ils devenus ?

L’Etudiant est allé à la rencontre des élèves de terminale "commercialisation et services en restauration", année 2013–2014, du lycée hôtelier de Saint-Quentin-en-Yvelines (78). Charlotte, Baptiste, Manon, Doriane, Matthieu et Charlotte ont opté pour une formation pratique, entremêlée de stages, après avoir découvert le secteur plus ou moins par hasard. Les deux Charlotte ont cherché dans leur entourage. Aujourd’hui, l’une poursuit ses études en master, l’autre a décroché un poste dans un restaurant gastronomique bordelais. Cette dernière, comme Manon et Matthieu, sur le marché du travail eux aussi, a teinté son parcours d’une dimension internationale.

Baptiste se savait destiné à la cuisine depuis tout petit. S’il travaille aujourd’hui dans un palace aux côtés des plus grands chefs, il aime remettre sa pratique en question et s’apprête à participer à un challenge national. Enfin Doriane, qui s’est passionnée pour la réception, travaille dans un groupe prestigieux, au cœur d’un véritable carrefour…

1. Charlotte, 22 ans, en master à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Charlotte, terminale pro CSR, lycée hôtelier Saint-Quentin-en-Yvelines à Guyancourt, QSID 433 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’elle voulait faire ? Un métier relationnel. "Je voulais exercer un métier de contact client. J’ai découvert l’hôtellerie-restauration grâce au père d’une amie. J’ai intégré une seconde techno hôtellerie, mais je me suis pris 'un mur'. Alors, j’ai rejoint un lycée professionnel."
Ce qu’elle fait aujourd’hui ? Un master en alternance. "Avec une moyenne convenable au bac, je me suis inscrite en mention complémentaire accueil réception, à Saint-Quentin, puis en BTS [brevet de technicien supérieur] responsable d’hébergement [l’actuel BTS management en hôtellerie-restauration option C management d’unité d’hébergement (MHR)]. J’ai poursuivi en licence pro management du tourisme et de l’hôtellerie internationale à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, en alternance à l’hôtel Renaissance, à Rueil-Malmaison (92). Je suis en M1 management et communication des organisations, pour devenir responsable commerciale événementiel. En apprentissage, je travaille au Paris Country Club, à Rueil-Malmaison."
Et si c’était à refaire ? "Je ne changerais rien !"

2. Baptiste, 22 ans, demi-chef de partie, à Paris (75)

Baptiste, terminale pro CSR, lycée hôtelier Saint-Quentin-en-Yvelines à Guyancourt, QSID 433 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’il voulait faire ? De la cuisine ! "Enfant, je voulais faire de la cuisine. Je me suis très tôt mis derrière les fourneaux pour préparer macarons, tarte aux citrons, etc. Je rêvais aussi d’avoir un camion pizza et de sillonner le monde ! Après la première, j’ai suivi mon père en Inde. Là-bas, j’ai passé un CAP [certificat d’aptitude professionnelle] de pâtisserie en un an. Quand je suis revenu en France, j’ai repris ma terminale et j’ai rejoint la classe de Charlotte et les autres."
Ce qu’il fait aujourd’hui ? Travaille dans un palace. "Diplômé, j’ai choisi une mention complémentaire cuisinier en desserts de restaurant, au lycée hôtelier. Encouragé par un professeur, j’ai concouru au Championnat de France du dessert et décroché la première place. Un vrai plus sur mon CV car je me suis fait embaucher par un restaurant gastronomique pendant huit mois, avant de rejoindre le Plaza Athénée, comme commis, en juin 2016. Un an après, je suis passé demi-chef de partie. Je prépare à nouveau un Championnat dans la catégorie 'professionnels'. J’évalue ma pratique et étoffe mon réseau !"
Et si c’était à refaire ? "Je referais mon parcours à l’identique !"

Lire aussi : Tout savoir sur les métiers de l'hôtellerie-restauration

3. Manon, 22 ans, gouvernante polyvalente, à Paris

Manon, terminale pro CSR, lycée hôtelier Saint-Quentin-en-Yvelines à Guyancourt, QSID 433 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’elle voulait faire ? Peu d’idée… "J’ai fait mon stage de troisième en cuisine… par défaut. Cela ne m’a pas plu. Je voulais devenir ostéopathe… Bref, j’étais un peu perdue ! Sur des salons, j’ai répondu à quelques questionnaires pour savoir quel secteur m’irait, et celui de l’hôtellerie-restauration est ressorti ! En bac professionnel, je me suis intéressée au service, et après le bac, j’ai choisi un BTS [brevet de technicien supérieur] hôtellerie-restauration, option mercatique et gestion hôtelière [l’actuel BTS management en hôtellerie-restauration option A management d’unité de restauration (MHR)] dans le même lycée."
Ce qu’elle fait aujourd’hui ? Gouvernante. "Pendant la formation, je suis partie quatre mois à Malte travailler dans un hôtel cinq étoiles. J’ai pu améliorer mon anglais. Ensuite, j’ai intégré la licence pro en management du tourisme et de l’hôtellerie internationale de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, en alternance, à l’hôtel Georges dans le IXe arrondissement de Paris. J’ai découvert le métier de réceptionniste, et cela m’a vraiment emballé. Aujourd’hui, je suis gouvernante polyvalente dans ce même établissement, en CDI."
Et si c’était à refaire ? "Je suis contente d’avoir suivi ce parcours."

4. Matthieu, 23 ans, chef barman, à Levallois-Perret (92)

Matthieu, terminale pro CSR, lycée hôtelier Saint-Quentin-en-Yvelines à Guyancourt, QSID 433 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’il voulait faire ? Travailler ! "Au collège, j’ai multiplié les stages dans l’hôtellerie-restauration grâce à un parcours aménagé en quatrième, puis en troisième. Le bac pro était une évidence. J’ai poursuivi en mention complémentaire barman au lycée hôtelier. Pendant la formation, j’ai cumulé six mois de stage au Meurice, le palace parisien."
Ce qu’il fait aujourd’hui ? Chef barman. "Je suis ensuite parti en Turquie, dans le cadre du programme Erasmus. J’avais envie de voyager. Pendant six mois, j’ai travaillé à l’hôtel Renaissance d’Istanbul. À mon retour, j’ai amélioré mon anglais et bouclé un rapport de stage. Puis, par l’intermédiaire d’un ami, j’ai décroché un job au Polpo, à Levallois-Perret. Une brasserie péniche en bord de Seine où je suis resté un an et demi. J’ai ensuite été embauché par la brasserie Auteuil, dans le XVIe arrondissement de Paris, avant de revenir au Polpo en mai dernier. Aujourd’hui, je suis chef barman. Au quotidien, je crée des cocktails, les prépare, assure la logistique, les commandes, réceptionne les livraisons… Je travaille soit en journée, soit de nuit."
Et si c’était à refaire ? "Je suis satisfait de mon parcours. Mais peut-être que je ne partirais pas à l’étranger et que j’accepterais l’offre d’emploi que m’avait proposée l’hôtel Meurice après mes stages…"

Lire aussi : L'hôtellerie-restauration, des métiers à la carte

5. Charlotte, 21 ans, chef de rang dans un restaurant gastronomique, à Bordeaux (33)

Charlotte, terminale pro CSR, lycée hôtelier Saint-Quentin-en-Yvelines à Guyancourt, QSID 433 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’elle voulait faire ? Journaliste. "Plus jeune, je voulais être journaliste. J’ai fait un stage en troisième dans un journal, en Alsace. Cela ne m’a pas plu. J’ai fait un second stage dans le restaurant de ma tante à Dijon. Tout m’a séduit : la relation client, l’esprit d’équipe…"
Ce qu’elle fait aujourd’hui ? Chef de rang. "Après le bac, j’ai opté pour un BTS [brevet de technicien supérieur] art culinaire, art de la table et du service [l’actuel BTS management en hôtellerie restauration option B management d’unité de production culinaire (MHR)] à l’École Ferrandi, à Jouy-en-Josas (78). En alternance dans un hôtel deux étoiles, j’y ai découvert le rythme de travail et j’en ai appris davantage sur le métier et sur l’organisation et la gestion. Puis, je suis partie en Suède dans le cadre d’Erasmus. Pendant deux mois, j’ai étudié au lycée hôtelier de Göteborg, puis j’ai fait un stage de quatre mois dans un hôtel spa restaurant. Cette expérience m’a tellement plu qu’après ma soutenance en anglais, je suis partie travailler plus d’un an dans ce pays ! Revenue en mai, je suis chef de rang dans un restaurant gastronomique à Bordeaux."
Et si c’était à refaire ? "Je ne changerais rien."

6. Doriane, 22 ans, réceptionniste, à Roissy (95).

Doriane, terminale pro CSR, lycée hôtelier Saint-Quentin-en-Yvelines à Guyancourt, QSID 433 // © Photo fournie par le témoin

Ce qu’il voulait faire ? Un peu flou… "Plus jeune, je n’avais aucune idée de ce que je ferais plus tard. En troisième, je me suis décidée pour les métiers du service et notamment de la réception. Après avoir fait pas mal de recherches et de portes ouvertes d’écoles, j’ai rejoint le lycée hôtelier de Saint-Quentin-en-Yvelines pour y décrocher un bac pro, la base pour accéder à une formation plus spécialisée."
Ce qu’il fait aujourd’hui ? Réceptionniste. "Puis, j’ai poursuivi en mention complémentaire accueil réception, dans le même établissement, mais en alternance à l’hôtel Campanile de Taverny (95). Diplômée, j’ai décidé de poursuivre en BTS [brevet de technicien supérieur] tourisme, toujours au lycée hôtelier. Aujourd’hui, je suis réceptionniste à l’hôtel Pullman Roissy CDG Airport. En travaillant dans un aéroport, j’apprends beaucoup : il y a mille situations possibles, des profils de clients très différents et je pratique les langues étrangères au quotidien."
Et si c’était à refaire ? "Je ne changerais rien ! Aujourd’hui, je fais le travail que j’aime dans l’un des plus grands groupes du monde !"