Agnès Pannier-Runacher : "Les filles ne doivent pas se fermer les portes des formations et carrières scientifiques"

Par Etienne Gless, publié le 05 Mars 2020

VIDEO. Dans une interview exclusive pour L'Etudiant, Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie livre son diagnostic sur la faible part de femmes dans les formations et carrières scientifiques, techniques ou numériques. Et lance un appel aux filles à ne pas se fermer les portes des formations en sciences, sciences de l'ingénieur ou dans le numérique au moment de leurs choix d'orientation.

Constatez-vous que moins de femmes embrassent des carrières dans le domaine des sciences, des technologies ou du numérique ?

Le constat que je fais dans l’industrie c’est qu’il n’y a pas de progression des femmes dans les carrières scientifiques. Et dans le numérique on constate une représentation extrêmement faible des femmes. Parce que tout au long de l’enfance puis de la scolarisation, un certain nombre de préjugés et de réflexes en direction des jeunes filles font qu’elles ne se sentent pas légitimes pour aller dans des carrières liées aux sciences dures.

Alors qu’elles sont plus de la moitié en première année de médecine (qui est une formation extrêmement sélective et difficile), on a peu de jeunes filles en classes préparatoires scientifiques, dans les formations en informatique ou dans les formations de maths, physique et chimie à l’université. Mais dès qu’on se rapproche des sciences du vivant, on les retrouve.

Les filles s’autocensurent-elles plus que les garçons dans leurs choix d’orientation ?

Oui, les filles s’autocensurent. Et les parents, en croyant bien faire, renforcent cette attitude en demandant par exemple : "Mais tu es sûre que ça va aller ?" Fondamentalement, on a un problème de préjugés très ancrés, très culturels sur l’accès des filles aux carrières scientifiques et technologiques. Tout l’enjeu est de lever ces freins que l'on retrouve parfois chez les professeurs principaux, chez les conseillers d’orientation, chez les proviseurs, chez les parents et chez les jeunes filles elles-mêmes : il est convenu qu’un ingénieur, c’est plutôt un garçon.

Et c’est redoutable ! Primo, car les filles ont en moyenne de meilleures notes, sont plus assidues et régulières que les garçons. On ne devrait donc pas avoir une sous-représentation des filles dans ces parcours. Deuxio, car les carrières scientifiques amènent à des métiers qui sont mieux valorisés sur le plan social et de la rémunération. Troisièmement on se prive de la moitié du vivier et on perd en compétitivité car on n’a pas accès à la moitié des talents.

Lire aussi

Quels sont les dangers de se priver des femmes dans les formations et les métiers du numérique ?

Dans le numérique, 90% des algorithmes sont écrits par des hommes. Cela a un impact que vous ne percevez pas puisqu’un algorithme, vous n’y avez pas accès. Dans le monde réel, beaucoup de choses sont faites pour des gabarits de 70 kilos et de plus d’1m70, qui n’est pas le gabarit naturel d’une femme. Cette situation où le monde a plus été construit pour les hommes que les femmes existait déjà mais au moins elle était perceptible. Avec l’intelligence artificielle, c’est caché. Il existe un risque de construire un monde qui corresponde à ce que les gens qui codent connaissent eux-mêmes et qui ne sera pas adapté aux femmes.

Quels conseils donnez-vous aux jeunes filles pour oser des formations et carrières scientifiques ?

D'abord, quelle que soit votre formation apprenez à coder ! Même si vous allez sur des études littéraires : savoir coder, comprendre comment fonctionne un algorithme, c’est s’approprier le monde autour de soi. Ensuite, si vous êtes attirée par les sciences du vivant, obligez-vous à regarder les carrières dans les sciences dures : car quand on est bon dans les sciences du vivant, on est en réalité bon dans les sciences dures. Elles font appel aux mêmes types de compétences. Souvent on se représente l’informatique et les formations d’ingénieur comme quelque chose de froid, qui apporte peu de sens à la façon dont fonctionne le monde.

Or, c’est avec ces formations-là que vous pouvez contribuer fortement à la transition écologique ou énergétique. Allez aussi rencontrer des jeunes femmes qui font ces carrières d’ingénieuses de techniciennes et qui sont passées par ces formations devant lesquelles vous hésitez. Enfin, ne vous fermez pas de portes : soyez attentives aux options que vous prenez. Quand on s’intéresse de manière générale aux sciences, à la médecine ou au champ vétérinaire, les sciences de l’ingénieur, franchement, ça se regarde et ça mérite d’être pris comme option !

Lire aussi

Comment encourager les jeunes et les filles en particulier, à faire carrière dans l’industrie ?

Les carrières des femmes dans l’industrie sont méconnues. Pourtant, quand vous interrogez une directrice d’usine, une patronne de recherche et développement, elles ont des étoiles dans les yeux car ce sont des métiers fabuleux. Aujourd’hui, on est dans l’usine du futur, un mode de travail où les technologies numériques sont complètement embarquées, où on invente plein de nouvelles façons de fabriquer. De plus, nous affrontons un énorme enjeu, la transition écologique, et ça se passe dans l’industrie : l’industrie réinvente sa manière de produire et imagine la manière de réduire l’empreinte environnementale de toutes nos activités.

Comment circuler en émettant moins de CO2 ? C’est l’industrie qui met au point les batteries électriques, le moteur hydrogène, etc. Comment construire des bâtiments en limitant l’empreinte carbone ? C’est l’industrie au travers des matériaux ou de la façon de construire qui invente de nouvelles façons de produire. L’industrie est donc un endroit où vous avez beaucoup de perspectives, en France, comme à l’international. Ce secteur recrute de manière massive et vous pouvez apporter votre pierre à tous les changements qu’on est en train de traverser de façon beaucoup plus réelle et concrète que dans plein d’autres domaines.

Articles les plus lus

A la Une Métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !