L'emploi dans les métiers scientifiques au beau fixe

Par Etienne Gless, publié le 01 Octobre 2021
7 min

Ne lâchez pas les matières scientifiques si vous souhaitez trouver un métier facilement et bien rémunéré. Les métiers scientifiques, techniques et informatiques comptent toujours parmi les plus porteurs en termes d’emplois. D'autant que beaucoup de jeunes, doués pour ces matières, boudent les études scientifiques. Recrutement dans les métiers scientifiques et techniques, mode d'emploi.

La Fête de la science (jusqu'au 11 octobre) fête ses 30 ans. L'occasion d'un focus sur des métiers porteurs, variés et synonymes de recrutement pour les jeunes scientifiques, ingénieurs et techniciens tout juste diplômés ou débutants.

"J’ai mis neuf mois à trouver un poste d'ingénieur en infrastructure en CDI chez Thalès mais j'ai fini par être recruté", sourit Edouard, 23 ans, diplômé de l'ESME-Sudria qui a pu choisir l'employeur de ses rêves dans l'aéronautique et le spatial. En 2020, même pour les diplômés bac+5 sortants d’écoles d’ingénieurs ou de masters universitaires scientifiques, l’insertion professionnelle ne fut pas facile !

Lire aussi

La reprise de 2021–2022 porteuse pour l'emploi dans les métiers scientifiques et techniques

"Fin 2020, 60% d’entre eux avaient trouvé un emploi, un taux d’embauche très en deçà de ceux affichés avant la crise", observe Luc Laurentin, responsable des études chez Syntec conseil. Mais avec la forte reprise économique en cours en 2021 et 2022, les étudiants des filières scientifiques et techniques ont de nouveau le vent dans le dos. Les taux d’insertion à six mois pourraient retrouver leur niveau d’avant la crise : 74% pour les diplômés d’un master scientifique et 88% pour les diplômés d’écoles d’ingénieurs.

D'autant que de nombreux métiers scientifiques et techniques sont en pénurie chronique de candidats. Si vous êtes bon en sciences ou en techniques, ne lâchez rien : côté emplois, demain comme aujourd'hui, vous aurez l’embarras du choix !

Conseil et ingénierie : ingénieurs et techniciens spécialisés très demandés

Le secteur de l’ingénierie connaît une belle croissance de + 4,5% par an. Il prévoit de recruter 12.000 personnes par an jusqu’en 2023. Parmi les métiers scientifiques et techniques porteurs, côté ingénieurs, les spécialistes en structures ou en logistique sont par exemple très recherchés. De même le BIM manager, expert en modélisation de projet de construction, est courtisé par les cabinets de conseil d’architectes et les entreprises de construction.

Du côté des techniciens, les experts techniques en fibre, électricité, en géosciences ou encore en hydrologie sont très courtisés par les employeurs. Avec moins de deux candidats par offre d’emploi publiée, ces métiers sont très porteurs et vont le rester. De quoi voir la vie -professionnelle – en rose !

Lire aussi

Industrie et BTP : ingénieurs de production et techniciens très recherchés

L’industrie et le BTP sont très friands de profils scientifiques et techniques. Ces deux secteurs emploient des centaines de milliers d’ingénieurs : 300.000 dans l’industrie et 175.000 dans le BTP. Et certains profils d’ingénieurs comptent parmi le top 30 des métiers en tension dressé par le ministère du Travail.

Mais la situation est encore plus tendue pour les purs métiers techniques : l’industrie et le BTP manquent par exemple de dessinateurs en électricité/électronique, de chaudronniers… Bref si vous optez pour un bac technologique ou la spécialité sciences de l’ingénieur au bac général, votre avenir professionnel dans ce secteur est tout tracé !

Numérique et informatique : un secteur en pénurie chronique de talents

Le secteur du numérique connaît une croissance de 6,5% par an et fait travailler 442.000 salariés. Il prévoit de créer 30.000 emplois par an d’ici 2023 dont 25.000 créations nettes de postes. Mais les recrutements sont difficiles : moins d’un candidat postule à chaque offre d’emploi publiée !

"Nous risquons de ne pas pourvoir au moins 65.000 postes dans les cinq prochaines années", se désole un chargé d’études à l’OPIIEC, l’observatoire de branche. A moins que vous ne décidiez de vous former à ces métiers et de vous orienter dans ce secteur. Les débouchés y sont assurés… et les filles plus que bienvenues ! Le secteur de l’informatique et du numérique a besoin de mixité, il ne compte actuellement que 15% de femmes environ.

Lire aussi

Recherche : le secteur privé recrute plus que le public

La France compte près de 11 chercheurs pour 1.000 actifs ce qui la place au 7e rang mondial. Les établissements publics d’enseignement supérieur et de recherche et les organismes publics de recherche fournissent un tiers des emplois scientifiques de chercheurs.

Mais ce sont les entreprises du secteur privé qui fournissent le plus de postes : près de 2/3 des emplois scientifiques en 2020 s’exercent en entreprise. En entreprise près de 80% des chercheurs sont spécialisés dans deux grandes disciplines : les sciences de l’ingénieur (en particulier l’informatique) et les mathématiques et notamment la conception de logiciel. Ces deux disciplines font, travailler quelque 130.000 chercheurs selon le dernier état de la recherche scientifique en France publié en 2021.

Les salaires des scientifiques et techniciens à la hausse dans le privé

Dans le secteur privé, les jeunes cadres (moins de 30 ans) menant des projets scientifiques et techniques sont rémunérés entre 32.000 € et 48.000 € brut par an, d’après la toute récente enquête de l’Apec publiée en septembre 2021. La rémunération médiane des jeunes scientifiques est de 38.000 € : la moitié d’entre eux gagne moins, l’autre moitié gagne plus.

D’une manière générale, le secteur privé rémunère plus que le public. Un jeune docteur en sciences exactes dans le privé touche un salaire mensuel net médian de 2.500 € en début de carrière. S’il reste dans le secteur public et académique, le même jeune chercheur touchera plutôt 2.200 € net. Mais le secteur public offre aux chercheurs davantage de domaines de recherches possibles.

Rassurez-vous : si vous poussez vos études jusqu’à bac+8 ou plus, vous pourrez toujours choisir votre employeur. A ce niveau d’expertise le marché du travail est mondial !

Articles les plus lus

A la Une Métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !