Portail Trouvermonmaster : vers une plateforme unique de candidature en 2023

Par Amélie Petitdemange, publié le 23 Decembre 2021
4 min

Le ministère de l'Enseignement supérieur veut faire évoluer le portail trouvermonmaster vers une plateforme unique de candidature pour la rentrée 2023, sur le modèle de Parcoursup. Une concertation est lancée dès janvier 2022 pour améliorer le portail et aboutir à cette plateforme unique.

Un vent de changement souffle sur l'entrée en master. Le ministère de l'Enseignement supérieur travaille actuellement, avec les syndicats et associations étudiantes, à modifier le portail trouvermonmaster. Objectif : en faire une plateforme unique de candidature sur le modèle de Parcoursup pour la rentrée 2023. Actuellement, vous devez présenter votre dossier auprès de chaque université, via la plateforme eCandidat.

"L'idée, c'est de reprendre la structure de Parcoursup. Tout ce qui est possible sur Parcoursup devrait l'être sur Trouvermonmaster. Par exemple, demander une césure ou candidater en alternance via une autre procédure afin de postuler également en formation initiale", explique Etienne Matignon, vice-président en charge des Affaires académiques à la Fage (Fédération des associations générales étudiantes), qui fait partie du comité de pilotage de ce projet. Comme sur Parcoursup, vous devrez valider une seule réponse positive tout en ayant la possibilité de garder des vœux sur lesquels vous seriez en attente.

Dès 2022, "le calendrier de candidature, des réponses des établissements et d’inscription des étudiants sera harmonisé, de manière à avancer le calendrier et le rendre commun à tous les masters", précise le ministère de l'Enseignement supérieur.

Lire aussi

Un projet reporté à la rentrée 2023

Le ministère de l'Enseignement supérieur avait initialement prévu de lancer cette plateforme unique pour la sélection dès 2022, ce qui impliquait un calendrier très serré. Ce que dénonçaient plusieurs syndicats d'enseignants et étudiants. Ainsi la Fage et les syndicats d'enseignants SNESUP-FSU et Sgen – CFDT, favorables à une plateforme unique de candidature, ont très vite alerté sur un manque de concertation et une mise en place anticipée.

"La procédure de candidature en master est faramineuse, car elle est différente pour chaque établissement. C'est une charge mentale et administrative très lourde. Mais les conditions ne sont plus réunies pour qu'une telle plateforme sorte à la rentrée. Nous appelons à un report", a ainsi rappelé Etienne Matignon.

Une situation rendue encore plus complexe par le fait que le texte présentant la refonte du portail Trouvermonmaster n'a pas été présenté au CNESER (Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche) du 14 décembre 2021. Cette demande de report a donc été entendu par le ministère : la ministre, Frédérique Vidal, a notamment demandé une étude de faisabilité juridique et une phase de concertation doit s'ouvrir début janvier pour "définir les éléments qui peuvent être améliorés dès cette année et poursuivre le travail en vue de permettre l’évolution de la plateforme trouvermonmaster pour un fonctionnement optimal à la rentrée 2023".

Lire aussi

Sur Trouvermonmaster, des vœux non hiérarchisés

Parmi les arbitrages en jeu figure le nombre de vœux qui pourront être faits. "Il y aura un nombre de vœux maximum. A priori dix mais ce n'est pas certain. Nous ne savons pas non plus s'il y aura des sous-vœux", précise Christophe Bonnet, secrétaire fédéral du Sgen-CFDT.

De son côté, Hervé Christofol, représentant du SNESUP-FSU, se dit défavorable à cette plateforme "qui a les même partis pris idéologiques que Parcoursup, notamment la non-hiérarchisation des vœux". Il regrette par ailleurs la disparition prévue des entretiens de sélection au profit d'une sélection sur dossier.

À l'instar de Parcoursup, des informations seront ajoutées sur la plateforme, comme les attendus de chaque master et le taux de succès. Un droit au réexamen de la candidature par le recteur sera également créé pour les étudiants en situation de handicap.

Articles les plus lus

A la Une Master, mastère, MBA

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !