Actu

Apprentissage : l’aide à l’embauche d’alternants prolongée jusqu’en 2027

Le gouvernement souhaite atteindre un million d’apprentis par an en 2027.
Le gouvernement souhaite atteindre un million d’apprentis par an en 2027. © Alfa27/Adobe Stock
Par Etienne Gless, publié le 09 janvier 2023
4 min

L’aide de 6.000 euros pour l’embauche d’alternants sera maintenue au-delà de l’année 2023 a annoncé Emmanuel Macron. Le gouvernement compte atteindre l’objectif d’un million d’apprentis par an en 2027.

"Nous nous engageons à maintenir en 2023 et les années suivantes les aides exceptionnelles au recrutement d’apprentis à hauteur de 6.000 euros" a annoncé le président de la République, le jeudi 5 janvier 2023, à l'occasion de la traditionnelle galette des rois de l’Élysée. Cette aide aux entreprises concerne le recrutement d'alternants de moins de 30 ans jusqu’à la fin du quinquennat.
Emmanuel Macron précise par ailleurs que "pour tous les apprentis mineurs préparant un CAP ou un bac pro, il n’y aura pas de reste à charge pour les entreprises". L'objectif est de donner de la visibilité aux entreprises et aux jeunes.

Une aide à l'embauche d'alternants unique de 6.000 euros

De 2020 à 2022, les aides à l’embauche de jeunes en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation différaient selon l’âge : les employeurs recevaient une aide de 5.000 euros pour un apprenti mineur et de 8.000 euros pour un apprenti majeur.

Ces aides exceptionnelles, adoptées lors de la crise sanitaire, ont été remplacées début 2023 par une aide unique d'un montant de 6.000 euros. Elle est versée à tous les employeurs pour des contrats conclus avec un alternant, mineur comme majeur, du 1er janvier au 31 décembre 2023, pour la première année d’exécution du contrat.

"L’aide à l’embauche de mineurs a été augmentée de 5.000 à 6.000 euros afin de favoriser davantage l’embauche et la formation des plus jeunes", reconnait le chef de l'État. En revanche, cette uniformisation se fait en défaveur de l'embauche d'alternants majeurs dont l'aide baisse de 8.000 à 6.000 euros dans un souci de ménager les finances publiques.

Atteindre le cap du million d'apprentis par an

L’annonce de la prolongation de cette aide unique de 6.000 euros jusqu’à la fin du quinquennat en mai 2027 doit permettre d’atteindre le cap symbolique d'un million d’apprentis par an. En 2022, le nombre de nouveaux contrats signés a dépassé les 830.000 soit une progression de +11% par rapport à l’année 2021.

"Les aides à l’apprentissage ne sont plus exceptionnelles, elles deviennent un levier fort et pérenne pour le plein emploi de nos jeunes", ont commenté Olivier Dussopt, ministre du Travail et Carole Grandjean ministre déléguée à l'Enseignement professionnel.
Réformer la voie professionnelle en 2023, une priorité de l'année

Parallèlement à la réforme de l'apprentissage intervenue en 2018, le gouvernement compte réformer les lycées professionnels et la voie professionnelle en 2023. Au programme : hausse du temps passé en stage pour les élèves, rôle accru des entreprises dans la gouvernance des établissements, revalorisation des enseignants et ajustement des diplômes au marché de l'emploi.

Quatre groupes de travail sont en place depuis le 21 octobre pour répondre aux enjeux de la voie professionnelle : lutter contre le décrochage scolaire, améliorer le taux d'accès à l'emploi, faciliter la poursuite d'études, donner des marges de manœuvre aux établissements. Les groupes de travail rendront leur copie fin janvier.

Vous aimerez aussi

Contenus supplémentaires

Partagez sur les réseaux sociaux !