BUT GIM (génie industriel et maintenance) (ex-DUT GIM)

Par Séverine Maestri, publié le 23 Juin 2022
7 min

Le BUT GIM (génie industriel et maintenance) apporte des connaissances pluridisciplinaires en maintenance, utilisation des outils informatiques et conduite de projet. Quels sont les attendus Parcoursup pour intégrer le BUT génie industriel et maintenance, quelles sont les grandes lignes du programme, les parcours proposés, les métiers accessibles et les poursuites d’études : l’Étudiant répond aux questions que vous vous posez.

Présentation du BUT GIM (génie industriel et maintenance)

En trois ans après le bac, le BUT offre une formation universitaire qui articule théorie et pratique, avec une professionnalisation progressive grâce à ses parcours. Même si ce diplôme est une porte d’entrée directe sur le marché de l’emploi, la solidité des connaissances permet à ceux qui le souhaitent de continuer leurs études à l’université ou en école.

Le titulaire du BUT spécialité GIM (génie industriel et maintenance) participe à l’analyse des dysfonctionnements et à la mise en place des actions correctives, préventives ou amélioratives, ainsi qu’à la gestion d’un service. Il intervient sur des systèmes pluritechniques (électriques, mécaniques, thermiques…) dans le respect de la sécurité des personnes, des biens et de l’environnement.

La spécialité génie industriel et maintenance propose 2 parcours à choisir en deuxième année. Chacun se différencie en approfondissant différemment les compétences du diplôme.

Quels sont les parcours du BUT GIM (génie industriel et maintenance) ?

Les 2 parcours du BUT GIM (génie industriel et maintenance) sont accessibles dès la deuxième année. Attention, les 2 parcours peuvent ne pas être dispensés par chaque IUT. Pensez à bien vérifier auprès de l’université qui vous intéresse qu’elle propose le parcours désiré.

1– BUT GIM parcours ISP (ingénierie des systèmes pluritechniques)

Ce parcours axe les compétences sur l’analyse et l’amélioration du fonctionnement d’un système en vue d’optimiser ses performances, et sur la conduite d’un projet d’installation d’un système pluritechnique en tenant compte des ressources humaines, matérielles et financières.

2– BUT GIM parcours 3MI (management, méthodes et maintenance innovante)

Ce parcours a pour objectif de former des professionnels aptes à travailler sur la fiabilité, la sécurité et le fonctionnement optimal d’un système pluritechnique, sur l’organisation des opérations de contrôle et de supervision, et sur la gestion et l’animation des équipes d’interventions.

Quel est le programme du BUT GIM (génie industriel et maintenance) ?

Le BUT spécialité génie industriel et maintenance est assorti d’un volume horaire global de 2000 heures sur les 3 ans et 600 heures de projets tutorés.

En tout, 5 compétences sont à acquérir en BUT génie industriel et maintenance, dont 3 sont communes aux 2 parcours proposés.

Chaque compétence se décline en savoir-faire, eux-mêmes découpés en situations professionnelles. Nous donnons ici la compétence et son savoir-faire associé et nous vous invitons à vous reporter au référentiel pour plus de détails.

Programme du BUT GIM (génie industriel et maintenance) : quelles compétences développerez-vous ?

Compétences communes à tous les parcours :

  • Maintenir : maintenir en condition opérationnelle un système pluritechnique
  • Améliorer : améliorer un système pluritechnique
  • Installer : organiser l’installation d’un système pluritechnique
  • Manager : participer à la gestion des moyens techniques et humains d'un service
  • Sécuriser : sécuriser le fonctionnement d'un système

Compétences approfondies selon les parcours :

1. Parcours ISP (ingénierie des systèmes pluritechniques)

  • Élaborer des solutions techniques de tout ou partie d’un projet de bâtiment (1re et 2e années).
  • Élaborer des solutions techniques de tout ou partie d’un projet de travaux publics (1re, 2e et 3e années).
  • Dimensionner des ouvrages et des équipements techniques du BTP (1re, 2e et 3e années).
  • Organiser un chantier de BTP (1re, 2e et 3e années).
  • Piloter techniquement un ouvrage tout au long de sa vie (1re et 2e années).

2. Parcours 3MI (management, méthodes et maintenance innovante)

  • Élaborer des solutions techniques de tout ou partie d’un projet de bâtiment (1re, 2e et 3e années).
  • Élaborer des solutions techniques de tout ou partie d’un projet de travaux publics (1re et 2e années).
  • Dimensionner des ouvrages et des équipements techniques du BTP (1re et 2e années).
  • Organiser un chantier de BTP (1re, 2e et 3e années).
  • Piloter techniquement un ouvrage tout au long de sa vie (1re, 2e et 3e années).

Organisation de la formation

  • Le volume hebdomadaire des cours dispensés en BUT génie industriel et maintenance est soutenu (entre 35 et 40 heures). Ils se présentent sous la forme de CM (cours magistraux) en grand groupe (environ une cinquantaine), de TD (travaux dirigés) et de TP (travaux pratiques) en petits groupes d’une dizaine d’étudiants.
  • Les cours sont assurés par des enseignants-chercheurs et des intervenants extérieurs issus du monde professionnel.
  • Il est souvent possible de faire le stage de fin d’études dans une université partenaire à l’étranger.
  • Lorsqu’il est préparé en alternance, il est prévu que le volume horaire global soit réduit de 15 % en première année, de 20 % en deuxième année, et de 25 % en troisième année. S’il est suivi en formation initiale, il faut compter 22 à 26 semaines de stages et des heures de PPP (projet personnel et professionnel) pour rendre l’étudiant acteur de sa formation et lui permettre de se projeter dans son futur métier. -Une adaptation locale à hauteur de 30 % environ peut intervenir sur les deux dernières années du diplôme, ceci afin de permettre à chaque IUT de répondre aux attentes de son environnement régional. Les IUT précisent sur leurs sites les adaptations locales s’il en ont, n’hésitez pas à les étudier.
  • Le programme comprend également des SAÉ (situations d’apprentissage et d’évaluation) qui vont aller valider une compétence. Exemples de SAÉ : Exécuter des opérations élémentaires de maintenance ; remplacer un élément avec changement de modèle ; préparer l’installation d’un équipement ; identifier les contraintes organisationnelles d’une entreprise et leurs impacts sur l’exploitation des moyens techniques ; évaluer les risques lors d'une intervention simple ; identifier et réaliser les opérations élémentaires de maintenance ; valider le remplacement d’un élément d’un système pluritechnique ; réaliser et vérifier le raccordement d’un équipement ; utiliser les outils de contrôle et mesure dans le milieu industriel.

Débouchés : quels métiers exercer avec un BUT GIM (génie industriel et maintenance) ?

Tous les domaines d’activité (aéronautique, agroalimentaire, automobile, électronique, médical, paramédical, maintenance immobilière ou industrielle, transports…) sont concernés par les besoins de maintenance et d’amélioration d’équipements ou de systèmes. Les diplômés du BUT GIM sont donc amenés à s’insérer dans divers secteurs et différentes entreprises.

Ils peuvent, par exemple, exercer les métiers suivants : électromécanicien, électrotechnicien, automaticien, technicien de maintenance, nivoculteur…

Quels bacs et spécialités à privilégier pour intégrer un BUT GIM (génie industriel et maintenance) ?

En BUT génie industriel et maintenance les admis sont titulaires d’un baccalauréat technologique STI2D, d’un baccalauréat professionnel du domaine industriel, ou d’un baccalauréat général avec les spécialités suivantes : mathématiques, NSI (numérique et sciences informatiques), SI (sciences de l'ingénieur), physique-chimie, SVT (sciences de la vie et de la terre).

L’inscription passe par la plateforme Parcoursup et la sélection s’effectue sur dossier, voire tests et/ou entretien.

Quels sont les attendus Parcoursup pour entrer en BUT GIM (génie industriel et maintenance) ?

Les étudiants doivent avoir une curiosité scientifique, technologique ou expérimentale, un intérêt pour les manipulations pratiques, pouvoir élaborer un raisonnement structuré et adapté à une situation, savoir mobiliser ses connaissances pour résoudre une problématique scientifique. On leur demandera aussi d’avoir une maîtrise du français permettant de communiquer à l'écrit et à l'oral de façon adaptée, de comprendre un énoncé, de l'analyser et de rédiger une solution, de posséder une connaissance suffisante de l'anglais permettant d’échanger à l'oral, de lire et de comprendre un texte, de répondre aux questions écrites et orales, être prêt à s'impliquer et s'organiser dans ses études pour fournir le travail nécessaire à sa réussite en autonomie…

Études : que faire après un BUT GIM (génie industriel et maintenance) ?

Après un BUT génie industriel et maintenance, il est possible de poursuivre ses études en master (mention électronique, énergie électrique, automatique ou mention maintenance aéronautique, par exemple). D’autres rejoindront une école d’ingénieurs sur dossier en admission parallèle (une solution intéressante pour ceux qui redoutent de passer par les classes préparatoires puis les concours). Certaines offrent des spécialisations en maintenance.

Sachez que la réforme n’a pas fait disparaître le DUT, qui continue d’être délivré en tant que diplôme intermédiaire du BUT au bout de deux ans et permet parfois de se réorienter vers un autre BUT d’une spécialité proche, une licence professionnelle mention maintenance et technologie : systèmes pluritechniques, par exemple ou une troisième année de licence générale en sciences pour l’ingénieur.

Les plus lus BUT (ex-DUT)

Contenus supplémentaires

A la Une BUT (ex-DUT)

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !