1. IFSI : les étudiants infirmiers poursuivent leur mobilisation contre les frais complémentaires
Décryptage

IFSI : les étudiants infirmiers poursuivent leur mobilisation contre les frais complémentaires

Envoyer cet article à un ami
Le syndicat des élèves infirmiers appellent les étudiants à ne pas payer les frais complémentaires. // © Adobe Stock / Tyler Olson
Le syndicat des élèves infirmiers appellent les étudiants à ne pas payer les frais complémentaires. // © Adobe Stock / Tyler Olson

Les étudiants infirmiers protestent contre des frais complémentaires qui leurs sont imposés dans un IFSI sur deux, en plus des frais d'inscription. La FNESI, leur syndicat, appelle à une mobilisation la semaine prochaine.

La mobilisation des élèves infirmiers ne faiblit pas. Depuis cet été, ils s’insurgent contre des IFSI (Instituts de formation en soins infirmiers) qui leur demandent de s’acquitter de frais complémentaires, en plus des 170 euros de droits d’inscription et des 91 euros de la Contribution de vie étudiante et campus (CVEC). En effet, un IFSI public sur deux subordonne l’inscription des étudiants à l’acquittement des frais complémentaires.

Il s'agit d'une somme comprise entre 30 et 335 euros en fonction des établissements, selon la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (FNESI). En guise de protestation, le syndicat appelle les étudiants à se réunir lundi 23 septembre 2019 à 10 heures devant le Conseil régional de leur région. Ce sont ces collectivités qui prennent en charge les formations infirmières.

Via la facturation d'une somme supplémentaire, les IFSI cherchent à couvrir des frais de services aux étudiants : photocopies, WI-FI… Ou bien la formation et la délivrance de l’Attestation aux gestes et soins d’urgence (AFGSU).

Lire aussi : Infirmier spécialisé, vers l'infirmier et au-delà

Leur syndicat appelle les élèves infirmiers à ne pas payer

Mais cette pratique est "illégale", avance Bilal Latreche, le président de la FNESI. "Les sommes que peuvent exiger les établissements d’enseignement supérieur sont cadrées par des arrêtés ministériels, explique-t-il. Les 170 euros de droits d’inscription et les 91 euros de CVEC sont les deux seuls montants que peut aujourd’hui demander un établissement. Mais, incités parfois par des préconisations régionales, des lycées imposent des frais supplémentaires aux étudiants, les justifiant par une baisse des dotations régionales et par de nouveaux services".

"Aujourd’hui, il reste des IFSI qui ont fait le choix de respecter la loi et qui montrent qu’avec une subvention on peut rester dans la légalité sans mettre les étudiants en situation de précarité", reprend Bilal Latreche. La FNESI appelle l’ensemble des étudiants à ne pas payer les frais complémentaires. "A Nantes, les étudiants qui ont refusé de payer ont réussi à obtenir justice. Leur inscription a été validée par la direction de l’IFSI. 96.000 euros ont ainsi été économisés dans un seul institut par les élèves infirmiers".

Le syndicat des élèves infirmiers a entamé une procédure judiciaire auprès du tribunal administratif qui est toujours en cours.

Lire aussi : Infirmier, kiné, psychomotricien, orthophoniste, orthoptiste… : les numerus clausus 2019–2020

Pour aller plus loin : Parcoursup, acte 2 : le diplôme d'infirmier, la licence de droit et la PACES plébiscités / Infirmier en pratique avancée, un nouveau métier entre infirmier et médecin / Mal-être des étudiants infirmiers : un diagnostic et des remèdes / Étudiants infirmiers sous pression à l’hôpital : "J'avais tout le temps la boule au ventre"