1. Entretien d'embauche : gare aux bévues qui hérissent les recruteurs
Boîte à outils

Entretien d'embauche : gare aux bévues qui hérissent les recruteurs

Envoyer cet article à un ami
Lors d'un entretien pour un recrutement, certains comportements sont rédhibitoires pour votre interlocuteur. // © Phovoir
Lors d'un entretien pour un recrutement, certains comportements sont rédhibitoires pour votre interlocuteur. // © Phovoir

CV mensonger, retard au rendez-vous, manque de préparation, attitude arrogante... font partie des maladresses qui ne pardonnent pas lors d'un entretien de recrutement.

La jungle du recrutement ressemble étrangement à celle des sites de rencontres amoureuses : les candidats et les recruteurs se cherchent et ils ont beaucoup de mal à se trouver. Du coup, chacun y va de ses griefs. En tête desquels, côté candidats, le manque de considération lors de l’entretien et l’absence de réponse à leurs candidatures. Côté recruteurs, les agacements en tout genre fusent également. C’est ce qui ressort de l’enquête que RégionsJob.com a menée entre octobre 2015 et janvier 2016 en interrogeant tour à tour salariés, demandeurs d’emploi et recruteurs. "Notre objectif était de connaître les sentiments des uns vis-à-vis des autres et de décrypter, entre autres, les pratiques des candidats lors du process de recrutement", explique David Beaurepaire, responsable développement & stratégie.

 Partant du postulat que nul n’est parfait mais que l’on peut s’améliorer, l’Étudiant a recensé les détails qui hérissent le poil des recruteurs :  CV inadapté, comportement inapproprié, remarque déplacée, attitude "borderline", autant de faits et gestes susceptibles de plomber une candidature.

1. Un CV qui ne correspond pas à l’annonce

Selon l’enquête menée par Régionsjob.com, 60 % des recruteurs interrogés déclarent qu’un CV inadapté au poste à pourvoir est rédhibitoire. "Aujourd’hui, postuler se fait en un seul clic. Du coup, les candidats ne prennent plus le temps de lire attentivement l’annonce. Ils balancent des CV à tout-va, sans même s’arrêter sur les qualités requises. Une candidature ne se fait pas entre deux stations de métro ni en regardant un film. Elle doit être de qualité et en étroite adéquation avec l’annonce pour être prise en compte par les recruteurs", confirme Julien André, directeur emploi à Vivastreet.

2. Un CV trop long 

Face aux montagnes de candidatures, les recruteurs opèrent un premier tri très strict, grâce aux logiciels qui détectent les mots-clés dans les CV. "Ils permettent en un temps record de mesurer la compatibilité entre le profil du candidat et l’offre d’emploi", explique Philipe Deljurie, fondateur de Meteojobs.com. En d’autres termes : inutile de raconter votre vie : privilégiez les mots-clés. Comment faire ? Il suffit de reprendre l’annonce et de les identifier, ou de les chercher via des annonces publiées en cas de candidature spontanée.

3. Un CV mensonger

Le mensonge est un vilain défaut, même si le pratiquer pour décrocher le poste de vos rêves peut sembler tentant. Cette pratique est inutile, voire dangereuse. Assumez votre parcours, car les petits "arrangements avec la réalité" concernant les compétences et les expériences requises ne servent pas toujours votre candidature, voire peuvent lui nuire si votre interlocuteur les décèle. Si votre CV présente des trous, essayez de les valoriser, surtout s’ils ont servi à construire un autre projet. Un séjour à l’étranger, par exemple, vous aura permis d’apprendre une langue, et une année sabbatique vous aura aidé à construire votre projet professionnel. 

4. Un entretien d'embauche non préparé

Il arrive trop souvent que les candidats franchissent la porte des entreprises les mains dans poches, sans même avoir préparé l’entretien. "Préparer signifie se documenter en détail sur l’entreprise, ses produits, ses concurrents. Mais pas seulement : le candidat doit anticiper les questions que le recruteur pourrait poser. L’objectif étant de montrer l’intérêt que vous portez à l’entreprise", conseille Diego de Brisoult, fondateur de Geojobs.fr. En résumé, en forçant le trait : ne vous installez pas au fond du fauteuil en disant : "Alors, elle fait quoi, votre boîte ?"

5. Un candidat en retard

Sauf cas exceptionnel, il n’est pas envisageable d’arriver à un entretien en retard. Si, en outre, vous ne vous excusez pas, alors "c’est mort" !  Ce comportement sera interprété comme un manque d’intérêt pour le poste, et, au-delà, comme un signe de je-m’en-foutisme, qui vous éliminera de la course.

6. Un candidat qui ne prend aucune note 

"Se tortiller sur sa chaise sans prendre de notes est à éviter", avertit Benjamin Stanislas, du cabinet de recrutement Clémentine, spécialisé dans le digital, l’informatique et les télécommunications. Attention cependant, il est fortement recommandé de ne pas prendre de notes sur votre téléphone portable : laissez-le plutôt dans votre poche en mode "avion" ou silencieux.

7. Un candidat qui snobe l’assistant(e) qui l'accueille

Ne réservez pas votre plus beau sourire et votre abord sympathique au seul responsable du recrutement. Le premier contact, avec la standardiste et /ou l'assistante de l’entreprise, compte beaucoup. De plus, adopter une posture positive vous mettra dans de bonnes conditions pour le face-à-face fatidique.

8. Un candidat prétentieux

17,2 % des recruteurs interrogés par Régionsjob.com se disent agacés par des candidats qui se montrent prétentieux lors de l’entretien. "Bon nombre de candidats sont convaincus que l’entreprise n’attend qu’eux. Cette suffisance se traduit souvent par un refus d’engager le dialogue et de n'en rester qu'au contenu du CV." Or, lors de l’entretien, le recruteur cherche à "profiler" le candidat. C’est pourquoi il est important d’apprendre à se raconter", souligne Benjamin Stanislas. Ce qui ne signifie pas raconter sa vie.

9. Un candidat qui se montre trop gourmand

Toujours selon l’enquête, presque un recruteur sur deux écarte rapidement les candidats qui font monter les enchères en matière de rémunération. Pour autant, selon 44,4% des recruteurs interrogés, le candidat est en droit de parler salaire même lors du premier entretien. Quant aux avantages sociaux (tickets-restaurant, comité d’entreprise…), évitez de leur accorder d'emblée un intérêt trop prononcé, vous risqueriez d'agacer votre interlocuteur, qui est là pour apprécier votre intérêt pour le poste avant tout.    

10. Un candidat qui harcèle le recruteur après l’entretien

Votre entretien s’est parfaitement bien passé et vous avez réussi à déjouer tous les pièges ? Attendez huit-dix jours, le temps du process de recrutement, avant de reprendre contact avec l’entreprise. En revanche, passé ce délai, votre mail ou votre coup de téléphone seront les bienvenus. Soyez pro-actif-ve !