Par Nalini Lepetit-Chella, publié le 25 Août 2022
5 min

Intégrer la formation qui vous intéresse peut impliquer de déménager, notamment lorsque vous entrez dans l’enseignement supérieur. Et lorsque les réponses d’admission tardent à arriver, il faut parfois chercher où se loger à la dernière minute. L’Etudiant fait le tour des solutions d’urgence.

L’été touche à sa fin et vous n’avez pas encore de logement pour votre première rentrée dans l’enseignement supérieur ? Un stress accentué, pour vous et vos parents, lorsque vous ne savez pas encore où vous serez accepté. La phase complémentaire d’admission de Parcoursup se poursuit en effet jusqu’au 16 septembre, après le début de nombreux cursus.

Mais avant même de connaître votre futur établissement, vous pouvez vous préparer pour être plus réactif lorsque vous recevrez votre affectation. Car, s’il existe des solutions de dernière minute, vous ne serez probablement pas le seul à y recourir.

Pour trouver un logement, activer vos réseaux

Pour commencer, vous pouvez demander à votre entourage s’il a eu vent de logements vacants : un appartement qui se libère, une connaissance qui aurait une chambre libre, etc.

Les réseaux sociaux peuvent également être une piste. Certains, comme Facebook, regorgent de groupes rassemblant (co)locataires potentiels et bailleurs. Attention toutefois à ne pas tomber sur une arnaque : ne versez jamais d'argent avant d'avoir signer un bail.

Puis, dès que vous connaîtrez votre affectation, n’hésitez pas à demander conseil à votre futur établissement. Beaucoup sont conscients des difficultés à se loger et peuvent se constituer un réseau pour y répondre. Quelque 160 établissements sont ainsi partenaires de la plateforme Studapart, réservée aux étudiants.

Lire aussi

Ecumer les petites annonces de logement

Dans la précipitation, n’oubliez pas une solution simple qui a fait ses preuves : écumer les petites annonces. Créer des alertes personnalisées sur différentes plateformes de location et de colocation en ligne permet de gagner du temps. En parallèle, pensez à préparer votre dossier pour répondre plus vite.

Le recours à une agence immobilière peut aussi être efficace et rapide. Toutefois, son coût est dissuasif pour certains, tout comme les loyers dans le parc locatif privé.

Déposer une demande auprès du Crous

Passer par un Crous est plus économique, mais les places en résidence sont limitées. Celles qui se libèrent au fil de l’eau sont publiées sur la plateforme nationale "Trouver un logement".

La phase complémentaire d’attribution des places est ouverte à tous depuis le 12 juillet, avec une priorité pour les boursiers.

Les Crous labellisent aussi des offres de particuliers à un prix "abordable" sur le site Lokaviz.

Lire aussi

Trouver un logement temporaire

Malgré toutes ces pistes, que faire si vous n’avez pas de logement avant la rentrée ? Trouver un hébergement temporaire permet de gagner du temps. Vous pouvez aller en résidence universitaire, avec Bed & Crous, ou dans le privé – auberges de jeunesse, chambres d’hôtes, locations saisonnières, hôtels…

Si les prix sont prohibitifs, l’association étudiante Fage propose un dispositif d’hébergement d’urgence gratuit, essentiellement chez l’habitant, à Angers, Lille, Toulouse, Grenoble et Strasbourg. Les bénéficiaires logent "sur un bout de canapé ou dans une chambre d’ami. Parfois, nous arrivons aussi à louer des appart’hôtel", précise Anne-Laure Syrieix, vice-présidente du collectif.

Adopter une vie en communauté

Vous pouvez également vous tourner vers des solutions alternatives de logement à des prix avantageux, contre des services et/ou une vie en communauté.

Les Kolocations à projets solidaires sont ainsi présentes dans les "quartiers populaires" de 40 villes, indique l’Association de la fondation étudiante pour la ville, qui les a créées. Et il reste des places "partout en France" pour la rentrée, contre un loyer modéré et cinq heures par semaine dédiées à des "actions solidaires au sein du quartier", comme du mentorat.

Lire aussi

Opter pour la colocation intergénérationnelle

D’autres associations favorisent plutôt la cohabitation intergénérationnelle entre étudiants et retraités. Quant aux foyers pour jeunes, souvent liés à une communauté religieuse, ils pratiquent généralement des loyers modérés.

Quelles que soient vos attentes, mieux vaut multiplier les recherches, les candidatures et les prises de contact pour trouver un logement qui vous convienne dès que possible !

A la Une logement étudiant

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !