1. Pour trouver un job, fixez-vous des priorités !
Boîte à outils

Pour trouver un job, fixez-vous des priorités !

Envoyer cet article à un ami
Qu'est-ce qui est important pour vous ? Quelles sont vos principales qualités ? Que pourriez-vous améliorer ? Ces questions vous aideront à préciser votre recherche d'emploi. // © plainpicture/Westend61/Rainer Berg
Qu'est-ce qui est important pour vous ? Quelles sont vos principales qualités ? Que pourriez-vous améliorer ? Ces questions vous aideront à préciser votre recherche d'emploi. // © plainpicture/Westend61/Rainer Berg

Quand on cherche un emploi, on a tendance à se précipiter. Un conseil : prenez le temps d'étudier votre parcours et d'écouter vos envies. Vos candidatures seront mieux ciblées et vos CV et lettres de motivation plus simples à rédiger. Les recommandations de la spécialiste du recrutement Dominique Perez, extraites de son “Guide du CV, de la lettre de motivation et de l'entretien d'embauche”.

Votre expérience est unique et votre candidature doit le faire ressentir. La première étape est de faire votre bilan personnel et professionnel, avec méthode, pour en extraire ensuite les éléments qui vont vous servir à rubriquer et à définir le contenu de votre CV ainsi qu'à choisir les mots-clés que vous mettrez en avant. En vous posant les bonnes questions, celles que se posent les recruteurs face à toute candidature. Avant tout, résumez votre vie, vos envies professionnelles, n'écoutez que vous et prenez votre temps.

Où en êtes-vous ? Faites le point

Décrivez votre situation à cet instant : votre famille, vos amis, vos liens sociaux, bref qui vous entoure. Qu'est-ce qui est important pour vous ? Quelles sont vos éventuelles contraintes par rapport à votre environnement (familiales, sociales, géographiques…) ?

Décrivez en quelques mots ce que vous pensez être vos principales qualités et les points que vous pensez pouvoir améliorer.

Identifiez ce qui vous fait avancer dans la vie en général : vous avez plutôt tendance à suivre le mouvement ou à emporter les autres avec vous, vous avez besoin d'un cadre strict pour réaliser une tâche ou préférez travailler en autonomie ?

Ces informations vous serviront à mieux lire les offres d'emploi en fonction de votre personnalité et de vos impératifs : travailler dans une petite équipe, en autonomie, ne pas changer de région de préférence… Réfléchir sur tous ces points vous sera également utile pour préparer au mieux un entretien d'embauche durant lequel la question de vos défauts et de vos qualités sera certainement abordée.

1. Vos expériences professionnelles

Indiquez dans la mesure du possible par ordre chronologique toutes vos expériences : jobs, stages, CDD, CDI, intérim, contrats d'apprentissage ou de professionnalisation… Pour chacune d'elles, précisez :
le nom du métier/du poste/de la fonction (identifiez au besoin des synonymes en consultant des offres d'emploi ou des fiches métiers sur Internet) ;
l'environnement de travail (seul, équipe, bureau, extérieur, grande ou petite structure, associative ou non, secteur d'activité, hiérarchie…) ;
les missions que l'on vous a confiées (vente, gestion ou préparation d'un projet, etc.) ;
ce que vous avez apprécié dans cette expérience : au niveau professionnel (intérêt de la mission), au niveau personnel (relations avec les collègues, avec votre chef, reconnaissance…) ;
ce que vous n'avez pas aimé, ce que vous regrettez : trop livré à vous-même, consignes trop précises ou au contraire trop floues, contenu ou finalité du travail avec lesquels vous n'étiez pas en accord…

Posez-vous la question pour chaque expérience : aurais-je envie de recommencer ? Si oui, dans quelles conditions ? Sinon, pourquoi ?

Dans tous les cas, décrivez les compétences et les savoir-faire que vous avez tirés de chaque expérience, même si elle ne vous a pas laissé un bon souvenir : travailler avec les autres ou, au contraire, en autonomie, développer votre sens commercial, respecter les consignes, etc.

Attention : ne passez sous silence aucune expérience, veillez à décrire précisément même celles que vous avez mal vécues. Que ce soit dans un CV, une lettre de motivation ou lors d'un entretien d'embauche, le recruteur peut déceler une faille dans votre façon de présenter votre parcours professionnel et s'y engouffrer. L'analyser au préalable vous permettra d'être moins déstabilisé si votre interlocuteur décide de creuser.

2. Votre formation

Vous avez un diplôme, certes, mais n'oubliez pas que son seul intitulé ne “raconte” pas les conditions dans lesquelles vous avez choisi votre formation, vos doutes éventuels, votre désir de poursuivre vos études, voire de changer d'orientation. Ce sont des questions qui risquent de vous être posées en entretien d'embauche, surtout si vous êtes jeune diplômé ou si vous avez décidé de suivre une formation continue pour compléter votre cursus, vous spécialiser dans un domaine ou vous réorienter. Autant de décisions sur lesquelles vous devrez être au clair pour postuler dans une entreprise.

Commencez à partir du bac si vous êtes jeune diplômé ou si vous avez quelques années d'expérience. Détaillez chaque année de formation : options, mémoires, choix de spécialisation.

Vous devez vous demander ce que vous avez retiré de chacune de vos années de formation (par exemple : le goût du travail avec les autres, des relations profitables avec les enseignants, la connaissance et l'approfondissement d'un thème qui vous a été ensuite utile pour faire votre projet professionnel…).

Il est important aussi de vous interroger sur ce que vous auriez souhaité approfondir. Il s'agit notamment d'exprimer sincèrement vos éventuelles frustrations (cursus trop théorique, apprentissage de connaissances pas assez poussé ou mal abordé, etc.).

D'autres questions peuvent également surgir :
• Qu'est-ce qui vous a manqué pour que votre formation ait pu vous être vraiment profitable ? (Un manque de maturité à l'époque du choix de votre formation pour vraiment l'apprécier, un projet professionnel alors trop flou, un choix imposé par vos parents qui ne correspondait pas au vôtre…)
• Quelle est la nature des liens tissés avec les anciens de votre promo ? (Le recruteur sera particulièrement attentif à cette dimension pour ce qu'elle dit à la fois de votre capacité à vous lier aux autres, mais aussi de votre capital social sur lequel il pourra éventuellement s'appuyer pour une cooptation ou des relations clientèle.)
• Avez-vous pour projet de poursuivre votre formation ? Dans quel domaine ? (Il s'agit de savoir si a priori le poste que vous allez rechercher correspond à une première étape dans votre vie professionnelle ou davantage comme un objectif ultime.)
Si c'était à refaire, recommenceriez-vous à l'identique le parcours que vous avez choisi ? Sinon, pourquoi et que choisiriez-vous ? Il s'agit d'une question qui peut vous être posée en entretien d'embauche.

3. Vos compétences et connaissances

Les CV Web contiennent souvent une partie consacrée aux compétences, qui vous permet de synthétiser vos savoir-faire et offre au recruteur la possibilité d'envisager immédiatement la manière dont vous vous voyez et la correspondance de votre profil avec le poste qu'il propose. La mention des compétences est moins courante sur un CV Word ou PDF, car elle alourdit en général la lecture.

Même si vous ne les indiquez pas sur un CV, il est important d'analyser pour vous-même quelles sont les compétences que vous maîtrisez et celles qui vous restent à acquérir pour être convaincant à l'oral. Par exemple, si vous avez mené un projet de A à Z dans le cadre professionnel, d'un stage ou d'une activité extra-professionnelle (associative par exemple), vous pouvez noter un certain nombre de compétences : gestion de projet et/ou capacité d'aller jusqu'au bout d'un projet, de mobiliser une équipe sur un projet…

Partez de chacune de vos expériences professionnelles, dont stages et jobs d'été, ou associatives et synthétisez en un mot ou deux ce que vous avez appris. Il est souvent aussi très instructif de demander à vos proches ou à vos relations de travail ce qu'ils en pensent et d'ajouter au besoin certaines compétences en vous référant aux offres d'emploi susceptibles de vous intéresser.

Déterminez les compétences en cours d'acquisition (par exemple : mise en œuvre d'un process qualité) et celles qui restent à consolider pour parvenir à votre objectif (par exemple : organisation d'une réunion).

4. Les stages

Indiquez les stages de moins de six mois à part, les plus longs pouvant être traités au même niveau que les expériences professionnelles. N'omettez rien, y compris ceux que vous avez effectués en classe de troisième, si vous êtes très jeune diplômé ou que vous cherchez un contrat en alternance. Le stage de découverte peut aussi être évoqué s'il a en partie conditionné votre projet professionnel ou que vous y avez noué des contacts que vous avez gardés depuis.

• Pour le stage d'observation : le contexte (observation, mission, stage obligatoire ou non), le contenu (les actions concrètes effectuées durant le stage, l'ambiance de travail, les résultats obtenus…), les impressions positives ou négatives.

• Pour les stages après le bac : détaillez pour chacun durée, intitulé, missions confiées, résultats obtenus, impressions, contacts que vous avez éventuellement conservés. Précisez également à chaque fois si le stage était obligatoire ou pas.

5. Vos loisirs

Certains recruteurs sont sensibles à la rubrique “Loisirs” ou “Hobbies” de votre CV. Avant de les indiquer, vous devez vous interroger sur la place qu'ils prennent dans votre vie, savoir si vous vous sentez capable de développer vos passions ou centres d'intérêt en entretien d'embauche. Ou bien si votre investissement dans un club de sport amateur, par exemple, est important à expliciter lors de l'entretien d'embauche car il vous rend dans l'ensemble peu disponible le soir ou le week-end…

Un conseil, décrivez-les suivant l'ordre d'importance qu'ils occupent dans votre vie :
– lecture : quelle fréquence, quels auteurs, quelles périodes ?
– sport : pratique régulière, compétition, niveau ?
– voyages : fréquence, longueur, buts (touristique, humanitaire, apprentissage d'une langue…) ?

Sont-ils importants pour vous au point de les intégrer dans un projet professionnel ? Oui/non, pourquoi ?

6. Vos valeurs

Dans toute recherche d'emploi, il est conseillé de ne jamais “vous oublier”, même si vous éprouvez quelque difficulté à trouver le poste de vos rêves. Être conscient de l'ensemble des valeurs qui vous caractérisent (que ce soit une considération pour les autres ou, par exemple, le respect de l'environnement) peut être un bon garde-fou pour éviter de faire des concessions trop importantes et/ou vous faire comprendre à un moment donné pourquoi vous ne vous sentez pas bien dans tel poste.

Dans la mesure du possible également, il est bien sûr préférable d'orienter vos recherches d'emploi vers des postes, des entreprises ou des structures qui partagent un certain nombre de vos valeurs.

Désormais, les entreprises affichent souvent leurs convictions et valorisent de plus en plus leur image de marque, notamment vis-à-vis de leurs futurs salariés. Certaines développent ainsi une politique RSE (responsabilité sociale d'entreprise) qui les conduit à mettre en place des actions pour la mixité du recrutement, le souci de la planète, à limiter le recours aux délocalisations, etc. Autant d'éléments qui vous permettent de les situer… et de vous situer vis-à-vis d'elles en retour.

Déterminez quelles sont les valeurs les plus importantes pour vous, en leur attribuant par exemple deux croix si elles sont indispensables et une si vous pouvez transiger sur ce point. En sachant que lors d'un entretien de recrutement, il est toujours possible de poser clairement des questions, avec tact, sur la politique RSE, par exemple.

Un document de référence à enrichir au fur et à mesure

Vous avez désormais une image précise de votre parcours et de ce qui est important pour vous. Mais ce résumé ne sera intéressant que s'il est dynamique : à chaque nouvelle expérience, à chaque découverte de ce qui fait votre personnalité, vous aurez intérêt à l'enrichir.

C'est un document personnel, qui doit vous servir de base dans chacune de vos démarches de recherche d'emploi, de stage ou de formation. Il fait le lien entre votre projet personnel et votre projet professionnel. En vous y référant, vous pouvez ainsi vérifier, au fur et à mesure, si vous ne vous êtes pas trop éloigné de vos objectifs de départ ou s'il faut, par exemple, vous lancer dans un complément de formation pour progresser et viser plus loin.

Comment peut-il vous servir concrètement ?

Au moment de rédiger votre CV : quand vous établirez le rubriquage, vous aurez de la matière pour nourrir chaque paragraphe, de façon synthétique (pour les débutants, il ne faut pas plus d'une page).

Pour votre lettre de motivation : ces repères vous seront utiles pour ne pas rédiger un courrier banal, mais montrer que vous avez réfléchi aux correspondances entre le besoin de l'entreprise et votre profil. Vous pourrez mettre en regard, par exemple, les compétences demandées par l'entreprise et les vôtres, nourries de telle ou telle expérience. Attention : il ne s'agit pas d'une autobiographie, ni d'un roman, mais d'une lettre qui prouve que vous avez du recul sur votre propre expérience et que vous portez une attention particulière à votre lecteur.

En entretien d'embauche : relire ce bilan auparavant vous permettra d'être au clair sur ce que vous savez faire et sur ce qu'il vous faut améliorer (en entretien, le recruteur pourra ainsi vous demander si vous envisagez de vous former sur telle ou telle technique ou méthode). Vous aurez fait aussi le point sur ce que vous êtes prêt à sacrifier en termes de vie personnelle, de valeurs et de convictions. Vous aurez aussi une idée de la cause de vos échecs, ce qui est déterminant pour réussir !

POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux Éditions de l'Etudiant :
Le Guide du CV, de la lettre de motivation et de l'entretien d'embauche”,
par Dominique Perez, spécialiste du recrutement.