Etudiante à Poitiers, Victoria gère une plateforme de soutien scolaire pendant le confinement

Par Julien Toury, publié le 09 Avril 2020
4 min

VOUS FAITES L'ACTU. Le confinement créé des problématiques inédites pour les élèves français. De nombreux collégiens se posent des questions sur leur réussite au brevet. Les lycéens de première et de terminale s'interrogent au sujet de leur bac... À des degrés divers, l’appréhension est présente à tous les niveaux. À Poitiers, des étudiants se mobilisent pour venir en aide aux élèves.

Un serveur Discord (application de tchat, NDLR) ; des personnes qui veulent aider. Il n'en fallait pas plus pour que des étudiants de l'université de Poitiers (86), créent la plateforme "Entr'aide" le 16 mars, dès le début des mesures de confinement. "Tout s'est fait rapidement, et finalement, on s'en sort plutôt pas mal !" se réjouit Victoria, étudiante en deuxième année de psychologie.

Avec des camarades, elle a décidé de consacrer le temps de son confinement à aider des élèves en difficulté, de la primaire au lycée. "Il y avait une forte demande d'élèves qui ne savaient pas vers qui se tourner. C'est comme ça qu'est née l'idée !"

Lire aussi

Le succès au rendez-vous

Grâce aux réseaux sociaux, le nombre d'élèves ayant sollicité "Entr'aide" sur Discord a rapidement augmenté. Avec 400 demandes la semaine dernière (la 3e du confinement, NDLR), le succès est au rendez-vous. Le dispositif est simple : 60 volontaires, d'abord des étudiants en filière "mathématique", et "quelques profs, qui avaient envie d'aider".

Pour Victoria, la force d'Entr'Aide réside dans sa diversité. "Nous avons tous une matière où nous sommes forts". Chacun met la main à la pâte : "Quand je suis arrivée, j'ai été très active, puis on m'a fait confiance pour intégrer l'équipe administrative".

Lire aussi

Une organisation digne d'un établissement

L'organisation du traitement de chaque demande sur la plateforme est bien huilée : "L'élève est dirigé vers le 'channel' (espace de discussion sur Discord, NDLR) qui correspond à sa question, puis on notifie les étudiants intéressés". Un système qui n'a rien à envier à la façon dont fonctionne un collège ou un lycée. "Mais on veut avoir une bonne ambiance, ne pas être trop stricts", précise Victoria.

Le travail conséquent de chaque étudiant engagé porte ses fruits : "On a le retour d'élèves qui nous disent : 'J'ai une bonne note, et c'est grâce à vous' ". Une reconnaissance qui réjouit la jeune femme : "Quand un élève m'a remerciée, me disant que maintenant il avait tout compris, c'était le Saint Graal !"

Lire aussi

Le suivi et la solidarité au centre de tout

Au-delà des échanges concernant des points de cours, le dialogue avec les étudiants est d'autant plus important après les annonces du changement des modalités du bac 2020. "Il y a une hausse des demandes d'élèves ayant des difficultés sur des notions qui pourraient être évaluées".

Certains, même, ne sont pas confiants pour la suite de leurs études : "Il y en a qui ne veulent pas entrer dans le supérieur avec des lacunes et d'autres qui souhaitent prendre de l'avance."

Après le confinement, Victoria et ses camarades ne souhaitent pas déserter la plateforme : "On a la volonté de s'étendre, d'accompagner plus d'élèves encore, et, pourquoi pas, de créer un forum".

Articles les plus lus

A la Une en immersion lycée

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !