1. De la vigne à la table, 5 pros qui travaillent le vin
Portrait

De la vigne à la table, 5 pros qui travaillent le vin

Envoyer cet article à un ami

Qui sait combien de visages une bouteille de vin a pu croiser dans sa vie avant de tomber entre vos mains ? Son raisin a salué le passage de l’agriculteur, puis sans doute de l’œnologue, du vendangeur, du trieur, du maître de chai, d’un autre œnologue, d’un négociant, voire d’un caviste ou d’un sommelier. Dans son ouvrage “Le vin pour ceux qui n'y connaissent rien” (éd. l'Etudiant), Ophélie Neiman vous plonge dans le quotidien de six professionnels du secteur. Extraits.


"Vous êtes le vigneron ?
– En fait, je suis plutôt viticulteur.
– Ah…"


Ben oui, ce n’est pas pareil. Dans le langage courant, on utilise souvent vigneron et viticulteur comme des synonymes. Pourtant, ils permettent de distinguer deux activités. Ce brave homme qui vous a répondu voulait vous dire : "Je cultive la vigne et quand mes raisins sont mûrs, je les récolte et je les vends à la coopérative voisine ou à un négociant."

 

Il y a le "récoltant manipulant"…

Le vigneron, lui, élève les raisins puis les récolte et les vinifie. Il fait son vin en plus de la culture de sa vigne. C’est l’image du vigneron costaud et taiseux (l’image correspond rarement à la réalité) qui fait tout de A à Z. Il produit, dirige son exploitation et vend son vin. Ce vigneron est aussi nommé, surtout en Champagne : récoltant manipulant.

 

… et le " récoltant coopérateur"

Le viticulteur lui aussi peut vendre son vin, même s’il ne l’a pas vinifié. "Oui je suis adhérent à la coop’." Voilà, tout s’explique. Notre ami viticulteur, appelons-le René, vend donc sa récolte de raisins à une coopérative. La coopérative la vinifie et met le vin en bouteille, puis René rachète le vin et colle son étiquette. Et comme René est champenois, on dit qu’il est récoltant coopérateur. "Nan, je rigole, en fait je suis rattaché à une marque. Je vends à un négociant manipulant, comme on dit dans le jargon !" René est un farceur. En vrai, il vend ses raisins à un négociant qui fait le vin et le vend sous son nom ou sa marque. C’est très souvent le cas en Champagne, où les grandes maisons commercialisent beaucoup plus de bouteilles qu’elles ne pourraient en produire avec leurs vignes. Elles rachètent donc les raisins à des viticulteurs choisis avec soin. C’est également le cas des maisons de négoce en Bourgogne (Laroche, Bichot, Bouchard, Faiveley, Latour, Jadot…), ainsi qu’en Alsace ou en Languedoc-Roussillon (Gérard Bertrand, Hecht & Bannier, vignerons du Sieur d’Arques).

Une chose est sûre, notre pote René n’est pas "négociant distributeur", celui qui achète le vin déjà mis en bouteille pour y coller une étiquette de sa marque. Sinon René serait une chaîne de supermarchés. Et vous ne pourriez pas avoir cette discussion avec lui.

Ces conseils sont extraits du guide “Le vin pour ceux qui n'y connaissent rien” d'Ophélie Neiman, 12,90€, éditions l'Etudiant.
Sommaire du dossier
Métiers du vin : l’œnologue et le "winemaker" Métiers du vin : le sommelier Métiers du vin : le critique Métiers du vin : et les femmes dans tout ça ?