1. CAP, BP, bac professionnel en alternance : une voie rénovée
Décryptage

CAP, BP, bac professionnel en alternance : une voie rénovée

Envoyer cet article à un ami

Le CAP et le bac professionnel sont les deux diplômes phares de la voie professionnelle qui permettent de s’insérer rapidement ou, pour les meilleurs élèves, de poursuivre des études.

Enseignement professionnel en alternance : le niveau monte

Diplômé d’un CAP (certificat d'aptitude professionnelle) puis d’un BP (brevet professionnel) en maçonnerie, Frédéric a choisi le secteur du bâtiment parce qu’il était sûr d’y trouver un poste à l’issue de son cursus. La preuve ? "Les 3 sociétés de construction que j’avais contactées à mon entrée en BP voulaient toutes me prendre en apprentissage, raconte le jeune homme. D’ailleurs, mon employeur, en manque d’équipiers, me sollicitait régulièrement afin que je lui fournisse les coordonnées de mes camarades."

Une protection contre le chômage ?

À l’évidence, la voie professionnelle, du CAP au baccalauréat professionnel, qui concerne chaque année environ 300.000 jeunes, a démontré son efficacité pour décrocher un emploi. En 2, 3 ou 4 ans après la classe de troisième. Et au-delà des spécialités, la voie de l’alternance est un atout évident, une première expérience acquise qui plaît aux recruteurs.

Des situations contrastées selon les secteurs

En général, par rapport aux élèves en formation initiale, les apprentis s’insèrent mieux et plus vite. Parce qu’ils ont une appétence pour l’entreprise et parce qu’ils ont des propositions d’embauche dès la sortie de leur diplôme passé en alternance. Seulement attention ! Selon les secteurs d’activité et le niveau de sortie de formation, les situations sont diverses. Si les cursus liés aux services à la personne ou à l’artisanat, de la plomberie à la restauration en passant par la coiffure, assurent un emploi dès le CAP, dans certains secteurs, notamment dans les activités tertiaires (comptabilité, secrétariat), mais aussi dans l’industrie (plasturgie, électronique), l’insertion est plus difficile. Dans ces cas, il vaut parfois mieux poursuivre au-delà du bac professionnel.

Avis d'expert
Hervé Deléage, coordinateur pédagogique au CFA des métiers de bouche François-Rabelais de Dardilly (69)
"S’orienter après le collège vers un CAP ou un bac pro en alternance exige de prendre le temps de construire son parcours. Pour choisir sa spécialité, il ne suffit pas de se dire qu’il y a des débouchés. Il faut entrer dans la réalité du métier et dépasser les idées reçues entretenues par exemple par les émissions de télé sur la cuisine. Il faut alors profiter de toutes les occasions de rencontres : salon des métiers, journées portes ouvertes, stages en entreprise. Le rôle d’accompagnement de la famille est essentiel. Car le plus difficile c’est de rompre avec la vie de collégien. L’entrée dans l’entreprise avec ses règles et ses contraintes, cela se prépare."


Sommaire du dossier
Morgane : "Grâce à l'alternance, j'apprécie de pouvoir appliquer ce que je vois en cours" Le CAP, premier niveau de professionnalisation Le BEP, désormais facultatif Le bac professionnel, pour s’insérer ou poursuivre des études Un brevet professionnel, pour approfondir Formations complémentaires : un contrat court et ciblé Du CAP au bac pro, 360 diplômes en apprentissage en fiches