BTS et DUT, des tremplins pour poursuivre ses études en alternance

Par Élodie Raitière, publié le 04 Mars 2013
4 min

Deux diplômes sont particulièrement prisés par les alternants qui souhaitent avoir la possibilité de continuer leurs études par la suite : il s’agit du BTS et du DUT. Dans son livre "Apprentissage, alternance : bien choisir sa formation" aux éditions L'Étudiant, Élodie Raitière nous donne de précieux conseils. Extraits.

Près de la moitié des apprentis du supérieur sont en BTS (brevet de technicien supérieur). Le DUT (diplôme universitaire de technologie), lui, est particulièrement recommandé si vous voulez continuer vos études après bac+2.

BTS

Le BTS est le diplôme du supérieur qui compte le plus d'apprentis. Il propose une offre très variée de spécialités accessibles après un bac professionnel ou général.

fleche-rouge La sélection

Comme en filière classique, certains BTS sont très sélectifs : vous êtes recruté sur dossier, lettre de motivation et entretien. Certains établissements vous demandent de trouver une entreprise d'accueil avant de pouvoir vous inscrire, ce qui n'est pas toujours évident, surtout quand on n'a aucune expérience professionnelle.

Les jurys apprécient aussi les parcours atypiques, notamment les jeunes qui sont passés par la case travail.

fleche-rouge L'examen

Le rythme de l'alternance impose plus de travail personnel pour réussir à l'examen d'État qui est commun à tous les BTS. Après deux années d'études, l'examen final est composé d'épreuves écrites et orales.

Vous soutiendrez aussi un rapport sur un projet mené en entreprise ; il compte généralement pour beaucoup dans la note finale.

Attention aux épreuves théoriques, qui sont souvent le point faible des étudiants en alternance.

fleche-rouge Petit conseil

Soyez assidu et trouvez (si possible) un employeur qui s'intéresse aussi au contenu de votre formation pour pouvoir appliquer ce que vous étudiez en cours au fur et à mesure.

Certains établissements organisent des examens blancs en deuxième année pour vous préparer à l'examen. Le taux de réussite est de 70% pour les étudiants en alternance, (lien vers la page : "est-ce qu'il sera + dur de réussir aux examens ?") contre 76,25% pour les scolaires.

Mais comme vous bénéficierez de plus de pratique qu'un étudiant en BTS à plein-temps, vous serez plus rapidement opérationnel sur le marché du travail, ce qui ravira les employeurs !

DUT

Le DUT se prépare en deux ans, parfois en une seule année.

Les apprentis n'y représentent que 5% des effectifs.

fleche-rouge La sélection

Comme en BTS, les jurys n'hésitent pas à s'ouvrir aux parcours atypiques et aux jeunes en réorientation. Si vous avez déjà une expérience en entreprise ou en association, foncez. La motivation compte autant, voire plus que vos résultats scolaires.

Une centaine d'IUT (instituts universitaires de technologie) proposent des DUT en alternance dans différents domaines (gestion des entreprises et des administrations, génie électrique, informatique industrielle et génie des télécommunications...).

On compte 20.000 apprentis rien qu'en DUT techniques de commercialisation.

fleche-rouge Un suivi personnalisé

Vous bénéficierez d'un encadrement renforcé et d'un suivi personnalisé. Vous êtes généralement dans une petite promotion d'une vingtaine d'apprentis et les cours sont dispensés par les mêmes professeurs qu'en filière classique.

fleche-rouge L'examen

Dans certains IUT, vous passerez un contrôle continu avec un examen toutes les six à onze semaines, alors que d'autres privilégient l'examen final. Beaucoup d'IUT demandent aussi à leurs étudiants de préparer un mémoire professionnel et de le soutenir en deuxième année devant un jury.

Les apprentis réussissent mieux aux examens (95%) que les étudiants en voie classique (75%).

Retrouvez plus de 15.000 diplômes et titres répertoriés sur le site de la Commission nationale de certification professionnelle.



Apprentissage, Alternance, bien choisir sa formation // (c)
POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Apprentissage, Alternance : Bien choisir sa formation", par Elodie Raitière.