Vis ma vie d'étudiante en art, spécialité bande dessinée

Par Pauline Bluteau, publié le 18 Mars 2022

VIDÉO. L'École européenne supérieure de l'image (EESI) à Angoulême est la seule école d'art en France spécialisée dans la bande dessinée. Mathilde, 18 ans, en première année de DNA (diplôme national d'art) nous en dit plus sur sa formation.

Gare aux idées reçues, Mathilde prévient d'emblée : l'EESI ne forme pas uniquement les futurs dessinateurs de bande dessinée. Son profil en dit d'ailleurs assez long, l'étudiante n'était pas réellement prédestinée à intégrer cette école… Elle raconte.

Une formation artistique complète pour envisager toutes les possibilités

L'art est un peu la deuxième maison de Mathilde. Originaire de Bretagne, à tout juste 18 ans, elle est diplômée d'un bac STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués). Un bac technologique qui lui convient parfaitement : Mathilde peut toucher à tout, en restant dans le domaine des arts appliqués donc plutôt orienté sur le design, ce qui ne l'empêche pas de dessiner, peindre, faire des photos… C'est justement le travail autour de l'illustration qui lui plait. "J'avais envie de poursuivre sur cette lancée après le bac", confie-t-elle.

Elle tente donc sa chance à l'EESI et surprise, la jeune bachelière est admise. Pour elle, l'occasion de poursuivre dans un cursus assez généraliste. Pourtant, l'école angoumoisine ne cache pas avoir une forte coloration "bande dessinée". "C'est justement ce qui est bien : à travers différents exercices originaux, on découvre la BD."

En première année, Mathilde continue donc de s'ouvrir à d'autres domaines artistiques : le volume, la peinture, la philosophie, la vidéo, la photo… "L'EESI a une particularité mais on peut tout à fait vouloir devenir plasticien, vidéaste, scénariste… C'est un tronc commun que l'on a autour de la bande dessinée en première année mais que l'on peut poursuivre ou non les années suivantes. Ça nous permet de toucher à tout", détaille la jeune femme.

Lire aussi

Un conseil pour réussir en école d'art : dessiner tous les jours

Mais il ne suffit pas d'être excellent en dessin pour réussir la formation, au contraire, là encore, l'objectif est de se montrer curieux, tenter, essayer, rater, pour mieux se connaitre. Mathilde conseille donc de commencer par dessiner tous les jours dans un carnet. S'astreindre quelques minutes à cet exercice permet de voir rapidement sa progression. "Il ne faut pas se soucier du résultat, ne pas avoir peur de faire quelque chose de moche car c'est en observant qu'on finit par réussir."

Après ses trois années à l'EESI, le DNA en poche, Mathilde ne compte pas forcément poursuivre dans l'univers de la bande dessinée. Elle se laisse le choix des opportunités qui se présenteront à elle. Ou même, pourquoi pas, poursuivre une formation dans la permaculture. "Il faudra voir après comment conjuguer cela avec l'art", rit-elle.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une écoles d'art et de la création

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !