1. Métiers du social : quelles formations peut-on suivre sans le bac ?
Décryptage

Métiers du social : quelles formations peut-on suivre sans le bac ?

Envoyer cet article à un ami
Le DEAES (diplôme d'État d'accompagnant éducatif et social) compte trois spécialités, dont l'accompagnement à domicile. // © Pierre BESSARD/REA
Le DEAES (diplôme d'État d'accompagnant éducatif et social) compte trois spécialités, dont l'accompagnement à domicile. // © Pierre BESSARD/REA

Sur le papier, de nombreuses professions du secteur social sont accessibles aux non-bacheliers. Mais, dans les faits, les cursus qui y mènent accueillent bien souvent des titulaires du bac.

Pour les métiers de l'aide et du conseil

Le DEAES (diplôme d'État d'accompagnant éducatif et social)

Ce diplôme a remplacé en 2016 le DEAMP (diplôme d'État d'aide médico-psychologique) et le DEAVS (diplôme d'État d'auxiliaire de vie sociale). Il s'adresse aussi aux futurs auxiliaires de vie scolaire ou AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap) pour lesquels il n'existait aucun diplôme propre jusqu'à présent. De niveau V (équivalent du CAP), il prépare à l'accompagnement de personnes dans les gestes courants de la vie quotidienne, pour compenser leurs difficultés ou handicaps.

Le cursus, d'une durée de douze à vingt-quatre mois, se compose d'un socle commun et de trois spécialités : l'accompagnement dans le milieu scolaire, l'accompagnement à domicile et l'accompagnement à la vie en structure collective (maisons de retraite, unités de soins longue durée, foyers de vie, etc.). Un stage de huit cent quarante heures complète cette formation.

Aucun diplôme n'est exigé pour l'intégrer, mais une expérience dans le domaine social peut vous être demandée. Les épreuves d'admission sont organisées par chaque établissement. Elles sont constituées d'un questionnaire écrit sur l'actualité sociale et d'un oral portant sur votre motivation et votre capacité à vous engager dans une formation sociale.

Le DEME (diplôme d'État de moniteur-éducateur)

C'est un diplôme de niveau IV (équivalent du bac) qui permet de travailler dans des institutions spécialisées auprès de personnes handicapées, en situation de dépendance ou en difficulté, afin de les accompagner et de les assister dans leur vie quotidienne.

Vous n'avez besoin d'aucun diplôme pour vous inscrire aux épreuves. Pour être admis, il faut réussir une épreuve écrite ainsi qu'un oral évaluant notamment votre motivation.

Lire aussi : Découvrez les métiers du secteur social

Le DETISF (diplôme d'État de technicien de l'intervention sociale et familiale)

C'est un diplôme de niveau IV (équivalent du bac). Les techniciens d'intervention sociale font de l'accompagnement à domicile dans des circonstances particulières (décès d'un parent, hospitalisation, longue maladie…). Ils travaillent pour des associations ou des collectivités locales.

Il suffit d'être âgé de 18 ans au minimum pour se présenter à l'examen, qui comprend au moins une épreuve écrite de culture générale et un entretien. Les titulaires du baccalauréat ou d'un diplôme équivalent sont dispensés de l'écrit. La formation dure entre dix-huit et vingt-quatre mois.

Pour les métiers de l'animation

Sans le bac, plusieurs formations à vocation professionnelle sont possibles dans le domaine de l'animation. Elles relèvent toutes du ministère des Sports.

Le BAFA (brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur)

Il permet d'être animateur dans les centres de vacances ou de loisirs pour enfants et adolescents. C'est un atout pour entrer dans les écoles de travail social ou pour préparer le BAFD (brevet d'aptitude aux fonctions de directeur) afin de diriger une structure à titre occasionnel.

L'inscription à la formation se fait sur le site www.jeunes.gouv.fr/bafa-bafd. Il faut être âgé de 17 ans au moins.

Le BAPAAT (brevet d'aptitude professionnelle d'assistant animateur technicien)

Ce diplôme de niveau V (équivalent du CAP) est la première qualification professionnelle dans l'animation sportive ou socioculturelle. Il mène à un emploi au sein d'associations sportives, de structures d'accueil collectif, etc.

Pour s'inscrire, il faut avoir au moins 16 ans (18 ans pour faire valider le diplôme). Aucun titre n'est requis, le jury évalue la culture générale et les expériences préalables dans l'animation. La formation se déroule en un ou deux ans en alternance.

Le BPJEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport)

Ce diplôme de niveau IV (équivalent du bac) donne accès aux métiers d'animateur, de moniteur ou d'éducateur sportif, dans des associations, des clubs sportifs, des collectivités territoriales ou des établissements d'accueil, auprès d'enfants, de jeunes, d'adultes, ou de personnes âgées. Il ouvre la voie vers les concours de la fonction publique territoriale (éducateur territorial, animateur sportif, etc.).
Le BPJEPS comprend près de 40 spécialités, dans les activités sportives, d'animation et d'éducation. Des tests de sélection sont organisés par chaque établissement. Il faut avoir au moins 18 ans. Une expérience dans l'animation est souhaitable. Pour les activités sportives, un bon niveau dans la discipline choisie est requis. La formation, d'environ un an, comprend un minimum de six cents heures en centre de formation, alternant avec une partie pratique obligatoire en structure professionnelle.