Justine, en M1 d'économie à l'UPMF à Grenoble : "J'ai tout de suite aimé cette université"

Publié le

Justine - GrenobleJustine, 21 ans, originaire de Nancy, a choisi l’université Pierre-Mendès-France de Grenoble pour poursuivre ses études d’économie. En master 1 d’ingénierie économique, elle nous explique les raisons de son "expatriation".

Qu’est-ce qui a conduit la nancéenne que vous êtes en master 1 d’ingénierie économique à l’UMPF à Grenoble ?

Après le bac, j’ai suivi une 1re année de prépa HEC au lycée Henri-Poincaré de Nancy, la ville où j’avais passé mon bac. Je me suis rendu compte rapidement que ce n’était pas mon truc. Il y a beaucoup d’histoire, de maths, alors que mon domaine de prédilection c’est vraiment l’économie.

A l’issue de ma prépa, je me suis donc inscrite en fac d’économie à l’université de Nancy [en L2], mais ça ne m’a pas plu non plus. Il y avait très peu de proximité avec les enseignants. Ils rentraient par une porte en amphi et ressortaient par l’autre sitôt le cours terminé, sans qu’on ait eu le temps de leur poser des questions. Les possibilités de poursuite d’études en master dans les domaines qui m’intéressaient étaient aussi assez restreintes.

Quitte à partir en M1, je me suis dit, autant se lancer dès la L3 ! C’est comme cela, que je suis arrivée à l’université Pierre-Mendès-France de Grenoble. J’avais repéré plusieurs masters qui me séduisaient et le cadre, avec la montagne, le ski tout près me semblait plus attirant que Nancy que je connais par cœur…

La scolarité à l’université Pierre-Mendès-France est-elle à la hauteur de vos espérances ?

Oui, j’ai tout de suite aimé cette université. En L3 j’ai trouvé que les professeurs étaient vraiment à l’écoute des élèves. On peut leur envoyer un mail, ils répondent très rapidement. Il y a aussi beaucoup plus de TD (travaux dirigés), et ce n’est pas négligeable : on apprend beaucoup mieux dans une classe de 20 que dans un amphi de 150 !

Au final, ma L3 s’est très bien passée. J’entame mon M1 en ingénierie économique et c’est pareil. Nous sommes 30, les cours sont hyper intéressants et il règne une vraie cohésion au sein de la classe.

Quels sont vos projets pour l’année prochaine ?

Je compte poursuivre en M2 ingénierie économique, si possible en alternance à condition que je trouve une entreprise pour m’accueillir. J’ai choisi ce diplôme car il mène à des fonctions assez variées : l’accompagnement à la création d’entreprise, le contrôle de gestion, le management de projet dans une PME, un grand groupe ou une CCI (chambre de commerce et d’industrie).

Quels bons plans pourriez-vous conseiller à un étudiant qui choisit Grenoble ?

Le ski. Les stations sont toute proches et avec les cartes qui donnent un tarif préférentiel aux étudiants, la journée revient entre 20 et 25 euros.

Tous les mercredis après-midi, l’université réserve aussi à ses étudiants des créneaux pour faire du sport en extérieur à des tarifs très intéressants. J’ai déjà testé de cette manière la Via ferrata, la randonnée, l’escalade, l’accro-branche…

Sinon, en ce qui concerne la vie nocturne, Grenoble bouge plus que Nancy. Il y a des sorties étudiantes tous les soirs si on veut. En général, on sort avec ses copains de promo. Personnellement, j’aime retrouver mes amis au Shannon, un bar irlandais très sympa. Enfin, je recommande les concerts de jazz et de musique classique de la Maison de la Culture. Question spectacles, il y en a sinon pour tous les goûts !

Propos recueillis par Cécile Peltier

Sommaire du dossier

OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site