"Admis", "en attente" ou "refusés" : sur Parcoursup, les candidats réagissent

Par Pauline Bluteau, publié le 20 May 2020
8 min

C’est finalement vers 15h30, et non pas 17 heures, que les quelque 950.000 candidats inscrits sur Parcoursup ont eu la surprise de découvrir les résultats d’admission ce mardi 19 mai. Après plusieurs semaines de stress, la pression retombe enfin pour certains, tandis que d’autres doivent encore patienter ou réfléchir à un plan B.

Malgré la tempête, ou plutôt la crise sanitaire, Parcoursup a tenu bon. Les 15.500 formations présentes sur la plateforme ont annoncé, ce mardi 19 mai, les réponses d’admission aux 950.000 candidats, élèves de terminale, étudiants en réorientation ou en reprise d’études. À la surprise générale, les résultats sont même arrivés un peu plus tôt que prévu : dans l’après-midi, certains candidats étaient déjà fixés sur leur avenir. Retour sur les premières réactions des "Parcoursupéins".

Lire aussi

"Pouhahaha je suis pris dans mon vœu préféré !"

"Un soulagement", c’est par ce mot que les candidats admis décrivent leur état d’esprit à l’annonce des résultats sur Parcoursup. D’après les premiers chiffres du ministère de l’Enseignement supérieur, dès le 19 mai, 1,5 millions de réponses ont été envoyées à 453.000 candidats. Parmi eux, le soir même, 71.000 avaient déjà accepté une proposition.

C’est le cas d’Etienne, 18 ans, en terminale L à Meudon (92) : "J’avais pris le risque de sélectionner seulement deux vœux en DUT métiers du livre parce que c’était la seule formation qui m’intéressait vraiment… et j’ai été admis dans les deux !" D’après le lycéen, pour qui le bac est déjà acquis, les vacances commencent. "J’avais déjà une préférence, je n’ai plus qu’à l’accepter définitivement, poursuit-il. Je vais essayer de contacter quelques étudiants pour prendre de l’avance sur la rentrée, ils ont certainement des lectures à me conseiller."

Lire aussi

Au contraire, Léa, 18 ans et également en terminale L à Saint-Etienne (42), est toujours indécise. La lycéenne avait sélectionné 10 formations (sans compter les 20 sous-vœux). Mis à part ses vœux en IEP (instituts d’études politiques) où elle reste en attente, la candidate a été reçue en prépa lettres et B/L ainsi que dans les trois licences demandées. "Ce que je voulais vraiment, c’est intégrer un IEP mais pour l’un d’entre eux, je suis 2.157e sur 2.620 sur la liste d’attente alors qu’il n’y a que 150 places donc je dois réfléchir à ce que je veux vraiment faire l’année prochaine. J’ai peur de me tromper." Malgré une légère déception, la lycéenne se dit très étonnée des réponses reçues jugeant certaines formations inaccessibles. "J’ai quelques jours pour prendre ma décision, je vais rapidement renoncer à certains vœux pour libérer des places", assure-t-elle.

Lire aussi

Des files d’attente sur Parcoursup, "pire que chez le médecin"

Car pour certains candidats, l’attente ne fait justement que commencer. Sur les réseaux sociaux, beaucoup essaient d’évaluer leurs chances d’intégrer la formation visée en fonction de leur rang sur la liste d’attente. D’autres demandent, voire exigent, que les candidats admis libèrent des places rapidement. Pour Audrey, 18 ans, en bac STMG à Montereau (77), ses neuf vœux en licence de droit sont en suspens. La lycéenne avait également demandé un BTS, "au cas où", dans lequel elle n’a pas été retenue. "Je m’y attendais parce que je n’ai pas un très bon dossier, mais j’avais pourtant fait attention à sélectionner des licences qui prenaient plus de bacheliers technologiques que la normale, regrette-elle. Je suis très déçue mais je me dis que j’ai encore mes chances, ce n’est pas fini !" Audrey compte bien renoncer à certains vœux avant même d’avoir une réponse si elle s'estime trop loin sur la liste d’attente.

Ilina avait également mis toutes les chances de son côté en sélectionnant dix formations, à la fois sélectives et non sélectives dans des domaines parfois très différents les uns des autres. STAPS, langues, commerce international, management, communication… L’élève de terminale L à Bezons (95) s’est laissé plusieurs opportunités. Refusée dans quelques BTS et en attente en licence, elle reste pragmatique. "Je m’y attendais : les anciens lycéens m’avaient avertie des listes d’attente et je savais que d’autres dossiers seraient meilleurs que le mien." L’année dernière, près de la moitié des candidats s’étaient retrouvé en attente à l’ouverture de la phase d’admission. "Je ne sais pas du tout ce que je vais faire, déjà que c’était long d’attendre les résultats, là, c’est encore plus pénible…" La lycéenne espère qu’une place en BTS commerce international se libérera très vite.

Lire aussi

Les plans B des candidats refusés

D’autres ont essuyé des refus dès l’ouverture de la phase d’admission. Une situation à laquelle ils ne s’attendaient pas, mais certains ont préféré en rire : direction McDo ou Pôle emploi pour quelques-uns quand d’autres se demandent comment tricher sur Parcoursup ou s’imaginent déjà devenir clown !

Et même pour ceux qui sont très loin dans les listes d’attente, la réponse s’assimile à un refus. Paul, 17 ans, en terminale ES à Pluneret (56) estime déjà qu’il ne pourra pas intégrer la formation qu’il visait : la licence de STAPS à Nantes. "J’y croyais mais voir que je suis plus de 3.000e sur la liste d’attente, je sais que c’est mort…" Le candidat espère tout de même intégrer cette formation dans une autre ville proche de chez lui, en Bretagne.

Pour rappel, les propositions d’admission sont mises à jour tous les matins sur Parcoursup. Le plus dur pour les candidats est maintenant de prendre leur mal en patience.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une Parcoursup

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !