Qu’est-ce qu’un titre RNCP ?

Par Catherine Piraud-Rouet, publié le 07 Juillet 2021
10 min

Un titre RNCP est une formation, un diplôme ou une qualification inscrit au Répertoire national de la certification professionnelle. L’inscription au RNCP constitue le premier gage de qualité et de sérieux d’une formation, du niveau 3e au doctorat.

Le Répertoire national de la certification professionnelle (RNCP) liste toutes les formations et tous les titres certifiés par la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP). Un titre certifié permet à son titulaire de prouver les compétences, aptitudes et connaissances nécessaires à l’exercice d’un métier ou d’une activité relevant d’un domaine professionnel. Tous les titres inscrits au RNCP sont accessibles par la voie de la formation initiale ou continue, via la validation des acquis de l’expérience (VAE) notamment.

Quelle sont les différences entre un titre RNCP et un diplôme ?

Le diplôme atteste d’un niveau et d’un parcours d’études, scolaire ou universitaire. Le titre RNCP s’attache principalement à une fonction. Par exemple, le titre d’ingénieur ou de psychologue.

Les crédits ECTS et les diplômes, délivrés par l’État via un ministère (Éducation nationale, Travail, Agriculture, Industrie…) permettent d’acquérir un niveau reconnu académiquement. Les titres certifiés, eux, garantissent l’obtention d’un niveau reconnu dans le domaine professionnel.

Tous les établissements d’enseignement, privés ou publics, de formation initiale ou continue, peuvent demander l’inscription au RNCP. La durée de validité de cette inscription est de cinq ans, avec possibilité de renouvellement.

Lire aussi

Quels sont les différents niveaux des titres RNCP ?

Depuis janvier 2019, le niveau de certification en France se conjugue avec la nomenclature européenne, en vue d’harmoniser la reconnaissance des compétences professionnelles sur l’ensemble des 27 pays de l’Union européenne.

Titre RNCP de niveau 3

Les diplômes de niveau 3 reconnus au RNCP sont équivalents au CAP (certificat d’aptitude professionnelle). Ces diplômes infra-bac dispensés après la classe de troisième durent deux ans. Les BEP (brevets d’études professionnelles), qui sont des certifications intermédiaires des bacs professionnels sont aussi des titres RNCP de niveau 3. On trouve aussi le DNB, (diplôme national du brevet) ainsi que le CPJEPS (certificat professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) pour devenir animateur en centres de loisirs, en colonies de vacances, etc.

Titre RNCP de niveau 4

Au niveau 4 du RNCP sont regroupés les diplômes de niveau bac.

Les baccalauréats généraux, technologiques et professionnels, bien sûr, mais également la CAPD (capacité en droit) qui donne accès, sans le bac et après une formation d’un an, à des postes de secrétariat administratif ou juridique, le DAEU (diplôme d'accès aux études universitaires) pour ceux qui ont quitté le lycée sans le bac et souhaitent obtenir un diplôme de même niveau afin de rejoindre des études supérieures.

Parmi les titres RNCP de niveau 4, citons également le BP (brevet professionnel) qui se prépare en deux ans après un CAP et atteste d’une haute qualification dans une activité professionnelle (BP boucher, BP responsable d’entreprise agricole…).

Dans le secteur du sport, le BPJEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) est le diplôme de référence pour travailler dans l’éducation sportive.

Le BMA (brevet des métiers d'arts) et le DNOP (diplôme national d'orientation professionnelle) également obtenus à la suite de deux années d’études après un CAP sont, eux, des titres RNCP de niveau 4 spécifiques aux métiers de l’art.

Titre RNCP de niveau 5

Les diplômes de niveau 5 inscrits au RNCP rassemblent tous les diplômes à bac+2 : le BTS/BTSa (BTS agricole) et ses quelque 150 spécialités, le DEJEPS (diplôme d’État de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) du ministère des Sports pour piloter des projets sportifs, mais aussi les CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles), le DEUST (diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques), les DE (diplômes d’État) de professeur de danse ou de théâtre, le BM (brevet de maîtrise) – délivré par les chambres de métiers et de l'artisanat sont aussi reconnus RNCP de niveau 5.

Titre RNCP de niveau 6

La licence générale ou professionnelle, le BUT (bachelor universitaire de technologie, ex-DUT) et ses 24 spécialités à l’université, ainsi que le DNSPM (diplôme national supérieur professionnel de musicien) délivré par les conservatoires de musique sont des diplômes qui attestent d’un niveau bac+3 et qui correspondent donc à des titres RNCP de niveau 6.

Mais on trouve aussi les diplômes du ministère des Sports comme le DESJEPS (diplôme d’État supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) qui permet de devenir entraîneur sportif de haut niveau ou directeur d’un centre sportif, les diplômes d’art comme le DNA (diplôme national d’art) ou le DNMADE (diplôme national des métiers d'art et du design) et ses 14 mentions, le DCG (diplôme de comptabilité et de gestion).

Les bachelors de certaines écoles de commerce, d'ingénieurs, d'art, etc. et les diplômes d’État des secteurs social sont également reconnus RNCP de niveau 6 : DEES (diplôme d’État d’éducateur spécialisé), DEASS (diplôme d'État d'assistant de service social), DEEJE (diplôme d'État d'éducateur de jeunes enfants), DEETS (diplôme d'État d'éducateur technique spécialisé, DECESF (diplôme d'État de conseiller en économie sociale familiale). Le DEPM (diplôme d’État de professeur de musique), ainsi que les diplômes des écoles spécialisées sont aussi répertoriés au niveau 6.

Titre RNCP de niveau 7

Master universitaire ou master d’écoles, DEEA (diplômes d’État en architecture) ou diplôme d’architecte d’intérieur, DNSEP (diplôme national supérieur d'expression plastique) qui forme des chefs de projets, diplômes d’écoles spécialisées (art, informatique, bibliothèque, patrimoine…), diplômes de certaines écoles d’ingénieurs ou de commerce… tous ces diplômes sont reconnus au niveau 7, c’est-à-dire à bac+5.

Ils garantissent à leurs titulaires une bonne insertion avec souvent, à la clé, des responsabilités et un salaire attractif. Citons également comme titre RNCP de niveau 7 le DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion) pour travailler dans le domaine de la comptabilité.

Lire aussi

Titre RNCP de niveau 8

Addict aux études, vous souhaitez pousser jusqu’au bac+8 ? Certains diplômes vous mèneront à travailler dans la recherche comme le doctorat universitaire.

D’autres comme le DEC (diplôme d’expertise comptable) vous permettront d’exercer en tant qu’expert-comptable, alors que le DCB (diplôme de conservateur des bibliothèques) et le diplôme d’archiviste paléographe vous feront accéder aux bibliothèques et aux archives. Tous ces diplômes sont reconnus RNCP de niveau 8.

Les niveaux de classifications des formations RNCP en un clin d'oeil

Années d’études après le bac Diplôme et grade français Titre certifié
Bac+8 Doctorat Niveau 8 (anciennement niveau 1)
Bac+5 Master, mastère spécialisé, MBA Niveau 7 (anciennement niveau 1)
Bac+3 Licence, BUT, bachelors DEES, DNTS  Niveau 6 (anciennement niveau 2)
Bac+2 BTS, DUT, DEUST, DMA, DEJEPS, diplômes d’Etat de nombreuses filières médico-sociales… Niveau 5 (anciennement niveau 3)
Bac Bac (général, technologique ou professionnel), DAEU, BT, BP, DMA, Capacité en droit, BPJEPS… Niveau 4 (anciennement niveau 4)
Avant le bac CAP, BEP, MC (mention complémentaire) Niveau 3 (anciennement niveau 5)
Avant le lycée Certificat de formation générale, Diplôme National du brevet (Anciennement niveau 6)

Lire aussi

Le RNCP, mode d’emploi

Si vous souhaitez en savoir plus sur une formation inscrite au RNCP, vous pouvez consulter, sur le site de France Compétences (organisme placé sous l’autorité du ministre chargé de la formation professionnelle), l’ensemble des éléments qui lui sont rattachés : descriptifs des certifications, activités visées, secteur d’activité, éléments de compétence acquis, modalités d’accès, niveau d’études.

La certification RNCP : de multiples avantages

Depuis sa création en 2002, le succès du RNCP ne se dément pas. Devant la multiplication des formations, la certification demeure le premier moyen de trier le bon grain de l’ivraie. Et ce, tant pour les candidats à tel ou tel cursus que pour les entreprises cherchant à embaucher des diplômés.

Proposer un diplôme certifié par l’État est aussi un gage de qualité pour les écoles et les universités. Ces titres faciliteraient, en outre, les partenariats avec les établissements d’enseignement étrangers, et notamment européens. Enfin, de manière générale, le titre RNCP, assis sur la VAE, facilite l’accès à l’emploi, la gestion des ressources humaines et la mobilité professionnelle.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !