François, 22 ans, de Gannat : "Je suis monté à la capitale du cinéma"

Par Julia Zimmerlich, publié le 21 May 2007

Julie, François, Maëlys, Thomas, Élodie, Clothilde, Sarah, Liza, Aude, Gabriel : 10 provinciaux "montés à Paris" pour leurs études. 10 jeunes qui évoquent leur installation dans la capitale, leurs galères et leurs bons plans. De quoi se sentir moins seul si cela vous arrive prochainement !

C’est au festival international du court métrage de Clermont-Ferrand que François a entendu pour la 1ère fois parler de l’Ecole nationale supérieure Louis Lumière. Il était alors élève en terminale S à Gannat (03). L’admission dans cette école se faisant à bac+2, il quitte sa région natale après son bac pour suivre un BTS (brevet de technicien supérieur) audiovisuel, spécialité image, à Rouen. "Parce que le BTS de Rouen proposait 1 heure par semaine de préparation aux concours des écoles de cinéma et que nous avions 6 heures d’histoire de l’art au lieu de 4 normalement. Et le vrai plus était la proximité avec Paris", note ce passionné de cinéma.

Dans la capitale du cinéma d’art et essai


En 1h30 de train, François se retrouvait régulièrement dans l’une de ses petites salles parisiennes préférées pour savourer un film d’auteur ou un vieux classique, "introuvable dans les salles de province". Pendant ses 2 années de BTS, il fait la navette jusqu’à son admission dans la section cinéma de Louis Lumière. Aujourd’hui, ce cinéphile est évidemment comblé.

Une sociabilité dans l’école


Même le trajet quotidien, dans un RER bondé, pour se rendre à l’école ne l’effraie pas. "La plupart de mes amis de BTS sont à Paris, quelques amis d’enfance aussi et à l’école nous sommes dans des toutes petites promos : 16 dans ma section, une cinquantaine avec les filières photographie et son. Les amitiés se forment très rapidement." Installé dans le quartier Nation, juste à coté de la ligne de RER A (celle de son école), il habite un studio de 26 m2 pour un loyer mensuel de 680€ charges comprises. "A 10 minutes à pied de Bastille, mon quartier préféré pour aller boire un verre." Entre 2 séances.

Ses conseils

> Se "perdre" dans les rues de Paris est la meilleure façon de découvrir la ville.
> Jouer la "carte régionale" en rentrant en contact avec les associations représentant, à Paris, votre région d'origine (les Auvergnats, les Bretons, les Basques ...) pour bénéficier de l'entraide communautaire.


Articles les plus lus

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !