1. Supérieur
  2. Les études par région
  3. En direct des salons : spécial Marseille
  4. Julie, en DUT Techniques de commercialisation : « 3 jours après ma rentrée en BTS, je partais en DUT »

Julie, en DUT Techniques de commercialisation : « 3 jours après ma rentrée en BTS, je partais en DUT »

Envoyer cet article à un ami

Et si c’était à refaire ? Julie, 18 ans, en première année de DUT Techniques de commercialisation (TC) à l’IUT de Marseille (Université Paul Cézanne), aurait-elle fait le même choix ? Pas de doute pour la jeune étudiante qui est venue sur le Salon dans le cadre d’un projet tutoré.

Ce qu’elle voulait faire au lycée
J’ai passé mon bac ES au lycée privé de l’Olivier à St Barnabé et depuis le début, je visais un IUT. J’hésitais un peu avec la filière GEA (Gestion des entreprises et de l’administration) mais la mention TC (Techniques de commercialisation), plus axée sur l’aspect relationnel, le marketing et le commerce, correspondait mieux à mon tempérament.

Ce qu’elle a fait après le bac
Ayant un dossier moyen, ma candidature n’a pas été acceptée en IUT lors de la procédure APB. Du coup, je me suis inscrite en BTS MUC (Management des unités commerciales) dans une école privée. A la rentrée, j’ai appris qu’il restait des places en IUT grâce à une amie qui y était inscrite. J’ai donc renvoyé mon dossier et j’ai été convoquée à un entretien. Le fait que ma moyenne se soit améliorée au troisième trimestre de terminale et aussi que je sois vraiment motivée, a probablement joué en ma faveur. J’ai joué le tout pour le tout et j’ai été acceptée. Trois jours après ma rentrée en BTS, je suis donc partie rejoindre l’IUT.

Ce qu’elle fait aujourd’hui
En première année, nous avons des matières générales : au premier semestre, des maths, de l’économie, du droit, de la logistique, de l’expression-communication, des langues... Au second semestre les cours changent : avec du droit du commerce ou des cours sur la distribution ou les marchés. J’apprécie les travaux de groupe en les mises en situation. Par exemple, aujourd’hui je participe au salon de l’Etudiant, dans le cadre d’un projet tutoré avec les élèves de seconde année. On avait aussi le choix de participer aux journées portes-ouvertes de l’IUT. Les mises en situation nous mettent face à la réalité. J’ai effectué, au premier semestre, un sketch de vente. Chaque étudiant devait choisir un produit, élaborer un argumentaire et construire un scénario pour vendre ce produit à l’enseignant. On se retrouve dans la situation d’un vrai commercial et c’est très intéressant !

Et si c’était à refaire ?
Je ne regrette pas du tout. Le système IUT correspond bien à mon besoin d’être un peu poussée. Après le DUT, l’idéal serait de tenter une école de commerce, mais je peux aussi continuer en licence professionnelle ou générale. J’ai encore le temps de me renseigner et j’attends la seconde année pour me décider.
 

Propos recueillis par Mathieu Oui

Mes adresses de sortie à Marseille et dans la région
L’Exit (sur le vieux port), le Manureva (quartier de la Valentine).
J’aime bien aussi le Mistral à Aix ou le Mystic sur la route de Casssis (très fréquenté car l’entrée est pas chère). Et aussi le Rez-de-chaussée et le Flamingo.


 

Sommaire du dossier
Retour au dossier Julie, en DUT Techniques de commercialisation : « 3 jours après ma rentrée en BTS, je partais en DUT » Eloïse et Chloé, étudiantes en deuxième année à l’EMD : « Qu’importe son niveau, quand on est motivé, les résultats suivent » Isabelle, en M1 communication et contenus numérique à l’EJCM : « Je rêvais de faire cette école depuis la seconde » Ludovic, en bac pro comptabilité : « On parle d’orientation entre copains, et avec les profs » Mélissa, en licence professionnelle assistant RH en alternance : « Pour entrer dans la vie active, il faut un minimum d’expérience » Imen, M1 chimie, à l’université Paul Cézanne : « J’aime la chimie parce que c’est ce qui me rapproche le plus du métier de pharmacienne » François, 20 ans, en troisième année à l’ESRA Nice : « J’apprécie de toucher à tout et d‘avoir une formation vraiment pratique » Ichem, en 2e année à l’ITIP : « On apprend tous les métiers du port et du transport international de marchandises » Simon, en 3e année de l’ENSM : «On teste son goût pour le voyage et l’aventure » Trois présidents et un recteur pour inaugurer le Salon du lycéen et de l’Etudiant Pape Diouf au Salon de l’Etudiant de Marseille Conseils de pro - Partir étudier à l’étranger : «Nous avons de plus en plus de ressources pour financer des stages Erasmus » Conseils de pro - Droit : quelles études pour quels métiers ? : « La seule condition pour décrocher son diplôme est d’être sérieux » Conseils de pro - Procédure d’admission post bac : mode d’emploi : «Il faut prendre le temps de lire les instructions sur APB » Conseils de pro - Santé, quelles études pour quels métiers ? : « Les étudiants brillants et feignants ne sont pas ceux qui réussissent le mieux ce concours » Conseils de pro : fonction publique « Il faut imaginer un métier que l’on pourra exercer aussi bien dans le privé que dans le public, au cours de sa carrière » Conseils de prof : « L’orientation est un mélange de raison et de passion » Parole de parents : « Nous sommes venus pour voir la diversité des écoles et échanger avec des étudiants » Paroles de parents : « A l’université, on ne fait pas assez attention aux étudiants » Paroles de parents : «Il y a un vrai retour sur investissement pour les bac+5 en économie –management » Paroles de parents : « Les appréciations des enseignants sur le travail et l’investissement comptent beaucoup pour les dossiers d’entrée en prépa véto » Vu au salon de Marseille : les photos