Roxane, étudiante à l’INSA Rouen : "A l'école, j'ai pu suivre une formation ingénieur dès la première année"

publié le 12 Janvier 2013
3 min

Roxane, 22 ans, est étudiante à l’INSA Rouen en CFI (chimie fine et ingénierie). Originaire de Bayonne, la jeune femme a décroché son bac S spécialité maths, avec une mention bien. Refusée à l’INSA de Toulouse, elle a été admise en prépa intégrée à l’INSA de Rouen, où elle poursuit aujourd’hui ses études.

nullPourquoi étudiez-vous à Rouen après une année en faculté de biologie à Toulouse ?

En première année de biologie à l’université Paul-Sabatier à Toulouse, j’ai appris l’existence des INSA (Institut national des sciences apliquées). Je voulais entrer à l’INSA Toulouse, où les études sont plutôt axées sur la biochimie, mais je n’ai pas été prise. En revanche, j’ai été acceptée en prépa intégrée à l’INSA Rouen.

Comment se sont passées vos années en prépa intégrée ?

Je ne voulais pas faire une prépa classique avec un concours à la fin, parce que je sais que je ne suis pas une grosse bosseuse et que je n’avais pas envie de m’enfermer pendant deux ans. Du coup, la prépa intégrée m’allait bien. Elle m’a permis en plus d’éviter des matières qui ne sont au programme que pour le concours et de suivre une formation très "ingénieur" dès la première année.

Où en êtes-vous de votre cursus ?

Je n’ai pas validé toute ma troisième année, donc je suis un parcours aménagé entre la 3e et la 4e année. En fait, je me suis laissée un peu débordée après les deux ans de prépa intégrée, où le rythme était plutôt cool. Je n’avais alors pas besoin de beaucoup travailler pour réussir. Ensuite, il y a eu beaucoup de boulot. Il faut travailler beaucoup mais cela reste accessible. Il faut tout de même préciser que même si nous avons beaucoup d’heures de cours, l’ambiance est très sympa. Il y a énormément d’entraide. Et nous organisons aussi beaucoup d’événements festifs.  

Quelles sont vos bonnes adresses pour les sorties à Rouen ?

Il n’y a pas grand chose près de l’INSA, mais le centre-ville est sympa. En ce moment, je vais au Délirium, rue du Gros. J’aime aussi la Boîte à bières et le Highland, où se déroulent souvent les "soirées INSA".

 Propos recueillis par Isabelle Maradan

 

Articles les plus lus

A la Une étudier en région

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !