Othman, en prépa aide-soignant à l’IRFSS de la Croix-Rouge : "Montpellier fait tout pour garder ses étudiants"

Par Étienne Gless, publié le 30 Janvier 2014
3 min

Othman, 28 ans, a d’abord commencé par travailler dans les métiers de la vente. À la recherche d’un métier passion, il a intégré l’IRFSS (institut régional de formation sanitaire et social) de la Croix-Rouge à Montpellier pour préparer le concours d'aide-soignant.

Vous avez 28 ans et commencez une nouvelle formation. Quel a été votre parcours ? Pourquoi vouloir devenir aide-soignant ?

"J’ai d'abord passé un BEP [brevet d'études professionnelles] topographie [l’étude des terrains] puis j’ai commencé à travailler. J’ai été commercial pendant trois ans. Certains aiment ce métier car on peut bien gagner sa vie. Pour ma part, je cherchais un métier passion. Aide-soignant est à ce titre un métier de cœur qui demande beaucoup d’empathie et de patience."

Comment êtes-vous entré à l’IRFSS (Institut régional de formation sanitaire et social) de la Croix-Rouge ?

"Je me suis renseigné sur Internet et divers noms d’écoles sont apparus. La Croix-Rouge jouit d’une importante renommée et a une éthique. Pour entrer, il faut passer des tests de maths, français et biologie. Si on obtient la moyenne, on peut passer l’oral : un entretien de 20 minutes à partir d’un thème d’actualité dans le domaine sanitaire et social. Pour ma part, je suis tombé sur le sujet ‘L’alcool et les étudiants’."

Vous êtes actuellement en prépa. Quel type d’enseignement recevez-vous ?

"J’effectue une remise à niveau en français et maths et j’approfondis les notions de biologie. Je bénéficie aussi à l’oral de cours d’élocution et de maintien. L’école nous renseigne beaucoup sur notre futur métier. J’ai ainsi pu effectuer un stage de découverte de 15 jours dans un EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) - ou maison de retraite - de la région. Ce stage m’a conforté dans mon choix : aide-soignant est un métier qui me convient et que j’apprécie."

Qu’est-ce qui vous plaît moins dans votre formation ?

"Le manque de places proposées au concours d’aide-soignant. Cela met beaucoup la pression. Il faut énormément travailler à l’école et chez soi. J’ai passé les écrits du concours d'aide-soignant le 18 janvier à Montpellier. Il y avait près de 400 candidats pour 37 places [plus une vingtaine en alternance]. C’est peu. J'attends les résultats... Comme beaucoup d’étudiants, je me suis inscrit à d’autres concours dans plusieurs villes. Je vais bientôt passer un concours à Martigues [13] et un troisième en région parisienne. Si je dois bouger je le ferai, mais je préférerais rester sur Montpellier."

Fait-il bon vivre ici pour un étudiant ?

"Montpellier est une ville agréable pour y étudier comme pour y vivre. Il existe beaucoup de pass et de réductions pour jeunes qui permettent d’aller voir à prix réduit des matchs de foot, de basket, ou d’aller au cinéma. L'agglomération est fière d’accueillir autant d’étudiants et fait tout pour les garder. J’aime aussi la région pour son climat. En été, c’est agréable de faire une petite brasse dans la mer ou de faire son footing le long de la plage."

Comment envisagez-vous votre avenir ?

"Pour l’instant, j’attends les résultats de mes écrits au concours de la région pour aller à l’oral. En espérant rentrer à l’école en septembre 2014..."

Articles les plus lus

A la Une étudier en région

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !