Grégory, ingénieur sécurité chez Aretel : "En cas d’attaque, il faut répondre vite"

Par Céline Authemayou, Olivier Monod, publié le 15 Mars 2013
3 min

Phénomène de mode ou évolution technologique profonde ? Le Big Data est devenu en quelques mois une préoccupation majeure dans de nombreuses entreprises. Face à la profusion de données numériques produites à travers le monde, les besoins en compétences sont nombreux. Ils concernent la gestion de ces données, mais aussi l’analyse et la communication de ces informations. Autant de fonctions qui devraient largement recruter.

Grégory Goursolle est le rempart entre les hackers et les données de ses clients. Il doit proposer des solutions qui résistent aux tentatives d'intrusion et savoir faire face en cas d'attaque.

Son métier

Consultant sécurité, réseaux, télécoms et infrastructures chez Aretel, une entreprise de cloud computing, Grégory Goursolle, 30 ans, passe "70 % de son temps sur des questions de sécurité". Une problématique qui mobilise à différentes échelles 5 personnes dans cette société de 15 salariés.

Et pour cause, le cloud propose aux entreprises d'externaliser complètement leurs serveurs. La question de la sécurité est primordiale.

Dans son métier, Grégory intervient sur différents éléments du système informatique. "La sécurité passe par l'architecture de l'environnement, l'utilisation de pare-feu, de logiciels, mais aussi par la définition de processus sécurisés pour prévenir les attaques.

Par exemple, illustre le jeune homme, on va isoler les données de l'environnement applicatif afin d'éviter qu'un système corrompu ne donne accès aux données."

Si une bonne partie de son travail s'effectue sur ordinateur, Grégory doit travailler en collaboration avec les autres membres de la société. La sécurité est importante à tous les niveaux. Le travail de responsable sécurité informatique ne passe pas forcément par beaucoup de code, mais il nécessite d'avoir une vision globale du système et surtout, une bonne réactivité. "En cas d'attaque, il faut répondre vite pour couper l'herbe sous le pied des hackers."

Son parcours

Grégory a fait toutes ses études supérieures en alternance. Une fois son bac STI obtenu avec mention bien, il intègre un BTS informatique décisionnelle en apprentissage. Il enchaîne par la suite avec une école d'ingénieurs, le CESI d'Angoulême, en apprentissage également. "L'école forme des ingénieurs informaticiens généralistes. Je me suis spécialisé en sécurité par la suite, lors de mon parcours en entreprise." Il a obtenu son diplôme en 2007. "Aujourd'hui, il est facile de trouver de l'emploi dans le secteur. Nous avons des personnes en bac+2 et bac+5 en alternance."

Ses conseils

Pour exercer ce métier, Grégory conseille d'avoir deux qualités primordiales et contradictoires en apparence : "Il faut à la fois être autonome et savoir travailler en équipe. Autonome, parce qu'il faut savoir chercher des réponses adaptées au bon endroit par soi-même. En équipe, parce qu'il faut mettre en place des solutions conjointes entre l'infrastructure, le réseau, les télécoms..."

L'ingénieur sécurité ne se contente pas d'appliquer des protocoles de sécurité. Il doit en permanence suivre les évolutions. "Il faut être à l'écoute de la Toile et savoir être force de proposition pour mettre en place de nouvelles procédures adaptées."

Articles les plus lus

A la Une portraits métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !