1. Métiers
  2. Métiers - Portraits de pros
  3. Ces ingénieurs qui inventent l’avenir
  4. Laurent, ingénieur dans l’énergie : comment il transforme les déchets en carburant
Portrait

Laurent, ingénieur dans l’énergie : comment il transforme les déchets en carburant

Envoyer cet article à un ami
L'intérêt de son travail selon Laurent ? “Fabriquer de l'énergie grâce à des déchets permet de faire une double économie.” // © Photo fournie par le témoin
L'intérêt de son travail selon Laurent ? “Fabriquer de l'énergie grâce à des déchets permet de faire une double économie.” // © Photo fournie par le témoin

Diplômé de l’ENI Tarbes, Laurent crée chez Olva Technologies des machines permettant de recycler en biodiesel les déchets de petites entreprises agroalimentaires.

Son métier

La société pour laquelle travaille Laurent conçoit et fabrique des machines qui permettent à des petites entreprises agroalimentaires de transformer leurs déchets gras en carburant. Un outil écologique et économique.

Pour assurer la transformation du déchet en biodiesel, Olva Technologies, basée à Tarbes (65), doit adapter chaque machine aux besoins du client. Un agriculteur se lance dans la production de foie gras ? Ce dernier transmet un échantillon de déchets (de la graisse d'oie, en l'occurrence) aux deux chimistes de l'entreprise. Ces derniers vont analyser la matière et mettre au point un réactif qui permettra de dissoudre le déchet gras et d'en faire du carburant. Ensuite, l'équipe mécanique à laquelle appartient Laurent doit adapter la machine en fonction des propriétés du réactif. "Si les matières sont très acides par exemple, il faudra renforcer certaines parties en inox, explique l'ingénieur. Idem pour les tuyaux ou encore les automatismes."

Chaque machine est donc unique. "Mais le travail ne s'arrête pas là, poursuit Laurent. Nous continuons de fabriquer le réactif pour les clients et nous devons être en mesure de leur apporter des solutions si leur activité change et que la nature de leurs déchets évolue."

Dans le monde de demain...

Fabriquer de l'énergie grâce des déchets permet de faire "une double économie", argumente Laurent. Le jeune homme espère bien que cette solution innovante s'inscrira durablement au cœur de l'économie future. "Notre secteur dépend des réglementations en vigueur. Il faut donc suivre ces évolutions de très près."

Son parcours

Son père, ingénieur des Mines, lui a sans doute transmis le virus. Depuis l'adolescence, Laurent s'intéresse aux sciences et plus particulièrement à la mécanique. Après un bac S, le jeune homme a obtenu un DUT (diplôme universitaire de technologie) génie mécanique puis s'est inscrit à l'université d'Aix-Marseille (13) pour préparer une maîtrise en technologie mécanique. Il a rejoint ensuite l'École nationale d'ingénieurs de Tarbes. "Après le bac, je ne me sentais pas assez autonome pour l'université et pas assez solide pour les classes prépas. Chaque diplôme m'a permis d'apprendre. Apprendre des techniques, mais aussi à me connaître." Diplômé de l'ENI en 2006, il a travaillé pendant quatre ans dans une entreprise de démantèlement d'avions à Toulouse (31) et a rejoint, en 2010, Olva Technologies.

Ses conseils

"Toutes les expériences m'ont nourri, c'est pourquoi je conseille d'expérimenter, de 'naviguer' et de continuer les études le plus longtemps possible, en fonction de ses envies... Et de ses finances."

Pour aller plus loin : Une école d'ingénieurs sans le bac S ? Tentez votre chance ! / "Métiers de garçons ?" "Métiers de filles ?" Bousculez les préjugés ! / Fusions des écoles d’ingénieurs : quel impact pour vous, étudiants ?

Sommaire du dossier
Retour au dossier Aurélie, ingénieure dans la robotique : comment elle invente un exosquelette Clément, ingénieur dans le développement durable : comment il améliore le bilan carbone des entreprises Benoît, ingénieur dans le numérique : comment il aide les malvoyants grâce à la réalité augmentée Laurent, ingénieur dans l’énergie : comment il transforme les déchets en carburant François, ingénieur en informatique : comment il veille à la sécurité des réseaux Damien, ingénieur dans l’automobile : comment il imagine des voitures moins polluantes