1. De la logistique à La Redoute : portrait de 5 pros
Portrait

De la logistique à La Redoute : portrait de 5 pros

Envoyer cet article à un ami

Réputée pour ses livraisons en "24 heures chrono", La Redoute est l’une des entreprises les plus en pointe en matière de logistique. Au cœur de ce dispositif : le site de la Martinoire, implanté à Wattrelos dans le département du Nord où près de 2.000 personnes gèrent chaque jour en moyenne quelques 60.000 colis et 200.000 articles à trier, emballer et à adresser aux quatre coins de la France. Portraits de 5 pros de cette chaîne logistique.

Installés sur 260.000², la quinzaine de bâtiments qui constituent le site de la Martinoire est le principal centre d'expédition de La Redoute. Autant dire que si vous passez une commande auprès de ce leader de la vente par correspondance, vous avez toutes les chances pour que votre produit transite par là.

Dès qu'une commande est lancée, le processus logistique doit être achevé en quelques heures pour assurer le "24h chrono".


Avant l’heure, le dispositif est prêt à livrer


"La logistique est la partie visible d’un processus qui débute bien avant que le client passe sa commande", précise Pierre-Olivier, manager process supply chain. Autrement dit, quand vous passez votre commande (à 80% sur internet), tout a été prévu et précisément codifié à l’avance lors de négociations avec les différents fournisseurs : les quantités, la disponibilité, les délais de livraison tout comme le type d’emballage prévu.

C’est là le rôle des équipes du supply chain qui coordonnent tout le parcours d’acheminement d’un produit jusqu’à la livraison sur ce site de La Redoute.


À la commande, la logistique démarre


Là, quotidiennement, des dizaines de camions déchargent leurs marchandises à quais. Les cartons sont triés puis envoyés aux stocks, au reconditionnement ou au contrôle qualité.

Dans les réserves qui occupent 3 bâtiments de 100 mètres de long, 50 à 150.000 articles sont ainsi réceptionnés chaque jour. Dès qu’une commande est signalée par informatique le processus est lancé : la marchandise est "ramassée" par des opératrices (ce sont le plus souvent des femmes) réparties sur les différents niveaux du site.

Par produits (petits articles, articles encombrants, penderies…) un responsable d’exploitation supervise les opérations. En temps réel, il gère les stocks, prévoit les commandes pour éviter les ruptures, ou encore vérifie la qualité des emballages. "Vu les quantités et les délais de livraison, on ne peut pas se permettre de gérer individuellement chaque commande de client : le ramassage se fait d’abord par catégorie de produits, puis les articles sont regroupés par adresse de livraison pour être emballés," explique Olivier, chef de projet amélioration continue.


Une centaine d'ordinateurs commandent des automates, des moteurs, des systèmes de freinage... La logistique est une activité très mécanisée.


De la technique et de la gestion d’équipe


Étiquetés et scannés, les articles ont ainsi chacun un numéro de la commande, un nom du client et une référence du casier où ils doivent être entreposés si la commande est composée de plusieurs produits. Ils sont acheminés dans quelques 2.000 bacs qui circulent sur un réseau de convoyeurs, sortes de tapis roulants, qui déroulent sur plus de 30 kilomètres, passant même par des gares de triages…


"Si le processus logistique est très automatisé, il exige aussi une main d’œuvre qualifiée pour s’occuper du tri, du ramassage ou de l’emballage, note Céline, chef de projet logistique. C’est pourquoi c’est un domaine qui associe de la technique et du management d’équipes."

La penderie représente une bonne part de l'activité : entre 20 et 90.000 vêtements à expédier chaque jour.


La maintenance pour garantir les délais


Par ailleurs, la maintenance est une fonction stratégique de la chaine logistique. Car cette usine à trier et à fabriquer des colis comptent des centaines de moteurs, des milliers de roulements et systèmes de freinage,
le tout actionné par plus de 100 ordinateurs et autant d’automates programmables.

"La moindre panne peut avoir une incidence immédiate sur les délais de livraison", note Timothée, apprenti ingénieur au service maintenance. Étant donné que près des trois quarts des livraisons sont garanties sous 24 heures, toute défaillance peut avoir des conséquences sur l’ensemble du processus, avec des coûts importants pour la Redoute qui s’engage à dédommager ses clients en cas de retard. "Un gros travail est fait pour prévenir les pannes avec des révisions régulières de tous les matériels", précise David, technicien maintenance.


Tout n'est pas automatisé : le tri, le ramassage et l'emballage exige aussi de faire appel à une main d'oeuvre qualifiée.


Une distribution "en marguerite"


En bout de chaîne, c'est-à-dire une fois, les colis emballés et étiquetés,
ils sont en envoyés par zone de chalandises vers les quais d’expéditions. C’est là que des dizaines de camions verts aux couleurs de la Redoute chargent la marchandise prête à être expédiée par zone de destination finale.

Pour certains, c’est direction la Poste qui prend en charge une partie de colis. Et pour la plupart, ce sont les camions d’une filiale de transport de la Redoute qui livre une trentaine d’agences en France. Celles-ci alimentent ensuite une distribution "en marguerite", c'est-à-dire des tournées vers les Points Relais disséminés sur tout le territoire. Enfin, en cas de retours, c’est encore la logistique du site de la Martinoire qui est sollicitée pour réceptionner, reconditionner, et éventuellement rembourser les clients.


Les métiers de la logistique : qui fait quoi ?

Planification, approvisionnement, production, commande et livraison... la logistique couvre tout ce qui est liée aux mouvements de marchandises. Avec, quelque soit le secteur, de l’agroalimentaire à l’automobile, trois impératifs à concilier : le gain de temps, la réduction des coûts et la satisfaction du client.

Au niveau des stocks, les responsables d’entrepôt, de réception et/ou d’expédition sont des supers magasiniers qui organisent et supervisent les entrées et sorties de marchandises de leurs lieux de stockage. En charge des opérations techniques de réception, d’expédition, de stockage et de conditionnement, ils travaillent avec les opérateurs, les caristes, les magasiniers et les préparateurs de commande.

Dans une entreprise industrielle et commerciale comme dans la grande distribution, le responsable logistique ou supply-chain manager élabore et met en œuvre la politique d'optimisation des flux, participe à la négociation avec les clients et les transporteurs. Il est souvent épaulé par un analyste ou chef de projet en logistique dont l’expertise repose sur des compétences techniques et une parfaite connaissance de tous les acteurs de la logistique, du stockage aux différents modes de transport.

Notez aussi que les équipes de maintenance, des ingénieurs aux techniciens sont sollicités à toutes les étapes techniques de la logistique. De même, les équipes qualité, à l’exemple d’un chef de projet en amélioration continue, interviennent pour améliorer les process.

Enfin, les commissionnaires de transport sont des intermédiaires chargés de faire exécuter le transport des marchandises. Ils décident des moyens (aérien, maritime, fluvial ou route) et gèrent les flux jusqu’à destination finale.


Sommaire du dossier
Métier de la logistique : manager process supply chain à la Redoute Métiers de la logistique : chef de projet logistique à la Redoute Métiers de la logistique : chef de projet amélioration continue Métiers de la logistique : technicien élévateur Métiers de la logistique : chargé de maintenance logistique à la Redoute