1. Métiers
  2. Métiers - Portraits de pros
  3. Métiers de l’enseignement : ma vie de prof
  4. Ma vie de prof : Stéphane, 26 ans, enseignant d’histoire-géo dans un collège de Seine-Saint-Denis (93)
Portrait

Ma vie de prof : Stéphane, 26 ans, enseignant d’histoire-géo dans un collège de Seine-Saint-Denis (93)

Envoyer cet article à un ami
Stéphane, prof d'histoire-géographie : "J'ai toujours aimé le contact avec les jeunes.” // © William Beaucardet pour l'Étudiant
Stéphane, prof d'histoire-géographie : "J'ai toujours aimé le contact avec les jeunes.” // © William Beaucardet pour l'Étudiant

Passionné d'histoire, Stéphane a suivi un parcours classique : bac ES, licence d'histoire et master MEEF avant de passer le CAPES. Il enseigne aujourd'hui l'histoire-géo dans un collège de Seine-Saint-Denis à des classes de 3 niveaux différents.

C'est l'envie de transmettre qui a poussé Stéphane à devenir enseignant, et ce, dès la fin du collège. "C'est une vraie vocation. J'ai toujours été passionné d'histoire, et j'ai toujours aimé le contact avec les jeunes." Avant d'enseigner, Stéphane a passé beaucoup de temps comme animateur en centre de loisirs et en colonies de vacances.

"J'ai un parcours assez classique"

"J'ai un parcours assez classique : bac ES, fac d'histoire avec mineure de géographie à Toulouse [31], puis 2 ans de master MEEF [métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation] pour préparer le CAPES [certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré]."

Une fois le concours obtenu, Stéphane devient enseignant stagiaire dans un collège, puis se voit attribuer un poste de professeur remplaçant (TZR : titulaire sur zone de remplacement). "On émet des vœux sur la zone géographique où l'on souhaite enseigner, mais il est rare de tomber là où l'on veut !”

"Certains élèves étaient bien plus grands que moi !"

"J'étais un peu happé par la masse de travail à fournir, surtout les 2 premières années, mais j'étais là où je voulais être." De ses premiers contacts avec une classe, Stéphane garde des souvenirs qui le font sourire : "J'avais 21 ans, me faire appeler 'Monsieur' me surprenait... Certains élèves étaient bien plus grands que moi !"

"Je fais le lien avec les familles et les enseignants"

Stéphane enseigne 18 heures par semaine à des classes de 3 niveaux différents. En plus de la préparation des cours, il consacre une part de son temps à son rôle de professeur principal d'une classe. "Je fais le lien avec les familles et les enseignants, je suis plus proche des élèves." Une mission pour laquelle il touche une petite prime.

fleche-rougeLe plus gratifiant dans ce métier : "Les progrès des élèves sont des petites satisfactions qui donnent envie de revenir au boulot le lendemain !"

fleche-rougeEt le plus difficile : les préjugés sur sa profession. "La société nous fait passer pour des fainéants, et, le plus dur, c'est, parfois, de ne pas être soutenu par l'institution scolaire ! Je consacre ma vie à ce métier !"

Pour aller plus loin : Devenir prof : possible même avec 4/20 aux concours de l'enseignement ! / 10 façons d’être enseignant / Prof : en 12 questions-réponses, à quoi vous attendre vraiment / Ma journée de professeur des écoles / Jeunes profs : ils racontent leurs débuts face aux élèves

Sommaire du dossier
Retour au dossier Ma vie de prof : Stéphane, 26 ans, enseignant d’histoire-géo dans un collège de Seine-Saint-Denis (93) Ma vie de prof : Xavier, 30 ans, enseignant d’italien à l’institut Saint-Joseph, au Havre (76) Ma vie de prof : Violaine, 26 ans, professeure des écoles remplaçante, à Paris Ma vie de prof : Ludivine, 30 ans, enseignante en école de management à Grenoble (38) Ma vie de prof : Cyril, 31 ans, enseignant en classe préparatoire ECS, au lycée Michelet, à Vanves (92) Ma vie de prof : Stéphanie, 29 ans, professeure d’éducation physique et sportive au lycée des métiers Jean-Caillaud, à Ruelle-sur-Touvre (16) Ma vie de prof : Ayman, 31 ans, enseignant-chercheur en mathématiques appliquées à l’UPMC (Université Pierre-et-Marie-Curie), à Paris