1. Métiers
  2. Métiers - Portraits de pros
  3. Comment je suis devenu...

Comment je suis devenu...

Envoyer cet article à un ami

Rencontres avec des personnalités de tous univers (cinéma, mode, musique, littérature, économie...) qui reviennent pour nous sur leur parcours : leur enfance, leur adolescence, leurs premières expériences professionnelles, leurs grandes joies, leurs galères, les personnes qui ont marqué leur vie, etc.A l’affiche de « Die Hard 4 »*, le quatrième opus de la saga Die Hard, Bruce Willis est au mieux de sa forme. Le 14 juin dernier, il donnait une conférence de presse à l’hôtel George V, à Paris. Morceaux choisis.

Bruce WillisComment le réalisateur Len Wiseman vous a-t-il convaincu de faire un nouveau « Die Hard » ?
Déjà le scénario de Mark Bomback et de David Marconi m’avait vraiment interpellé et quand Len Wiseman a rejoint le projet, il m’a convaincu de faire le film. Je souhaitais que cet opus soit aussi bon que le premier. Avec Len, nous y avons consacré tous nos efforts tout en restant fidèle au personnage de John McClane et je pense que « Die Hard 4 » est aussi proche en qualité et en valeur que le premier.

Ce fut un tournage éprouvant…
C’est le film le plus épuisant de toute la série, à la fois physiquement et mentalement. Il fallait absolument que l’on soit à la hauteur avec ce nouvel opus. Nous avions placé la barre très haut. Toute l’équipe a fait un travail formidable. Pour ce film, j’ai perdu 6 kilos. Je voulais être dans une forme physique excellente, ce qui ne m’a pas empêché de prendre des coups, lors de cascades. J’ai en effet été cogné à la tête. J’ai perdu connaissance. A 52 ans, ce n’est pas facile de se prendre dès le matin des coups de pieds en pleine tête. J’ai eu 30 points de suture mais je m’en suis vite remis.

C’est la première fois que vous combattez une femme dans un film…
C’était très intéressant et très étrange d’avoir des scènes de combat avec Maggie Q qui n’est pas très grande et qui pèse à peine 48 kilos. Et pourtant, on a vraiment l’impression qu’elle peut me mettre KO dans notre scène de combat avec sa technique « asiatique ». Maggie est un sacrée bout de femme.

Comment s’est passée votre collaboration avec le comédien/cascadeur français Cyril Raffaelli ?
Cyril est très impressionnant dans son art. Il saute, il bondit, il descend en rappel.. C’est un dur à cuire. J’aurais bien voulu qu’il y ait une lutte à l’ancienne entre nous.

Quelle est pour vous la définition du héros ?
C’est celui qui place le bien-être des autres avant le sien. Ce sont les gens de tous pays qui combattent en Irak, au prix de leur vie. Le prix de l’héroïsme, c’est souvent la mort.

John McClane vous a-t-il manqué ?
Pas tellement. J’y pensais quand la Fox m’appelait pour me proposer un nouveau scénario mais je n’étais pas hanté par le personnage. Par contre, les gens dans la rue m’accostaient pour me demander quand allait sortir le prochain opus de la saga « Die Hard ». John McClane avec son pragmatisme et son sens de l’humour, leur manquait beaucoup à eux.

Vous jouez le papa protecteur dans le film. Etes-vous ainsi avec vos trois filles ?
Dans une scène du film, je sors d’une voiture un gars qui embrasse ma fille. Je ne me comporterais jamais ainsi avec mes propres filles. Avec leur maman, Demi Moore, nous avons basé leur éducation sur l’estime de soi, la confiance et la liberté de parole.

A quand un « Die Hard 5 » ?
Il faudrait vraiment que le script soit excellent. Mais si je remets ça dans cinq ans, j’aurai presque 60 ans, cela ne serait pas raisonnable. J’aurais l’air ridicule !

* Die Hard 4 de Len Wiseman, avec Bruce Willis, Justin Long, Maggie Q, Timothy Olyphant… Sortie le 4 juillet.
Sommaire du dossier
Sophie Marceau - Le goût des autres Alexandra Lamy - « Je voulais être gardienne de chèvres » Kamini - Le sex-symbol de Marly-Gomont Joss Stone - Authentique Manu Larcenet - « Pour combler ma solitude, je dessinais » Laurent Voulzy - En toute quiétude Judith Godrèche - Tout feu tout flamme Emmanuelle Seigner - Sur la bonne voix Catherine Frot - « Je voulais être inoubliable » Audrey Tautou - Tout entière Sanseverino - « Je me comportais comme un ado attardé » Damon Albarn and co… London calling Karin Viard - « A 20 ans, j’angoissais pour mon avenir » Marie Gillain - La douceur de vivre