1. Réorientation en PACES : quelles options s'offrent à vous ?
Boîte à outils

Réorientation en PACES : quelles options s'offrent à vous ?

Envoyer cet article à un ami
Pour les élèves de PACES, il ne reste que quelques mois avant le concours de fin d'année. // © plainpicture/Schiesswohl
Pour les élèves de PACES, il ne reste que quelques mois avant le concours de fin d'année. // © plainpicture/Schiesswohl

Clap de fin de premier semestre... vous êtes étudiant(e) en PACES et vous découvrez votre classement de milieu d'année. C'est l'heure de faire le point sur vos chances de réussite au concours et, éventuellement, d'envisager une réorientation. L'Etudiant fait le point sur vos possibilités.

Chaque année, environ 20 % des étudiants de PACES (première année commune aux études de santé) réussissent un concours (odontologie, médecine, pharmacie ou sage-femme) de fin d'année, avec des résultats variables d'une université à l'autre. Pour les 80 % de recalés, il faudra faire un choix : redoubler, et retenter sa chance, ou se réorienter, et partir sur une autre voie. Mais dès cette fin de premier semestre, la question commence déjà à se poser pour tous ceux qui se retrouvent classés en-deçà de leurs espérances, et s'inquiètent de leurs chances de passer le cap de la PACES.

Quelles questions faut-il vous poser ? Vous sentez-vous prêt(e) à donner un coup de collier jusqu'à la fin de l'année, ou au contraire, ce mois de janvier est-il le bon moment pour envisager une autre voie ?

Première option : s'accrocher, au risque de redoubler

Votre classement de fin de premier semestre est souvent révélateur de vos performances au concours de fin d'année. Si vous êtes proche du numerus clausus, ne vous relâchez pas et restez motivé(e), vous avez toutes vos chances.

Dans le cas où vous seriez classé(e) 430e, alors que votre université n'offre que 300 places en deuxième année, en restant très motivé(e), vous pouvez terminer le second semestre, mais en acceptant le risque de redoubler. Un cas fréquent, puisqu'à l'issue de la première année, environ la moitié des primants (les candidats qui passent le concours pour la première fois) décident de redoubler. Pour rappel, vous avez le droit à deux tentatives en PACES, le triplement étant limité à des cas sous dérogations, rares, et même déconseillé.

En revanche, si vous êtes primant(e) et classé(e) au-delà du numerus clausus multiplié par plus de 2,5 – par exemple classé 800e pour 300 places –, cela risque de se compliquer et vos chances paraissent malheureusement limitées dans cette filière extrêmement sélective. Vous pouvez alors commencer à envisager une réorientation.

Lire aussi : Partir faire ses études de santé en Belgique, une bonne stratégie ?

Dans tous les cas, si vous êtes déçu(e) de vos scores en cette fin de premier semestre, interrogez-vous sur ce qui vous a manqué pour réussir. Est-ce un problème de méthode, de travail personnel, de mémoire, d'exercice ? N'hésitez pas à vous rapprocher du tutorat de votre fac, ou de connaissances ayant déjà réussi le concours, pour glaner quelques conseils. Assistez également aux réunions organisées par votre fac sur les passerelles qu'elle met en place.

Et dans le cas où vous voulez absolument poursuivre dans la santé, il existe toujours d'autres solutions. Pourquoi ne pas réfléchir à une profession paramédicale ? Voire, comme certains le font, partir à l'étranger ?

Deuxième option : finir l'année puis se réorienter

Après une première année de PACES, pour poursuivre à l'université dans une autre voie, deux grandes options existent en fonction de vos résultats. La première : si vous avez échoué au concours, mais avez obtenu une moyenne de plus de 10/20, vous obtenez vos crédits ECTS. Vous êtes un "reçu-collé". Cela vous permet d'accéder par exemple aux licences de l'UFR de sciences de votre université, directement en deuxième année, sans perdre de temps, et normalement sans trop de difficultés administratives. Vous avez également accès à d'autres filières de la fac (droit, sciences sociales, économiques, politiques…) et de nombreuses écoles. Si vous êtes primant(e), vous pouvez vous réorienter puis revenir tenter votre chance plus tard, après avoir validé un nombre suffisant d'ECTS (90 après un semestre, 60 après une année) en cursus scientifique.

Second cas : vous avez moins de 10/20 de moyenne. Vous êtes alors un "collé-collé". Selon vos envies, il est possible de vous inscrire en sciences mais aussi dans d'autres types de formations, comme le droit, les sciences humaines et sociales, économiques, politiques… Dans ce cas, en revanche, retour en première année.

À noter qu'il est également possible de postuler à un DUT (diplôme universitaire de technologie), soit en repassant par la première année, soit directement en deuxième année. Les spécialités sont nombreuses, et la poursuite d'études après le diplôme tout à fait possible.

Troisième option : vous réorienter tout de suite

Dès la fin du premier semestre, une "réorientation précoce" est possible, voire imposée par les facs, notamment pour les 15 % d'étudiants (au maximum) les plus mal classés. Cette possibilité est notamment recommandée si votre moyenne ne dépasse pas les 6/20, même si l'université n'impose rien aux élèves en bas de classement. L'étudiant peut alors contacter tout de suite l'administration de sa fac, afin de passer directement dans une licence scientifique, par exemple.

Autre possibilité pour les amateurs de sciences : une école d'ingénieurs. Les établissements postbac s'intéressent de plus en plus aux profils sérieux et travailleurs des étudiants de PACES. C'est le cas par exemple du réseau Polytech, qui regroupe 14 écoles universitaires à travers la France : une voie d'admission spécifique a été créée pour ces candidats, rassemblant environ 200 places.

Lire aussi : Rentrée décalée : Éloise, de la PACES à l'ingénierie

Idem à l'ECE, une école privée parisienne, où la "Prépac" accueille chaque année une soixantaine d'étudiants depuis 2009. En mars, ils rejoignent le cursus pour un semestre de cours, puis, s'ils ont validé les modules imposés, passent directement en deuxième année du cycle préparatoire intégré de l'établissement. Même passerelle à l'ISEN, avec sa "Prépa Rebond", qui accueille en grande partie des jeunes venus de PACES. Un jeune motivé et intéressé par l'ingénierie a donc toutes ses chances dans cette voie, qui assure une belle insertion professionnelle à ses diplômés.

Les bonnes questions à se poser

Pour résumer, alors que le second semestre s'apprête à démarrer, il est important de se poser les bonnes questions, car les concours sont ardus et les prochains mois vont passer très vite. Tout d'abord : comprendre les raisons de ces notes inférieures à vos espoirs. Avez-vous travaillé suffisamment ? De la bonne façon ? Que devez-vous faire pour progresser ? Êtes-vous certain(e) de vouloir suivre cette voie ? Est-ce que d'autres disciplines vous intéressent ? Avez-vous la motivation et l'envie de recommencer si besoin une deuxième année de PACES ? Êtes-vous bien renseigné(e) sur tous les métiers connexes à la santé ?

Dans tous les cas, pas d'inquiétude : quel que soit votre profil ou votre projet professionnel, il existe toujours des possibilités de bifurquer ou de se réorienter en cours de route.