Une nouvelle passerelle entre les PASS/L.AS et les études paramédicales dès 2022

Par Pauline Bluteau, publié le 05 Novembre 2021
5 min

À partir de la rentrée 2022, les étudiants qui ont validé leur PASS ou leur L.AS et qui n’ont pas intégré les filières de santé MMOPK pourront directement entrer en deuxième année d’études paramédicales. Une passerelle encore expérimentale qui peut être à double tranchant pour les étudiants.

L’annonce a été confirmée par l’arrêté du 22 octobre dernier : désormais, après une première année d’études supérieures en PASS ou en L.AS, il est possible de poursuivre son cursus vers des études paramédicales, non pas en première mais bien en deuxième année.

Parmi les formations paramédicales accessibles : les diplômes d’État (DE) d’infirmiers, mais aussi toutes les formations pour devenir psychomotricien, pédicure-podologue, ergothérapeute, orthophoniste, orthoptiste, manipulateur d’électroradiologie médicale ou audioprothésiste. Les études de kinésithérapie ne sont pas concernées car déjà accessibles après un PASS ou un L.AS, entre autres, et soumises à un numerus apertus au même titre que les études de médecine, maïeutique, odontologie et pharmacie (MMOPK).

Lire aussi

Profiter de la passerelle vers les filières paramédicales

Pour rappel, après un PASS ou une L.AS, les étudiants peuvent entrer directement en deuxième année d'études de santé. Mais la sélection reste toujours aussi rude avec de nombreuses candidatures pour peu de places. Aussi, même si certains étudiants valident leur première année post-bac, ils ne peuvent pas entrer en médecine, pharmacie, maïeutique ou odontologie. Une passerelle vers les filières paramédicales, très demandées par les étudiants qui souhaitent justement se réorienter, est désormais possible.

Concrètement, les étudiants actuellement en PASS ou en L.AS pourront "être admis dans une formation d'une durée de trois ans minimum conduisant à la délivrance de diplômes permettant l'exercice des professions d'auxiliaire médical".

Cette passerelle dépend néanmoins de plusieurs modalités :

En fonction de ces éléments, les directeurs d’établissement peuvent permettre un accès direct en deuxième année. Vous pourrez ainsi être dispensé "partiellement ou totalement du suivi et de l’évaluation d’une ou plusieurs unités d’enseignements, et d’examens de la première année".

Lire aussi

Après un PASS/LAS, des compétences à rattraper

Reste un point de blocage : la validation des stages. De nombreuses formations permettent aux étudiants de commencer les stages dès la première année, des compétences pratiques que n’auront donc pas les étudiants venant de PASS ou de L.AS. Dans ce cas, "un parcours spécifique leur est proposé pour réaliser les stages positionnés en première année".

Pour Mathilde Padilla, présidente de la FNESI (Fédération nationale des étudiants en sciences infirmières), cette expérimentation est donc à "double-tranchant". "D’un côté, on nous reconnait comme une formation universitaire mais d’un autre, la marche peut être trop grande pour les étudiants de PASS et L.AS, ils peuvent avoir des manques au niveau du terrain", prévient l’étudiante en sciences infirmières.

L’association a déjà mis en garde sur les difficultés que peut poser cette passerelle. "On espère qu’ils auront une mise à niveau, peut-être pendant l’été, avant d’entrer en deuxième année car les attentes des professionnels de santé ne changent pas."

Lire aussi

La présidente de la FNESI s’interroge aussi sur la pertinence de cette expérimentation avec la crainte que le DE d’infirmier soit perçu "comme une porte de sortie pour les étudiants en PASS et en L.AS" au sens négatif du terme. "Tout cela a été mis en place à la hâte, il y aura des pots cassés mais notre rôle est de tout faire pour que cela impact le moins possible les étudiants car en plus de la formation, il y a aussi des conséquences sur les patients." La FNESI propose par exemple la mise en place d’une L.AS "sciences infirmières" pour permettre une meilleure transition.

Autre conseil aux étudiants actuellement en PASS ou en L.AS qui pourraient être concernés d’ici quelques mois : se renseigner sur les cours théoriques en première année d’études de soins infirmiers, contacter les associations étudiantes ou les formateurs d’IFSI pour se préparer en amont. Des recommandations valables également pour les passerelles vers les autres formations paramédicales.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une Médecine Santé

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !