Newsletter

Universités : ces présidents qui veulent rempiler

Camille Stromboni
Publié le - Mis à jour le
Envoyer cet article à un ami
Frédéric Dardel (université Paris 5) Yvon Berland (université Aix-Marseille) Gilles Roussel (université Paris-Est-Marne-la-Vallée)
Frédéric Dardel (Paris 5), Yvon Berland (Aix-Marseille) et Gilles Roussel (Paris-Est-Marne-la-Vallée) se représentent pour un second mandat. // ©  Montage EducPros

Les universités vont renouveler leurs présidents en 2015-2016. À Paris 5, Aix-Marseille et Paris-Est-Marne-La-Vallée, les présidents en place briguent un second mandat. Ils espèrent poursuivre les projets engagés, fusions et rapprochements en tête.

L'année 2016 sera présidentielle dans les universités. Quelques établissements ouvrent le bal dès la fin 2015. À Aix-Marseille, Paris 5 et Paris-Est-Marne-la-Vallée, les présidents actuels se représentent pour un second et dernier mandat à la tête de ces établissements. Yvon Berland, Frédéric Dardel et Gilles Roussel défendent leur volonté d'aller au bout des projets engagés.

"Cela va toujours nettement moins vite que ce qu’on voudrait, sourit Frédéric Dardel, à la tête de Paris-Descartes. Les transformations se font dans la durée à l’université, sur plusieurs années. J'ai envie de garder le cap et de continuer ce job passionnant."

Le chercheur, qui a rejoint récemment le monde universitaire, souligne en outre la professionnalisation de la fonction. "Il y a une période de bizutage du nouveau président. Il faut du temps pour prendre en main les dossiers et se plonger dans les problématiques. Heureusement qu’on est 'renouvelable' !" argumente le biologiste.

poursuivre les rapprochements engagés

"Ce n’est pas une partie de plaisir tous les jours, reconnaît de son côté Gilles Roussel (Paris-Est-Marne-la-Vallée). Mais nous nous sommes engagés auprès d’une communauté, avec des projets en cours." Pour l’université francilienne, une fusion avec l’Upec (université Paris-Est Créteil) est prévue à l’horizon 2017.

"Nous travaillons à composer un nouvel établissement ensemble. L’offre de formation est d'ores et déjà commune. L’organisation des composantes et de l'administration centrale reste à dessiner", explique-t-il.

Pour le professeur d’informatique, l’avenir est également à un rapprochement toujours plus fort au sein des Comue (Communauté d’universités et établissements). "Nous voulons aller plus loin dans la cohérence des politiques des établissements. En travaillant par exemple à la coordination des ressources humaines, avec des politiques d’emploi communes, en amont", espère-t-il.

"Il y a quatre ans, nous étions dans la construction, encore théorique, des rapprochements d’universités, rappelle Frédéric Dardel. Aujourd’hui, on est dans l’opérationnel."

Côté marseillais, c’est l’après-fusion que souhaite mener à bien Yvon Berland, qui a préparé et mis en œuvre cette réunification des trois facs d'Aix-Marseille au 1er janvier 2012. "Nous avons stabilisé la situation, juge l’universitaire. Mais il reste du chemin à faire et je pense pouvoir être utile."

Prochaine étape selon lui ? La conception d’une offre de formation avec une "véritable stratégie d’établissement" derrière. Et surtout : la simplification de l’organisation et des procédures. "C’est le plus gros chantier qui nous attend, afin de faciliter la vie des personnels et des enseignants-chercheurs", défend-il.

La bibliothèque Saint-Charles de l'université d'Aix-Marseille // ©C. Stromboni

L'inquiétude budgétaire en toile de fond

Avec une inquiétude partagée : la question budgétaire. "Ma priorité est de maintenir l’équilibre financier et de ne pas geler de postes", résume Frédéric Dardel.

"Nos marges de manœuvre sont extrêmement limitées, souligne Yvon Berland. Et nous travaillons beaucoup à la reconduction de notre Idex (Initiative d'excellence). Outre le label, c’est une bouffée d’oxygène essentielle en termes de moyens."

À Paris-Est-Marne-la-Vallée, après trois années de déficit, un plan de retour à l’équilibre est en cours. "Nous avons dû geler un nombre important de postes et réduire le nombre d’heures d'enseignement sans impacter l'offre de formation, décrit Gilles Roussel. Nous devons retrouver une situation saine, en préservant l’emploi."

la soif du pouvoir ?

Dans cette situation contrainte, pourquoi les trois présidents candidats se battent-ils de nouveau pour le poste ? "Nous souhaitons faire évoluer les choses", soutient Gilles Roussel. "Le président a le pouvoir de faire des arbitrages importants, ajoute Frédéric Dardel.

Pas d'hyper-pouvoir en revanche, insiste son homologue marseillais. "C’est toujours du fantasme, écarte Yvon Berland. Faire marcher une université comme Aix-Marseille sans l’adhésion d’une majorité de la communauté, c’est impossible. On ne décide rien seul dans son bureau, c’est très participatif."

"Il ne faut pas croire non plus que l'on ne s’occupe que de stratégie, souligne Gilles Roussel. Président, c'est souvent très terre à terre, avec des questions micro locales. Un étudiant agressé, un problème dans la construction d’un bâtiment, un parking occupé pendant l’été… C’est de la gestion quotidienne et c’est compliqué, mais c’est tout ce qui fait le sel du métier !"

Verdict des communautés : en novembre 2015 à Paris 5 et Aix-Marseille, en décembre à Paris-Est-Marne-la-Vallée.

Les élections dans les universités
Les élections de la gouvernance des universités s’effectuent en deux temps. Ce sont d’abord les conseils centraux des facs qui sont renouvelés. C’est-à-dire le conseil d’administration et le conseil académique (qui réunit la commission Formation et la commission Recherche).

Les personnels administratifs, les enseignants-chercheurs et les étudiants élisent leurs représentants lors de scrutins de liste. Les 2 et 3 novembre à Paris 5, les 9 et 10 novembre à Aix-Marseille et le 8 décembre à Paris-Est-Marne-la-Vallée.

Le président d’université est ensuite élu par le conseil d'administration. Celui-ci comprend entre 24 et 36 membres, dont huit personnalités extérieures qui participent désormais à l’élection du président. Elles sont en partie nommées par les partenaires de l'université (organismes, collectivités…) et en partie désignées par les membres du conseil d'administration élu. La parité hommes-femmes doit être assurée.
Qui sont les présidents d'université ?
La majorité des présidents d'université actuellement en poste ont été élus en 2012 pour un mandat de quatre ans. Il s'agit de la deuxième génération de présidents "post-LRU", ayant la possibilité de prétendre à deux mandats consécutifs.
Île-de-France
Paris 1 Panthéon-Sorbonne : Philippe Boutry (élu en mai 2012)
Paris 2 Panthéon-Assas : Guillaume Leyte (élu en juin 2012)
Paris 3 Sorbonne-Nouvelle : Carle Bonafous Murat (élu en décembre 2014)
Paris 4 Paris-Sorbonne : Barthélémy Jobert (élu en mars 2012)
Paris 5 Paris-Descartes : Frédéric Dardel (élu en décembre 2011)
Pierre-et-Marie-Curie : Jean Chambaz (élu en mars 2012)
Paris 7 Paris-Diderot : Christine Clerici (élue en mai 2014)
Paris 8-Vincennes-Saint-Denis : Danielle Tartakowsky (élue en juillet 2012)
Paris-Dauphine : Laurent Batsch (élu en mai 2011 - second mandat - les élections sont prévues en novembre 2016)
Paris-Ouest-Nanterre-la-Défense : Jean-François Balaudé (élu en avril 2012)
Paris-Sud : Jacques Bittoun (élu en mai 2012)
Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne : Luc Hittinger (élu en mars 2012)
Paris 13 : Jean-Loup Salzmann (élu en mars 2012 - second mandat)
Cergy-Pontoise : François Germinet (élu en mars 2012)
Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines : Jean-Luc Vayssière (élu en avril 2012)
Paris-Est-Marne-la-Vallée : Gilles Roussel (élu en janvier 2012)
Evry-Val d’Esssonne : Patrick Curmi (élu en janvier 2015)
Nord Picardie
Lille 1 : Philippe Rollet (élu en mai 2012 - second mandat)
Lille 2 : Xavier Vandendriessche (élu en avril 2012)
Lille 3 : Fabienne Blaise (élue en mai 2012)

Valenciennes et Hainaut-Cambrésis : Mohamed Ourak (élu en mars 2012 - second mandat)
Littoral-Côte d’Opale : Roger Durand (élu en avril 2012 - second mandat)
Artois : Francis Marcoin (élu en mai 2012)

Picardie-Jules-Verne : Michel Brazier (élu en mai 2012)
Normandie
Rouen : Cafer Ozkul (élu en juin 2012 - second mandat)
Le Havre : Pascal Reghem (élu en mai 2012)
Caen : Pierre Sineux (élu en mai 2012)
Champagne-Ardenne Lorraine Alsace
Reims-Champagne-Ardenne : Gilles Baillat (élu en avril 2012)
Lorraine : Pierre Mutzenhardt (élu en mai 2012)
Haute-Alsace : Christine Gangloff-Ziegler (élue en juin 2012)
Strasbourg : Alain Beretz (élu en décembre 2012 - second mandat)
Bourgogne-Franche-Comté
Bourgogne : Alain Bonnin (élu en juillet 2012)
Franche-Comté : Jacques Bahi (élu en avril 2012)
Bretagne - Loire
Maine : Rachid El Guerjouma (élu en mai 2012)
Nantes : Olivier Laboux (élu en mars 2012)
Angers : Jean-Paul Saint-André (élu en février 2012)

Rennes 1 : Guy Cathelineau (élu en mars 2012 - second mandat)
Rennes 2 : Olivier David (élu en avril 2015)
Université de Bretagne occidentale : Pascal Olivard (élu en avril 2012 - second mandat)
Université de Bretagne Sud : Jean Peeters (élu en mars 2012)
Limousin - Centre - Poitou-Charentes
La Rochelle : Gérard Blanchard (élu en avril 2012 - second mandat)
Poitiers : Yves Jean (élu en avril 2012)
Limoges : Hélène Pauliat (élue en avril 2012)
Orléans : Youssoufi Touré (élu en juin 2012 - second mandat)
Tours : Loïc Vaillant (élu en mai 2012 - second mandat)
Aquitaine
Bordeaux : Manuel Tunon de Lara (élu en janvier 2014)
Bordeaux Montaigne : Jean-Paul Jourdan (élu en décembre 2012)
Pau et Pays-de-l’Adour : Mohamed Amara (élu en mai 2012)
Rhône-Alpes Auvergne
Claude-Bernard Lyon 1 : François-Noël Gilly (élu en mars 2012)
Lumière Lyon 2 : Jean-Luc Mayaud (élu en avril 2012)
Jean-Moulin Lyon 3 : Jacques Comby (élu en mai 2012)
Jean-Monnet Saint-Étienne : à pourvoir

Joseph-Fourier (Grenoble 1) : Patrick Levy (élu en avril 2012)
Pierre-Mendès-France (Grenoble 2) : Sébastien Bernard (élu en mai 2012)
Stendhal (Grenoble 3) : Lise Dumasy (élue en mai 2012 - second mandat consécutif)
Savoie : Denis Varaschin (élu en avril 2012)

Auvergne : Philippe Dulbecco (élu en avril 2012 - second mandat)
Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand 2) : Mathias Bernard (élu en mars 2012)
Midi Pyrénées - Languedoc-Roussillon
Toulouse 1 : Bruno Sire (élu en avril 2012 - second mandat)
Toulouse Jean-Jaurès : Jean-Michel Minovez (élu en avril 2012)
Toulouse 3 : à pourvoir

Montpellier : Philippe Augé (élu en janvier 2015)
Paul-Valéry Montpellier 3 : Anne Fraïsse (élue en avril 2012 - second mandat)
Nîmes : Emmanuel Roux (élu en novembre 2012)
Perpignan : Fabrice Lorente (élu en mars 2012)
PACA - Corse
Aix-Marseille : Yvon Berland (élu en janvier 2012)
Nice-Sophia-Antipolis : Frédérique Vidal (élue en avril 2012)
Toulon : Éric Boutin  (élu en avril 2015)
Avignon et Pays-de-Vaucluse : à pourvoir
Corse-Pasquale-Paoli : Paul-Marie Romani (élu en février 2012)
Outre-mer
La Réunion : Mohamed Rochdi (élu en juillet 2012 - second mandat)
Antilles : Corinne Mence Caster (élue en janvier 2013)
Nouvelle-Calédonie : Gael Lagadec (élu en juillet 2013)
Polynésie française : Éric Conte (élu en avril 2013 - second mandat)
Guyane : Richard Laganier (depuis janvier 2015)

- Portrait-robot des nouveaux présidents d'université (juin 2012)

Camille Stromboni | Publié le - Mis à jour le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires