Les diplômes universitaires : comment ça marche ?

Par Jonathan Grelier, publié le 06 Mai 2021

INFOGRAPHIE VIDEO. Comment fonctionnent les diplômes universitaires ? L'Etudiant vous propose un récapitulatif qui vous aidera à y voir un peu plus clair en particulier pour vos formations après le bac.

Vous souhaitez vous orienter vers des études universitaires, mais vous avez du mal à vous projeter tant l'offre est diverse ? L'Etudiant vous propose un récapitulatif des diplômes universitaires qu'ils soient généralistes ou professionnalisants.

Les filières généralistes

Premier cycle : la licence

La licence est un cycle réparti sur trois années d’études (L1, L2, L3). Elle permet d’acquérir les concepts fondamentaux d’une discipline. Après le bac, vous intègrerez la première année dans un des quatre grands domaines qui existent – arts, lettres, langues / droit, économie, gestion / sciences humaines et sociales / sciences, technologies, santé.

Pour décrocher le diplôme national de licence, il faut obtenir 180 crédits durant ces six semestres d’études. Avec ce diplôme, vous pouvez entrer sur le marché du travail ou accéder à certains concours de la fonction publique mais, la suite logique c'est une poursuite d’études en master.

Lire aussi

Deuxième cycle : le master

Une fois la licence en poche, vous pouvez poursuivre vos études avec un master qui se déroule en deux ans (M1, M2). Si vous obtenez les 120 crédits nécessaires à sa validation, vous obtiendrez un diplôme de niveau bac+5.

Ce diplôme vous permet de compléter les connaissances acquises en cursus licence, mais surtout de vous spécialiser dans un domaine particulier en fonction de votre objectif professionnel. Il aboutit généralement à une insertion professionnelle au niveau cadre. De nombreux parcours sont proposés en apprentissage.

Attention toutefois, les masters sont sélectifs à l'entrée du M1 ! Vous devez présenter votre dossier de candidature pour espérer intégrer une formation. Depuis la réforme de 2017, vous avez un droit à la poursuite d'études en master. Ainsi, si vous n'êtes admis dans aucune formation, vous pouvez déclencher une procédure auprès du rectorat de la région dans laquelle vous avez obtenu votre licence. En fonction des places vacantes, le rectorat doit vous soumettre trois propositions de poursuite d’études en master en lien avec votre projet.

Troisième cycle : le doctorat

Le doctorat se déroule en trois ans après le master de recherche (180 ECTS). Après avoir choisi votre sujet d’étude, vous devrez le faire valider par votre directeur de recherche. Après acceptation, un long travail de recherche vous permettra d’élaborer et de rédiger votre thèse. L’enseignement et la recherche dans le secteur public font partie des débouchés, mais de nombreux docteurs s’orientent aussi vers le privé (recherche et développement en entreprise, banques…).

Lire aussi

Le DAEU

Le Diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU) confère les mêmes droits que le baccalauréat. Ce diplôme s'adresse aux personnes qui n'ont pas le bac et qui ont interrompu leurs études. Il se prépare à l’université sur une durée d’un à quatre ans.

Grâce à ce diplôme, vous pourrez poursuivre votre cursus vers des études supérieures (BTS, IUT, licence), préparer des concours de la fonction publique ou intégrer des organismes de formation professionnelle ou des écoles, dans les domaines paramédical et social par exemple.

Il existe deux filières, l'une scientifique et l'autre littéraire. Si ce diplôme relève de la formation continue, il est aussi accessible aux jeunes en situation de handicap en sortie du lycée.

Lire aussi

Les diplômes intermédiaires

Depuis la réforme LMD (Licence, master, doctorat), les diplômes de Deug et de maîtrise ont disparu. Mais, sachez que si vous avez validé les quatre premiers semestres de la licence et donc acquis 120 crédits, vous pouvez demander à ce qu'on vous délivré un Deug. De la même manière, si vous avez validé les deux premiers semestres du master, vous pouvez demander à ce qu'on vous délivre un diplôme de maîtrise.

Ces diplômes peuvent notamment servir à accéder à certains concours de la fonction publique mais ils sont en réalité très rarement demandés.

Lire aussi

Les filières professionnelles

Plus axées sur la pratique, l'université propose aussi des formations professionnelles. Elles disposent d’une bonne réputation auprès des recruteurs et permettent d’entrer plus rapidement dans la vie active.

Les licences professionnelles

Depuis la réforme de 2019, la licence professionnelle peut être accessible directement après le bac, à bac+1 ou à bac+2 en fonction des universités.

La durée des licences professionnelles peut donc varier, d’un à trois ans. Très diverses, les licences professionnelles sont conçues pour une insertion directe dans la vie active.

Les BUT (Bachelors universitaires de technologie)

À partir de la rentrée 2021, vous pourrez opter pour un bachelor universitaire de technologie (BUT) après votre bac. Ce bachelor correspond à une licence professionnelle avec un programme national effectuée au sein d’un IUT (Institut universitaire de technologie).

Le BUT octroie le diplôme national de licence professionnelle et 180 ECTS en cas de validation du parcours au bout des trois ans. Ces bachelors universitaires sont répartis en 24 mentions qui correspondent aux spécialités du DUT (Diplôme universitaire de technologie). Petite précision : le DUT ne disparaît pas avec le BUT mais devient un diplôme intermédiaire délivré après deux années d’études validées (120 ECTS).

Le BUT permet aussi de s’adapter à des types d’emplois bien identifiés, dans l’industrie et les services par exemple, grâce à l’acquisition de connaissances et de compétences professionnelles. Il vous prépare à une entrée sur le marché du travail, mais vous pouvez également continuer vos études, notamment dans des écoles de commerce ou d’ingénieurs.

Lire aussi

Les DEUST (Diplômes d’études universitaires scientifiques et techniques)

Les DEUST s'organise sur une durée de deux ans (120 ECTS). Ils ont un nombre de places limité qui permet de travailler par petits groupes. Ces diplômes sont comparables au BTS, ils offrent la possibilité d’effectuer un stage en entreprise et forment des techniciens supérieurs capables d’intégrer directement le marché du travail. Ces diplômes, plutôt rares, peuvent avoir pour objectif de répondre aux besoins locaux des recruteurs.

Les Diplômes universitaires (DU)

Le DU (diplôme universitaire), aussi appelé DE (diplôme d’établissement), ne s’inscrit pas dans le schéma traditionnel des diplômes universitaires. Il est le seul à ne pas être soumis à une habilitation du ministère de l’Enseignement supérieur. Il est donc délivré directement par une université française, contrairement aux autres diplômes qui sont délivrés au nom du ministère.

Chaque diplôme universitaire est spécifique. La durée, le programme d'enseignement, la thématique mais aussi son coût varient selon les universités.

Ces diplômes ont souvent pour particularité de s'intéresser à des sujets différenciants qu'ils soient de niche, innovants. C'est aussi une formation qui peut venir en complément d’un diplôme d'Etat. Sa valeur sur le marché de l’emploi dépend de son côté du nombre d’années d’études effectuées, du domaine concerné et de l’inscription du diplôme universitaire au répertoire national des certifications professionnelles.

Lire aussi

La formation supérieure de spécialisation

Depuis la rentrée 2020, vous pouvez intégrer un diplôme universitaire labellisé "Formation supérieure de spécialisation" par le ministère de l’Enseignement supérieur après avoir obtenu le bac. De niveau bac+1, ce diplôme confère 60 ECTS au terme d'une année d’études.

Très professionnalisante, celle-ci permet de s’insérer directement dans le monde du travail. Quelques exemples de DU labellisés dans ce cadre : "designer graphique multimédia", "agent de service hospitalier", "agent administratif, commercial et comptable" ou encore "conseil et relation commerciale à distance".

Les formations Paréo

Des formations labellisées Paréo (Passeport pour réussir et s’orienter) sont aussi accessibles depuis la rentrée 2020. Elles correspondent à une année de tremplin pour permettre à des bacheliers de consolider leurs acquis et leur choix d’orientation avant de rejoindre une licence.

Le dispositif vise aussi à ce que les jeunes aient confiance en eux avant de se lancer dans les études supérieures. Les élèves issus de bac professionnel qui souhaiteraient consolider leur dossier pour se lancer dans les études supérieures sont particulièrement concernés.

Articles les plus lus

A la Une Université

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !