Décryptage

Université : "Avec une double licence, j’ouvre mon champ des possibles"

Double licence témoignages
Diplômé d'une double licence, vous maximiserez vos chances d'être sélectionné dans le master ou la grande école de votre choix pour votre poursuite d'études. © Nuthawut / Adobe Stock
Par Éléonore de Vaumas, publié le 13 février 2023
6 min

S'orienter vers une double licence après le bac est un choix exigeant avec une charge de travail plus conséquente qu'en licence classique. Mais ce type de formation peut vous ouvrir davantage de portes en poursuite d’études que ce soit en master ou en grandes écoles.

Sans son grand frère, étudiant en double licence, Claire-Marie n’aurait peut-être pas découvert le principe de cette formation et aurait perdu une belle occasion de profiter d’une voie qui lui va comme un gant. "Le droit faisait partie de mes premiers choix, mais j’avais peur de m’y enfermer. Avec la double licence droit/histoire, j’ouvre au contraire mon champ des possibles, tout en cultivant ma culture générale", décrit l’étudiante de 17 ans, actuellement en L1 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

De plus en plus de doubles licences à l'université

Comme elle, de plus en plus d’étudiants font chaque année le choix d’un double cursus. Une demande croissante dont nombre d’universités se font l’écho en déployant des doubles spécialisations. Les doubles licences peuvent ainsi combiner au choix droit, langues, économie, mathématiques, histoire, géographie, lettres, sciences politiques ou encore sociologie. À la clé, deux diplômes en un.

Pour François, en L3 de droit/philosophie à Lyon (69), cette perspective a été déterminante au moment de valider ses vœux sur Parcoursup : "Je veux pouvoir mettre toutes les chances de mon côté au moment de postuler en master. Certains étant très sélectifs, il faut pouvoir se démarquer des autres. Or la double licence offre une vraie valeur ajoutée pour décrocher une place en master, sans compter qu’elle permet l’accès à une palette de masters plus large", estime le jeune homme de 22 ans.

La double licence, une formation sélective et exigeante

N’entre toutefois pas qui veut en doubles licences. Celles-ci s’adressent en effet avant tout à de bons, voire de très bons élèves, capables de supporter un rythme de travail personnel soutenu et dotés d’un sens de l’organisation aiguisé.

"Si les programmes varient selon les établissements, la plupart des doubles licences cumulent l’équivalent des fondamentaux de deux licences simples ainsi que quelques mineures. Aussi, faut-il pouvoir s’investir dans plusieurs matières importantes à la fois et passer d’un mode d’apprentissage à l’autre aisément", prévient Isabelle Catto, responsable de la toute nouvelle double licence IA et sciences des organisations à Paris Dauphine.

Tête de classe au lycée, Emma, 19 ans, avait déjà pris le pli d’un travail régulier. Une habitude qu’elle a conservée à l’université pour éviter la surchauffe à l’approche des partiels. "Cette année, nous avions quatre partiels avant Noël et huit les deux premières semaines de janvier, soit le double par rapport à des étudiants en licence monodisciplinaire. Le secret, c’est d’étudier un peu tous les jours et de ne négliger aucune discipline", recommande l’étudiante en deuxième année de droit/économie-gestion à Nanterre (92).

Un esprit "promo"

Plus dense qu’un cursus simple, le rythme imposé en double licence n’en reste pas moins plus souple et moins compétitif que celui d’une classe prépa. De quoi se ménager du temps pour s’aérer la tête loin de ses cours. Un aspect sur lequel Isabelle Catto, en tant que responsable de formation, est d’ailleurs très vigilante envers ses étudiants : "C’est important d’avoir des soupapes pour décompresser. Être étudiant, c’est aussi penser à bien s’alimenter, faire une activité physique, voir ses amis. Des consignes que nous pouvons rappeler régulièrement à nos étudiants car nous avons cette proximité avec eux que n’ont pas d’autres formations universitaires. "

La proximité est l'un des atouts qui a séduit Claire-Marie. Car si les étudiants en double licence sont souvent mélangés aux autres dans les cours magistraux, ils sont tout de même très souvent ensemble durant les TD. "J’avais peur d’être noyée dans la masse allant à l’université, mais en réalité, tout le monde se connaît, y compris avec les L2 et L3. On se rapproche plus d’un esprit promo et c’est bien moins anonyme que d’étudier dans les amphis surchargés en droit par exemple", se réjouit-elle.

Les doubles licences ouvrent la voie aux masters et concours de grandes écoles

Pour qui voudrait s'aventurer dans l'expérience d'une double licence, un conseil avant de se lancer : privilégiez des domaines qui ont un lien avec votre projet après la licence. Une logique dans laquelle Emma s’est inscrite dès le départ en vue de rejoindre une école de commerce après sa L3. "Continuer en master de droit ? Trop spécialisé pour moi. Toutefois, avec ma licence d’économie, je pourrai avoir de bonnes écoles si je me prépare suffisamment bien aux concours", estime l'étudiante.

De son côté, Claire-Marie vise les concours de la magistrature. Après sa double licence, direction un master de droit et, avec son bagage en histoire, elle compte bien briller en culture générale.

Concours, masters dans l’un ou l’autre domaine disciplinaire ou bien bidisciplinaires, etc., la double compétence autorise un choix vaste de poursuite d’études. Sans compter que le moment venu d’entrer dans la vie active, elle offre souvent une longueur d’avance sur les autres candidats.
Vous souhaitez définir votre projet d’orientation ?

Rendez-vous au Salon de l’Etudiant près de chez vous et trouvez votre formation. J’y vais !

Vous aimerez aussi

Contenus supplémentaires

Partagez sur les réseaux sociaux !