Le top 100 des métiers qui recrutent : zoom sur les secteurs du commerce, de l’artisanat et de l’hôtellerie-restauration

Par Etienne Gless, publié le 05 Août 2021
3 min

MÉTIERS D'AVENIR, série d'été, épisode 3/6. L’économie est à peine repartie et déjà des emplois peinent à trouver preneur. L’Etudiant a identifié une centaine de métiers où les employeurs connaissent des difficultés de recrutement. Dans le troisième volet de notre série, retour sur des secteurs mis à l'arrêt par la crise du Covid-19 et qui ont des besoins en main-d'œuvre alors que leurs activités redémarrent : le commerce, l’artisanat et l’hôtellerie-restauration.

Commerces, bars, restaurants, hôtels… vous pouvez sans crainte vous engager dans une formation aux métiers associés à ces secteurs en plein redémarrage après les coups de frein liés aux différents confinements et au couvre-feu. De nombreux projets de recrutement pour des métiers manuels et de service y sont recensés à tous les niveaux de formation.

Commerce, artisanat : on s’arrache les cheveux pour trouver des coiffeurs et des bouchers

À la tête de la deuxième activité artisanale en France, les coiffeurs comptent recruter près de 16.000 salariés cette année, mais les candidats qualifiés manquent. Chaque année, environ 10.000 postes de coiffeurs confirmés ou d’apprentis coiffeurs peinent à être pourvus selon l’Union nationale des entreprises de coiffure.

Tous les ans, les métiers de boucher et charcutier manquent aussi de candidats. La profession a pourtant quasi doublé ses effectifs d’apprentis depuis quelques années : 9.500 ont été formés l’an passé et des actions de formation pour les candidats en reconversion professionnelle sont menées pour satisfaire les besoins. Enfin, dans le grand commerce, les postes d’employés de libre-service sont parmi les plus nombreux en volume avec 46.000 recrutements anticipés cette année, hors saisonniers.

Lire aussi

Hôtellerie, restauration : recruter des serveurs et commis de cuisine, c’est tout un plat

Depuis leur réouverture, les patrons de cafés, hôtels et restaurants manquent de bras ! Selon l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) environ 100.000 postes étaient non pourvus à la fin du premier semestre 2021. Les tensions sur les métiers de serveur, de commis de cuisine ou d’employé polyvalent de restauration préexistaient à la crise du Covid-19. Ces deux métiers figurent dans le top 10 en volume des projets de recrutement pour 2021 selon l’enquête Pôle emploi sur les besoins en main-d’œuvre (BMO).

Avec le déconfinement et la réouverture des établissements début juin, le problème s’est avéré encore plus criant. D'autant que 100.000 professionnels auraient quitté le secteur à la suite de l’arrêt de l’activité lors de la crise sanitaire.

Lire aussi

Articles les plus lus

A la Une métiers qui recrutent

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !