Travailler dans l'immobilier : asset manager

Par Marie-Anne Nourry, publié le 30 Mars 2012
4 min

Qui dit crise économique ne dit pas forcément crise immobilière. Le secteur demeure en quête de nouvelles recrues, en particulier pour des postes cadres. A la clé, les fonctions traditionnelles, mais aussi de nouveaux métiers dans l'immobilier d'entreprise. Panorama des tendances pour les jeunes diplômés et portraits de pros.

Adrien, 26 ans : "Je dois faire en sorte que le patrimoine ne perde pas de valeur"


Son parcours


Au lycée, Adrien s'intéresse surtout aux maths, une matière dans laquelle il excelle. Après l'obtention du bac S, il s'inscrit donc en MASS (mathématiques appliquées aux sciences sociales) à Paris-Dauphine. Deux ans plus tard, sa candidature au magistère BFA (banque, finance, assurance) est retenue, mais il préfère s’inscrire à l'EDHEC, pour se construire "un parcours plus généraliste et international".

C’est durant son année de césure que le jeune homme découvre l’asset management. "Je me suis aperçu que les métiers étaient tout aussi intéressants et lucratifs dans l'investissement et la gestion immobilière d'entreprise que dans la banque. Cela m'a donné envie de creuser cette voie." Mais c'est sans compter sur la crise financière qui réduit les offres d’emploi comme peau de chagrin. Une dose de persévérance et une centaine de candidatures plus tard, il réussit finalement à décrocher un CDI dans un fonds d'investissement immobiliers.

Depuis, il a changé d’entreprise. Il travaille pour le groupe allemand Deka Immobilien, et il doit sa place à son réseau : "Je dirige avec un ami le club immobilier de l'EDHEC et, lors d’une visite d’un site en construction que nous avons organisée, j'ai croisé une ancienne de l’école travaillant pour Deka. C’est elle qui m'a parlé de cette opportunité".


Sa fonction


"Asset manager" signifie "gestionnaire d'actifs" en français, mais ce titre est rarement utilisé dans le secteur immobilier. "Ce n’est pas par snobisme, on travaille dans un milieu international donc l'anglais facilite la communication." Importé tout droit du monde anglo-saxon, le métier d'asset manager est arrivé en France au début des années 1980, quand l'immobilier s'est financiarisé. "On a cessé de le considérer comme de la pierre pure mais comme un actif à part entière, qui peut générer un rendement", explique Adrien. Et pour cause… Deka Immobilien, par exemple, détient un portefeuille de 3,3 milliards d'euros en France. De quoi attraper le vertige !

En charge d'un actif immobilier (c'est-à-dire d’un bâtiment), le jeune homme est garant des loyers à percevoir et de leur appréciation. "Je dois faire en sorte que le patrimoine ne perde pas de valeur." Mieux : qu’il en gagne ! Si des bureaux sont vides, Adrien définit le montant du loyer, coordonne les prestataires chargés de trouver des locataires et organise la signature des baux avec des avocats. Pas de secret, pour être un bon asset manager, il faut être le plus complet possible : "Maîtriser des compétences techniques, commerciales, juridiques, mais aussi en architecture ou en design".


Ce qu'il aime le plus


Avant tout, Adrien apprécie le fait que son actif soit concret, qu'il s'agisse d'un bâtiment en dur et non d'une action virtuelle. "Je peux le toucher, le visiter. C'est ce qui m'a poussé à chercher un emploi dans l'immobilier et non dans la banque." Et côté rémunération ? En tant que junior, la moyenne est d'environ 40.000 euros brut annuels. Et, les perspectives d’évolution salariale sont alléchantes dans son domaine : après quelques années d'exercice, un asset manager confirmé gagne en moyenne 76.000 euros (primes, intéressement et participation inclus).


Ce qu'il aime le moins


Le rythme de travail parfois très soutenu, avec des périodes de "rush" assez fortes. "Quand on négocie un bail à 1,5 million d’euros, quelques nocturnes s’imposent..." Mais Adrien s’estime chanceux de travailler pour un employeur qui accorde beaucoup d'importance à la vie privée. "Je travaille de 9h à 19h en moyenne. C’est loin d’être le cas dans toutes les entreprises du secteur."


Son conseil


Selon Adrien, la voie royale pour devenir asset manager est d’obtenir un diplôme d'ingénieur à l'ESTP, puis de le compléter par le mastère spécialisé finance et asset management de l'ESSEC. Néanmoins, s'il en avait le choix, il ne changerait rien à son parcours. "Quand on est diplômé d'une des 5 meilleures écoles de commerce, on n'a pas à rougir."



Articles les plus lus

A la Une portraits métiers

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !