Le gouvernement annonce le recrutement de 10.000 apprentis dans les formations sanitaires

Par Pauline Bluteau, publié le 16 Mars 2022
3 min

Le ministère de la Santé est sur le point de lancer une campagne de recrutement autour des métiers du soin. Au total, 10.000 contrats d'apprentissage seront ouverts en 2022 dans les formations sanitaires, paramédicales et médico-sociales.

Après le Ségur de la santé en juillet 2020 et les annonces "d'un effort historique en faveur de la rémunération" ou encore des places supplémentaires dans les IFSI (instituts de formation en soins infirmiers), le gouvernement veut muscler l'attractivité des formations sanitaires et sociales. Cette fois, il mise sur l'apprentissage pour attirer les jeunes. Pour cette année 2022, ce sont donc 10.000 contrats d'apprentissage qui seront offerts, contre 4.000 en 2021.

Encourager les jeunes dans les métiers du soin

Ce n'est pourtant pas l'envie qui manque du côté des étudiants : chaque année, les formations du secteur sanitaire et social font le plein, notamment le diplôme d'Etat d'infirmier, première formation demandée sur Parcoursup. "Aujourd'hui, on veut leur montrer que malgré la tension autour de ces métiers, ce sont des métiers qui recrutent", indiquent les différents représentants des cabinets ministériels lors d'un point accordé à la presse ce mercredi 16 mars. Dans les années à venir, 15.000 nouveaux postes dans les établissements publics seront donc créés dans ces secteurs.

Plusieurs annonces ont donc été faites en ce qui concerne la formation :

  • Elargir l'expérimentation menée sur les VAE (valorisation des acquis de l'expérience) dans le secteur du grand âge : cela vise à réduire l'obtention de la certification en quatre mois au lieu de 16 ;
  • Lancer des "parcours de réussite" pour faciliter les passerelles : proposer un parcours en deux ans au lieu de trois pour passer d'aide-soignant à infirmier ;
  • Créer 10.000 contrats d'apprentissage en 2022.

Lire aussi

Offre de 10.000 contrats d'apprentissage dans le secteur du soin

Tout cela concerne les bacheliers, les étudiants en réorientation ou en reconversion professionnelle. Car même si les formations du secteur sanitaire et social sont déjà professionnalisantes, l'apprentissage peut offrir d'autres perspectives, à d'autres étudiants. Le coût de la formation est en effet entièrement absorbé par l'employeur. Les apprentis sont également mieux rémunérés et ont le statut de salarié.

Enfin, cela permet de rester pour une durée d'un an ou plus au sein de la même structure – contrairement aux stages où la convention n'excède pas six mois – et donc "d'entrer plus rapidement dans le métier".

Lire aussi

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une Alternance

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !