Miss France 2021 : les études et les métiers des candidates

Par Etienne Gless, publié le 18 Decembre 2020
9 min

Le concours Miss France fête cette année ses 100 ans au Puy du Fou et sur TF1 ce samedi 19 décembre. L'Etudiant a épluché le CV des candidates. Découvrez les études, diplômes et rêves professionnels des prétendantes au titre de Miss France 2021.

Elève vétérinaire, étudiante en école de commerce, infirmière ou futur avocate… Les 29 reines de beauté candidates au titre de Miss France 2021 ont aussi de la cervelle. Hormis deux, toutes suivent des études supérieures ou sont déjà diplômées et insérées dans la vie active.

Ces Miss qui embrassent des carrières scientifiques ou médicales

Tara de Mets (Miss Picardie), 22 ans, est étudiante en 4e année de médecine à l’université d’Amiens (80) et ambitionne de devenir chirurgienne.

Autre scientifique, Kenza Andreze-Louison, 20 ans, est une passionnée des étoiles et rêve de travailler dans les métiers de l’astronomie. Miss Guadeloupe étudie les géosciences en deuxième année de licence à l’université des Antilles.

Quant à Louisa Salvan (Miss Calédonie), 19 ans, elle vient tout juste de commencer ses études post-bac en licence en sciences et vie de la Terre.

Fille d’agriculteur, Coralie Gandelin, 23 ans, est élève-vétérinaire à Liège en Belgique. Miss Franche-Comté en est à sa 5e année d’études de médecine vétérinaire et compte bien achever son parcours d’études même si elle décroche la couronne de Miss France.

Enfin, Aurélie Roux, 24 ans, diplômée d’un DUT et d’une licence de chimie a travaillé comme laborantine mais son rêve est de devenir danseuse professionnelle.

Beaucoup de Miss en écoles de commerce

"À ce jour, je suis fière d'être la fondatrice et directrice générale de mon propre e-commerce, prettyvibz.com", confie Julie Tagliavacca, 24 ans, titulaire d’un titre certifié de l’Inseec en marketing, communication et stratégies commerciales. Reste que, comme des milliers de jeunes diplômés 2020, Miss Pays de Loire est en recherche active d’un poste salarié dans le domaine de la communication ou du marketing digital.

De son côté, Lou-Ann Lorphelin (Miss Bourgogne), 23 ans effectue son master 2 à Grenoble école de management (GEM) en alternance dans une entreprise de cosmétique, L'Oréal.

Autre étudiante en école de commerce, Lara Gautier (Miss Côte d‘Azur), 22 ans, est en 2e année de master Marketing et communication sur le campus niçois de l’Ipag business school.

Lire aussi

Miss Mayotte, Anlia Charifa, 23 ans, étudie à Lyon. Titulaire d’un MBA en marketing digital de l’Idrac business school, la jeune femme se spécialise actuellement dans la création audiovisuelle pour devenir productrice ou réalisatrice.

Héléneschka Horth, 23 ans, a obtenu un bachelor en business et management à l’École de gestion et de commerce (EGC) de Guyane au mois de juin dernier et a décroché un premier emploi comme chargée de communication et marketing dans une entreprise locale. Pour la suite de sa carrière professionnelle, Miss Guyane se verrait bien, elle aussi, créer sa propre entreprise.

Cavalière émérite, Laura Cornillot (Miss Nord-Pas-de-Calais), 24 ans, a suivi des études de tourisme à l’École internationale Tunon et suit actuellement une formation en communication digitale.

Lire aussi

La filière BTS bien représentée chez les Miss

Avec cinq étudiantes ou ex-étudiantes issues de ses rangs, la filière BTS fournit bon nombre de candidates au titre de Miss cette année.

Lara Lourençon, 19 ans, Miss Ile-de-France est étudiante en première année de BTS Commerce international option luxe dans un lycée de Saint-Germain-des-Fossés.

De même, Miss Midi-Pyrénées, Emma Arrebot-Natou, 19 ans, est élève en première année de BTS Commerce international.

De son côté, Illina Barry (Miss Languedoc-Roussillon), 19 ans, prépare un BTS Management commercial opérationnel (MCO).

April Benayoum (Miss Provence), 21 ans, est déjà titulaire d’un BTS Commerce international et poursuit ses études pour obtenir un master en marketing.

Lyna Boyer (Miss Réunion), 21 ans, est elle aussi titulaire d’un BTS en management des unités commerciales. La jeune femme poursuit ses études en licence de management et caresse l’idée de créer sa propre griffe de mode.

Lire aussi

Profils juridiques : des Miss futures avocates

Les métiers du droit attirent peu de Miss candidates mais le métier d'avocat fait rêver deux d'entre elles.

Ainsi, Géromine Prique (Miss Auvergne), 21 ans, prépare un master en droit des affaires à l’université de Clermont-Ferrand et ambitionne de passer le concours du barreau pour devenir avocate en droit des affaires.

Autre future avocate, Miss Lorraine, Diane Febvay. À 19 ans, elle est étudiante en deuxième année de droit pénal à Metz et souhaiterait devenir avocate en droit pénal et sciences criminologiques.

Lire aussi

Infirmière, éducatrice, directrice d’Ehpad… Ces Miss qui veulent être utiles aux autres

"Ce métier est une véritable vocation pour moi. Je m’épanouis pleinement car je peux apporter toute mon aide et mon soutien aux personnes malades", a confié Chloé Delavalle à L'Écho républicain. Actuellement infirmière en neurologie à l’hôpital de Coudray près de Chartres, Miss Centre-Val de Loire, 23 ans, a suivi ses études d’infirmière après son bac Sciences et technologies de la santé et du social (ST2S).

Comme Chloé, de nombreuses Miss se préparent à exercer un métier utile aux autres. Ainsi, Noémie Leca, 20 ans, Miss Corse, est élève en 2e année d’école d’infirmière mais elle est déjà une héroïne du quotidien. À l'instar des autres étudiants en santé, elle a été mobilisée au printemps pendant la première vague de Covid-19 pour pallier le manque de personnel dans les hôpitaux. La jeune reine de beauté envisage de décrocher le diplôme d’État d’infirmier en pratique avancée (IPA) qui confère le grade de master (bac+5).

Amandine Petit (Miss Normandie), 23 ans, se destine à diriger à un établissement pour personnes âgées : en fin de cursus, elle prépare à l’IAE de Caen son master 2 Management des établissements et des structures gérontologiques.

Miss Limousin, Léa Graniou, 20 ans, est en deuxième année d’études pour devenir éducatrice de jeunes enfants en milieu hospitalier et obtenir son diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants (DEJEE).

Séphorah Azur (Miss Martinique), 23 ans, est étudiante en 3e année de licence de psychologie et se destine à devenir psychologue pour enfants.

Enfin, Anaïs Roux (Miss Rhône-Alpes) 23 ans, termine son cursus dans une école privée à Lyon (le CEESO) pour devenir ostéopathe.

Sportives ou artistes, ces Miss aux profils moins classiques

Après avoir décroché son bac littéraire en juin dernier, Miss Aquitaine, Leïla Veslard, 18 ans, est déjà chanteuse professionnelle dans l’orchestre de ses parents.

À 19 ans, Mylène Halemai (Miss Wallis-et-Futuna), est joueuse professionnelle de tennis et a participé deux fois (en double) au tournoi de Roland-Garros.

Julie Foricher (Miss Bretagne), 23 ans, est titulaire d’une licence de STAPS et d‘un bachelor en tourisme. Réceptionniste d’hôtel à Brest, elle suit également une formation pour devenir hôtesse de l’air à Paris et a été jeune fille au pair en Australie.

Peu de Miss Sciences humaines et écoles d'ingénieurs

Gwenegann Saillard (Miss Champagne-Ardenne), 21 ans, étudiante en deuxième année de licence d’histoire à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est la seule des candidates à suivre cette année des études dans le domaine des sciences humaines et sociales. Elles étaient trois, l'an passé, à "faire leurs humanités" à l'université.

Enfin, alors que l'édition 2020 du concours Miss France comptait une diplômée d'une grande école d'ingénieurs, aucune des candidates n'est passée par ces formations en 2021.

Lire aussi

Consultez nos offres

Recruteur : déposer une annonce

Articles les plus lus

A la Une jobs, stages, emploi, alternance

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road