1. Mémoire, rapport de stage : les dix règles d’or de la soutenance
Coaching

Mémoire, rapport de stage : les dix règles d’or de la soutenance

Envoyer cet article à un ami

Le moment de la soutenance de mémoire ou de rapport de stage peut varier du tout au tout suivant les cas. Il existe cependant dix règles d’or pour que les choses se passent au mieux, au moins pendant la première partie de l’épreuve. Extraits de Bien rédiger son mémoire ou son rapport de stage, de Myriam Greuter, publié aux éditions l’Etudiant.

En suivant ces quelques conseils, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour que votre soutenance se passe au mieux.

Soutenance : les dix règles d'or

1. N'apprenez pas par cœur le texte de votre intervention.

« Un élève qui récite pendant dix minutes un topo appris mot à mot laisse une impression désastreuse », s'exclament en chœur les enseignants de l'IUT génie civil de Cergy-Pontoise. Lorsque vous préparerez votre exposé, travaillez votre formulation, les passages difficiles, mais ne le rédigez pas en totalité : même si vous l'avez préalablement répétée, votre intervention doit rester souple et naturelle.

2. Ne vous laissez pas impressionner par le silence des jurés durant la première partie de la soutenance.

Les enseignants n'interviennent pas pendant l'exposé. Comme l'explique Hubert, ancien directeur d'UFR, « la soutenance commence par un monologue de l'étudiant, se poursuit avec les critiques du jury et se termine en dialogue ».


3. Faites une croix sur votre envie de tout dire.

Il est exclu que vous puissiez restituer toutes les étapes de votre travail en dix ou vingt minutes d'exposé. Vous devrez aller à l'essentiel : les conclusions, les résultats, votre méthode de travail et vos éventuelles difficultés. Faites comme si vous deviez, à travers cet aperçu, donner envie au jury de lire votre mémoire ou votre rapport.

4. Présentez un plan.

Aussi courte soit-elle, votre intervention doit impérativement suivre un plan, que vous aurez préparé à l'avance. Selon de nombreux professeurs, le mieux est que le plan de la soutenance ne soit pas le même que celui du mémoire ou du rapport. En effet, la soutenance n'est pas un simple résumé du contenu de votre travail. Normalement, elle vise tout autant à raconter votre démarche au jury : pourquoi vous avez choisi ce sujet, quelle a été votre démarche, quelles ont été vos difficultés...


5. Regardez alternativement chacun des examinateurs.


6. Respirez calmement, cela aide à conjurer le stress.


7. Gardez un script, un plan « aide-mémoire » à portée de main.

« Même si vous ne le lisez pas, sa présence rassure », affirme Michèle, enseignante en BTS diététique.


8. Parlez lentement.

Ce n'est pas parce que le temps imparti est court que vous devez adopter un débit de mitraillette. Vous n'en serez que plus clair et plus captivant. Avoir un rythme posé vous permettra aussi de gagner du temps pour réfléchir avant de répondre à une question du jury.


9. Répétez-vous bien que vous maîtrisez votre sujet.

Vous avez suffisamment travaillé sur la question pour cela. Le risque est plutôt d'en savoir trop.


10. Ne craignez pas le jury.

« Les profs sont là pour s'instruire, pas pour assassiner ! », souligne Jean-Marc, enseignant en DUT génie thermique et énergie. Pour les professeurs, l'intérêt est en effet d'en apprendre plus sur le fonctionnement d'une entreprise ou sur la démarche de recherche d'un élève.

Les critères d'appréciation du jury

Un IUT a bien voulu nous confier ses critères d'appréciation pour la soutenance. Chacun d'eux est noté sur cinq points.

Pour l'évaluation de la forme, ce qui compte d'abord, c'est :

la qualité de l'expression orale durant l'exposé et les questions, ainsi que le respect du temps ;

l'utilisation de supports (tableau, projecteur, rétroprojecteur...).

En ce qui concerne le fond de la soutenance, les enseignants jugent :

• la qualité de l'exposé et la maîtrise du sujet ;

la qualité des réponses aux questions du jury.

DRPOUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Bien rédiger son mémoire ou son rapport de stage", par Myriam Greuter.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Mémoire, rapport de stage : comment se déroule la soutenance ? Mémoire, rapport de stage : les dix règles d’or de la soutenance Mémoire, rapport de stage : comment ne pas se répéter lors de la soutenance ? Mémoire, rapport de stage : de l’intérêt d’une mention