Un métier réputé mal payé : infirmier en réanimation

Par Virginie Bertereau, publié le 21 May 2007
2 min

S’il est vrai qu’on se lance rarement dans ces professions pour l’argent, elles n’en sont pas moins rendues gratifiantes par les responsabilités qu’on y exerce. Exemples.

Thomas Roussel, 25 ans : "C’est agréable de passer du temps avec le patient"

Thomas exerce le métier d’infirmier à l’hôpital de Dreux (28) depuis moins de deux ans. "En binôme avec une aide-soignante, mon rôle consiste à assurer des soins de confort et d’hygiène aux patients en réanimation (toilette, pesée, prévention d’escarres…). J’assure aussi les soins sur prescription (gaz du sang, prélèvements, pansements, administration de traitements…) en lien avec les médecins. Mais je n’exécute pas leurs actes sans réfléchir. Je dois surveiller, être réactif, les prévenir le cas échéant."

Le jeune infirmier travaille douze heures d’affilée, de jour ou de nuit, à raison de deux à cinq jours par semaine. "Le rythme de travail peut sembler lourd et fatigant. Le service de soins doit toujours continuer, donc il faut être disponible." Trois ans d’études, des vies entre les mains pour un salaire modeste, cela peut sembler peu cher payé… Mais le contact humain est gratifiant. "C’est agréable de passer du temps avec le patient, de le rassurer. Une confiance mutuelle s’instaure", confie Thomas.

Autre avantage : il existe de nombreuses façons d’exercer le métier. "Si la réanimation ne me convient plus, je peux changer de service. Les infirmiers peuvent aussi se spécialiser en puériculture, en anesthésie ou en bloc opératoire et passer des DU (diplômes universitaires) pour évoluer." Thomas avoue qu’il n’est pas toujours simple de s’occuper de malades, surtout à 20 ans. "Il y a un travail sur soi à faire. Mais pour avancer sans prendre les choses trop à cœur, on peut compter sur le reste de l’équipe. On partage beaucoup. Infirmier, ce n’est pas un métier solitaire."

Sa formation : diplôme d’État d’infirmier (bac + 3).
Son salaire mensuel net : 1 475 € (hors primes de week-ends et heures de nuit).

Articles les plus lus

A la Une métiers qui recrutent

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road