Un métier réputé peu glamour : technicien de maintenance

Par Mathieu Oui, publié le 11 May 2009
2 min

A priori, devenir agent d’assurance, plombier ou attaché administratif ne fait pas rêver. Pourtant, que ce soit pour les revenus, la stabilité de l’emploi ou la progression de carrière, les avantages ne manquent pas.

Raja Suriya, 20 ans : "La SNCF me donne des possibilités d’évoluer"

"Les agents se plaignent souvent de la saleté des machines et du temps passé à nettoyer la graisse avant d’atteindre les moteurs." Agent de maîtrise au centre de maintenance des TGV sud-est européens, Raja, 20 ans, a commencé par superviser le travail de 36 techniciens. Cette équipe, qui se relaie jour et nuit par roulement de quatre vacations, doit s’assurer du bon état de fonctionnement du parc TGV. Objectif : fournir et réparer le matériel en temps et en heure, conformément à la circulation prévue, pour éviter tout retard.

Un travail à forte responsabilité qui nécessite sens de l’organisation et résistance à une double pression (celle des techniciens et celle de la hiérarchie). S’il reconnaît manquer d’expérience et surtout d’autorité face à des collaborateurs plus âgés, Raja apprécie l’esprit d’équipe et la rigueur nécessaire notamment pour faire appliquer les consignes de sécurité.

Le jeune technicien a embrayé sur une nouvelle mission : l’analyse statistique des pannes pour essayer de mieux les circonscrire. Travail qui, d’après l’intéressé, correspond mieux à son profil. Quoi qu’il en soit, Raja se déclare satisfait de travailler pour une entreprise comme la SNCF, pour la sécurité de l’emploi et les possibilités d’évolution. Le jeune technicien se verrait bien reprendre des études d’ingénieur et, qui sait, renouer avec ses premières amours : l’aéronautique.

Sa formation : BTS maintenance industrielle en alternance.
Son salaire mensuel net : 1 200 €. 

Articles les plus lus

A la Une métiers qui recrutent

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Human road Human road