1. Métiers
  2. Les metiers qui recrutent
  3. Futurs ingénieurs, quels sont les secteurs les plus porteurs pour vous ?
  4. La banque-assurance côté ingés : embauches ciblées dans l’une, de masse dans l’autre
Boîte à outils

La banque-assurance côté ingés : embauches ciblées dans l’une, de masse dans l’autre

Envoyer cet article à un ami

Pas de raison pour les jeunes ingénieurs de broyer du noir face à la crise. Non seulement certains secteurs, l'informatique et l'aéronautique en tête, continuent tout de même de recruter, mais partout les métiers évoluent et de nouveaux besoins émergent au fil des départs à la retraite et des progrès technologiques. Revue de détail des tendances 2015.

Nouveaux produits financiers, sécurité bancaire, suivi des transactions... autant de domaines qui nécessitent l'expertise d'ingénieurs. Les banques ne cherchent pas à recruter en masse, mais plutôt des profils rares. "On dit souvent que la banque fait concurrence aux autres secteurs, cependant nous recrutons très peu d'ingénieurs par rapport au nombre des jeunes qui sortent des écoles", affirme Jean-Claude Guéry, directeur des affaires sociales de l'AFB (Association française des banques).

Ces ingénieurs occupent souvent des postes dans l'informatique ou bien spécifiquement financiers et équivalents à ceux de "traders", dans des banques d'investissement. Les jeunes diplômés peuvent être attirés par la rémunération (avantageuse grâce aux bonus et aux primes) ou par la garantie d'un CDI assuré.

Pas d'inflexion dans l'assurance

Contrairement aux banques, les assurances n'ont pas perdu la confiance des ingénieurs suite à la crise. "Le recrutement se maintient à un niveau élevé avec environ 12.000 collaborateurs, dont un nombre important d'ingénieurs embauchés en 2014", illustre José Milano, directeur des affaires sociales de la FFSA. Pour lui, "même si la visibilité pour les prochaines années devient moins évidente, il ne devrait pas y avoir d'inflexion dans les cinq ans qui arrivent, car la révolution digitale s'installe progressivement. Aujourd'hui se développent de nouvelles offres, par exemple autour de la cybercriminalité, où on remarque d'importants besoins en data scientists".

Les sociétés d'assurances embauchent soit des ingénieurs en informatique, soit des ingénieurs généralistes formés en interne pour combler leurs importants besoins. Les métiers proposés sont ceux de la souscription, de l'actuariat, de la gestion financière et du contrôle de gestion, ou encore du risque management. Les compétences requises ? Gestion de projets, qualités relationnelles, connaissance des conformités, capacité de modélisation, capacité d'analyse et d'élaborer des solutions complexes, bon niveau d'anglais...

À note, pour mieux faire connaître le secteur aux jeunes diplômés, l'Observatoire des métiers de l'assurance compte rendre plus identifiables les offres de formation spécifiques et mettre en place un dispositif "d'ambassadeurs".

Pour aller plus loin : Futurs ingénieurs, misez sur les doubles diplômes / 10 façons de devenir ingénieur / Filières scientifiques cherchent filles désespérément

Sommaire du dossier
Retour au dossier L'informatique côté ingés : des métiers en constante évolution Le BTP côté ingés : à la recherche de diplômés entrepreneurs L'industrie du transport côté ingés : l’aéronautique et le ferroviaire prennent de la vitesse L’énergie côté ingés : un secteur où on économise pour l’avenir La banque-assurance côté ingés : embauches ciblées dans l’une, de masse dans l’autre