1. Métiers
  2. Les metiers qui recrutent
  3. Futurs ingénieurs, quels sont les secteurs les plus porteurs pour vous ?
  4. L'informatique côté ingés : des métiers en constante évolution
Boîte à outils

L'informatique côté ingés : des métiers en constante évolution

Envoyer cet article à un ami

Pas de raison pour les jeunes ingénieurs de broyer du noir face à la crise. Non seulement certains secteurs, l'informatique et l'aéronautique en tête, continuent tout de même de recruter, mais partout les métiers évoluent et de nouveaux besoins émergent au fil des départs à la retraite et des progrès technologiques. Revue de détail des tendances 2015.

"Nous devons recruter environ la moitié des diplômés des écoles d'ingénieurs", constate Laurent Baudart, délégué général de Syntec numérique, l'organisation professionnelle du secteur informatique. Environ 5.000 jeunes diplômés de l'enseignement supérieur ont été embauchés en 2013 dans le numérique, sur plus de 36.000 recrutements par an au total.

Attractif pour le salaire et la diversité des métiers

Les jeunes sont attirés par le salaire : 38.000 € brut par an pour les débutants, soit la meilleure rémunération après le secteur de la finance. Mais ils choisissent l'informatique aussi pour la richesse de ses métiers. "Parler d'informatique est réducteur par rapport à la largeur des métiers du numérique, qui intègrent aussi des métiers autour du consulting business", souligne Josiane Gain, university relations manager chez IBM France.

Chef de projet, développeur système, analyste de gestion, technicien support... Il existe une palette d'activités large et variée dans ce secteur, décliné dans de nombreux domaines (services publics, tourisme, aéronautique, finance...).

Un secteur en perpétuelle évolution

Autre atout : le secteur bouge tout le temps ! "Notre secteur d'activité est en perpétuelle évolution grâce à l'arrivée de nouvelles technologies. Lesquelles induisent également de nouvelles opportunités chez nos clients et peuvent conduire à de profondes transformations de leurs business models", explique Josiane Gain. Ainsi, le secteur reste toujours en création nette d'emplois.

Les sociétés de services et de conseil en informatique (les ex-SSII aujourd'hui rebaptisées "entreprises de services du numérique") sont toujours les plus grands recruteurs et représentent plus de 70 % des volumes d'emploi. Pourtant, elles peuvent avoir du mal à recruter. "Les entreprises de services du numérique ont parfois une mauvaise réputation. Les jeunes se méfient d'elles. Ils pensent qu'elles considèrent leurs salariés comme des intérimaires, qu'elles peuvent licencier facilement, ce qui n'est pas le cas dans la majeure partie des sociétés comme la nôtre", défend Jean-Michel Bulot, de Viveris. Dans ces sociétés, les jeunes ingénieurs évoluent de mission en mission sur des projets différents, ce qui évite un travail routinier. Mais dans certaines d'entre elles, les emplois peuvent être précaires.

Recherche profils spécialisés et mixtes

Enfin, l'évolution constante du secteur pose un problème : il existe aujourd'hui un fossé entre les attentes du marché en termes de technologies et la formation des jeunes ingénieurs, pas assez spécialisés au goût des recruteurs. Ainsi, les diplômés qui ont une compétence autour du SMAC (Social-Mobile-Analytics-Cloud), l'informatique virtualisé, en développement mobile ou en système embarqué (des objets connectés sans humain) sont très recherchés.

Les profils mixtes, avec des doubles compétences, aussi. Comme le fait de "savoir transcrire les besoins des clients et comprendre le système d'information", cite Laurent Baudart. Le poste de data-scientist, notamment, peut être occupé à la fois par un ingénieur et par un manager issu d'une business school. Le Big Data est très friand de ce type de profils mixtes, peu nombreux sur le marché. Conclusion, pour trouver et garder un bon emploi, un seul mot d'ordre : savoir s'adapter.

Pour aller plus loin : Futurs ingénieurs, misez sur les doubles diplômes / 10 façons de devenir ingénieur / Filières scientifiques cherchent filles désespérément

Sommaire du dossier
Retour au dossier L'informatique côté ingés : des métiers en constante évolution Le BTP côté ingés : à la recherche de diplômés entrepreneurs L'industrie du transport côté ingés : l’aéronautique et le ferroviaire prennent de la vitesse L’énergie côté ingés : un secteur où on économise pour l’avenir La banque-assurance côté ingés : embauches ciblées dans l’une, de masse dans l’autre