L’administrateur réseau : un technicien qui veille à la qualité du service

Par Jean-Michel Oullion, publié le 02 Decembre 2013
4 min

L’administrateur réseau est, en quelque sorte, le “monsieur Qualité” du réseau, le garant de son bon fonctionnement. Le détail de ses fonctions avec Jean-Michel Oullion, auteur du guide Les métiers d’Internet, publié aux éditions l’Etudiant.

Dans la pratique, le rôle de l'administrateur réseau surpasse celui de simple superviseur pour devenir celui d'un généraliste Internet-intranet qui maîtrise l'ensemble des systèmes disponibles.


Une activité quotidienne qui privilégie la qualité
  

L'administrateur réseau est responsable de la disponibilité des services en réseau vis-à-vis du reste de l'entreprise et de leur accessibilité pour l'ensemble des utilisateurs. Ce n'est pas un informaticien focalisé sur des questions techniques mais bien un professionnel chargé de veiller à la qualité du service.

Ainsi, Benjamin, co-gérant et responsable technique de l’agence de communication Decanet depuis 2011, administre tous les aspects techniques des projets : administration système, développement Web ou d’applications pour tablette et Smartphone.
 

Auparavant, il a été durant deux ans webmaster et administrateur réseau pour le compte de l’agence CréAgrum’ où il était chargé de plusieurs missions : rendre fiable le réseau (en évitant les coupures de service notamment), le faire évoluer en fonction des nouvelles technologies mais aussi des besoins des clients, et assurer sa sécurité (les serveurs et les données qui y transitent).


Des périodes d'astreinte
  

Quant à Éric, administrateur réseau pour la SSII Devoteam Solutions, il doit assurer, en mission chez de grands comptes, le maintien de l'infrastructure réseau, ce qui passe par la gestion d'incidents récurrents, mais aussi des astreintes ("je suis susceptible d'être appelé la nuit ou le week-end") et des interventions à distance depuis chez lui.

"Je suis également sollicité pour donner un avis technique de faisabilité pour de nouveaux projets ou pour le déploiement d'équipements comme des routeurs, des firewalls ou des équipements Wi-Fi. Sans oublier l'analyse des courbes de charge pour voir si un site est saturé ou non, afin de maintenir une qualité de service réseau en priorisant des applications par rapport à d'autres. En résumé, faire ce que l'on appelle de la métrologie réseau."


Un féru de technologies
  

Ne comptez pas devenir administrateur réseau sans de solides études techniques. Ainsi, pour parvenir à son poste actuel, Benjamin a cumulé un DUT génie des réseaux et télécommunications et une licence de responsable technique des applications Internet (Web).

Éric, lui, n'a pas suivi de formation initiale informatique mais des études d'électronique. Il a commencé l'informatique par la partie système et s'est spécialisé dans les réseaux via des formations au CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) et des certifications Cisco.


Des qualités hors norme
  

D'un administrateur réseau, on attend, selon Benjamin, "une bonne gestion des situations de stress, c'est-à-dire de savoir, en un minimum de temps et malgré la pression, analyser un problème, proposer une solution et l'appliquer. Mais il s'agit aussi d'être disponible presque en permanence car un serveur peut tomber en panne au milieu de la nuit".

"L'administrateur doit aussi anticiper les besoins des futurs projets, ajoute Éric, il doit assurer la mise à jour des équipements toujours dans un souci de maintenir son parc en condition opérationnelle."


Une évolution de carrière ouverte
  

Pour Benjamin, "la carrière d'un administrateur réseau tend vers deux points. Le premier est très étroitement lié à l'évolution des technologies. Un administrateur réseau qui, comme moi, à la base, ne connaissait que les technologies LAMP (Linux, Apache, MySQL, PHP, soit les technologies les plus utilisées pour de l'hébergement Web) peut devoir apprendre les technologies de téléphonie sur IP, par exemple, ou de vidéoconférence. Par ailleurs, l'administrateur réseau, accaparé par la technique en début de carrière, peut être conduit à privilégier le management au fil du temps, en dirigeant une équipe de techniciens réseau".

Si l'évolution logique est le poste de directeur technique, voire celui de DSI (directeur des systèmes d'information), il est aussi possible d'envisager une fonction d'architecte réseau ou d'ingénieur d'affaires. Dans tous les cas, pour progresser, il faut revalider régulièrement ses compétences car l'informatique évolue très vite. Et travailler sa pratique de l'anglais !

Articles les plus lus

A la Une métiers qui recrutent

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !