1. Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez vendre et conseiller ?
Boîte à outils

Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez vendre et conseiller ?

Envoyer cet article à un ami
Annabelle, 27 ans, créatrice du site de e-commerce My Couture Corner : "Comme pour un commerce classique, il faut faire entrer le chaland dans sa e-boutique." // © Mat Jacob/Tendance Floue pour l'Etudiant // © Mat Jacob / Tendance Floue pour l'Étudiant
Annabelle, 27 ans, créatrice du site de e-commerce My Couture Corner : "Comme pour un commerce classique, il faut faire entrer le chaland dans sa e-boutique." // © Mat Jacob/Tendance Floue pour l'Etudiant // © Mat Jacob / Tendance Floue pour l'Étudiant

Vendeur en magasin, chef de rayon, acheteur ou attaché commercial, si les métiers de la vente souffrent encore d’une image un peu négative, ils fournissent de l’emploi et des opportunités d’évolution de carrière.

QUELS MÉTIERS POUR DEMAIN ?

Dans les 10 ans à venir seront à pourvoir 230.000 postes de vendeur en magasin, 190.000 postes dans les métiers de la maîtrise des magasins et des cadres intermédiaires du commerce (chef de rayon, acheteur...). La grande distribution recrute massivement.
Dans les métiers non sédentaires, 150.000 postes d'attaché commercial et de représentant sont prévus.

Les métiers de la vente évoluent de plus en plus vers le conseil et requièrent une grande expertise, le client devenant de plus en plus exigeant et s'informant sur le Net. Le commerce en ligne, c'est d'ailleurs aujourd'hui 157.000 sites marchands, selon la FEVAD (Fédération du e-commerce et de la vente à distance). Et les Français ont dépensé 57 milliards d'euros en achats sur Internet en 2014.

Un bac pro pour débuter

Pour débuter sur le terrain, il existe 2 bacs professionnels. Le bac pro vente (prospection, négociation, suivi de clientèle) forme davantage au métier de commercial pour les entreprises, de tout secteur d'activité, et le bac pro commerce, à celui de vendeur en magasin.

Mais une formation de niveau bac+3 de type licence professionnelle ou Bachelor est de plus en plus souvent exigée.

Comptez de 25.000 à 30.000 € de salaire annuel brut en début de carrière.

POUR MOI OU PAS LE COMMERCE ?

Pictos vrai Oui si vous avez un grand sens de l'écoute. Un(e) bon(ne) vendeur(se) n'a pas que du bagout. Il (elle) sait poser des questions pour comprendre les besoins du client.

Pictos vrai Oui si vous êtes soigneux(se) de votre personne. Les métiers de la vente exigent une excellente présentation : il faut faire bonne impression dès les premières secondes.

Pictos vrai Oui si vous avez l'âme d'un(e) négociateur(rice). Un(e) bon(ne) vendeur(se) aime argumenter.

Non si vous abandonnez quand le client vous dit non. Pour un(e) vrai(e) vendeur(se), la vente commence quand le client dit non.

ELLE Y TRAVAILLE DÉJÀ : ANNABELLE, 27 ANS, CRÉATRICE D'UN SITE DE E-COMMERCE
Boss du e-commerce, c'est le métier d'Annabelle. "Pour le mariage d'une amie, je cherchais une robe mais je ne souhaitais pas l'acheter. Aucun site Web ne proposait de louer des robes de soirée haut de gamme." Partant d'un besoin personnel, Annabelle a créé sa e-boutique de location en ligne de robes de grands couturiers, My Couture Corner, au début de 2014. Une robe s'y loue à partir de 50 € et est livrée dans les deux heures sur Paris. "Une robe Alberta Ferreti, prix boutique 1.183 €, se loue par exemple 110 €. Comme pour un commerce classique, il faut faire entrer le chaland dans sa e-boutique, cerner son besoin, répondre à ses attentes avec un assortiment de produits appropriés", explique la e-commerçante.

Après son bac ES, obtenu au lycée Richelieu de Rueil-Malmaison (92), Annabelle suit des études juridiques à l'université de Paris-Nanterre et décroche un master en droit français et espagnol. "C'est un stage de six mois à Tel-Aviv [en Israël, NDLR], où j'ai découvert le monde des start-up, qui m'a donné envie de créer une entreprise dans le e-commerce. Pour compléter ma formation, j'ai suivi, en 2013, le mastère innover et entreprendre de l'ESCP Europe, où j'ai aussi rencontré mes futurs associées et partenaires."

Annabelle se verse une rémunération symbolique de 500 €, brut, par mois. Mais, dès que le site aura atteint sa vitesse de croisière, la e-commerçante ajustera son salaire. "Pour l'heure, je complète mes revenus par des missions de conseil en free-lance, des cours que je peux donner..."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez programmer et coder ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez compter et gérer ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez construire et rénover ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez divertir et animer ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez organiser et planifier ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez rechercher et innover ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez réparer et entretenir ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez soigner et aider ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez transmettre et enseigner ? Métiers qui recrutent : lesquels si vous voulez vendre et conseiller ?