1. Métiers
  2. Les metiers qui recrutent
  3. Travailler dans le secteur de l’ESS (économie sociale et solidaire)
  4. Quels emplois dans le secteur de l’ESS (économie sociale et solidaire) ?
Boîte à outils

Quels emplois dans le secteur de l’ESS (économie sociale et solidaire) ?

Envoyer cet article à un ami

Il représente pas moins de 10 % de l’emploi en France. Surtout, il crée des postes non délocalisables pour la plupart, dans des domaines relevant de l’intérêt général (santé, enseignement, action sociale, services à la personne...) et innovants (développement durable, commerce éthique...). Pas étonnant que le secteur de l’ESS (économie sociale et solidaire) attirent de plus en plus de jeunes. Mais à quoi ces derniers doivent-ils s’attendre ?

“Entre 2001 et 2006, le secteur de l’ESS a créé, proportionnellement, 2 fois plus d’emplois que le reste du secteur privé”, affirme Jean Louis Cabrespines, président du CNCRES (Conseil national des chambres régionales de l’économie sociale). L’ESS peut même se féliciter d’avoir été à l’origine de la création de près d’un emploi sur 5 chaque année entre 2006 et 2008, d’après le Panorama 2010 de l’ESS en France et dans les régions.

Et la tendance devrait s’accentuer. Ce dernier prévoit en effet de nombreuses embauches dans les années qui viennent. “Avec 335.000 salariés de plus de 55 ans, c’est plus d’1 salarié sur 7 qui devrait prendre sa retraite d’ici à 2018”, indique l’étude. Un phénomène qui touche plus particulièrement les cadres. De quoi vous laisser un peu plus de 7 ans de réflexion pour mûrir un projet et suivre la bonne formation pour trouver votre place dans ce secteur vaste, qui regroupe 215.000 établissements employeurs et compte 2,3 millions de salariés.

Impossible de dresser une liste exhaustive des métiers. “Il n’y a pas vraiment d’emplois spécifiques à l’économie sociale et solidaire”, précise le Jean Louis Cabrespines, président du CNCRES, avant de préciser qu’”il y a des branches dans lesquelles l’ESS est plus représentée, comme l’aide à la personne, l’éducation dans les associations éducatives complémentaires de l’école publique ou les fédérations d’éducation populaire, qui interviennent sur le temps périscolaire, dans l’aide au devoir ou autour des classes de découverte, par exemple”. Des branches, qui permettent d’y voir un peu plus clair du côté des métiers. C’est l’entrée choisie par l’USGERES (Union de syndicats et groupements d'employeurs représentatifs dans l'économie sociale), qui devrait proposer, avec Pôle Emploi, un référentiel de 70 métiers propres à l’économie sociale, avant la fin de l’année 2010.


Travailleurs sociaux, professionnels de l’animation : en masse


L’action sociale, la culture, le sport et l’éducation populaire, sont les plus gros secteurs employeurs du monde associatif, qui représente à lui seul près de 80 % des emplois de l’ESS. Travailleurs sociaux et professionnels de l’animation sont recrutés sur des diplômes, certificats et brevets spécifiques, comme le CAFERUIS (certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale) ou le DEFA (diplôme d'État relatif aux fonctions d'animation). Reste que le titulaire d’un master en animation des espaces ruraux pourra être recruté par une association sur un poste de "chargé de mission", pour animer un réseau d’acteurs multiples sur un territoire, par exemple.

Des intitulés de postes plutôt flous. "Chargé de mission", "chef de projet", "coordinateur", ou encore "délégué national", une multitude de profils sont susceptibles d’être recrutés sur de tels postes, qui ne signifient pas forcément grand-chose. “Les intitulés sont parfois très flous et pour savoir si vous avez le profil, il faut regarder de près le contenu de l’offre”, conseille Guillaume Chocteau, secrétaire général de l’association Ressources solidaires, qui propose sur son site Internet des offres d’emplois dans le secteur.


Accompagnement des personnes âgées, handicap : de l'avenir


Autre domaine très représenté dans l’ESS : l’action sanitaire et sociale. Et dans le secteur de la dépendance des personnes âgées et handicapées, l’USGERES prévoit la création de 400.000 emplois d’ici 2015. Agent de vie sociale, assistant(e) de service social, assistant de vie, éducateur... Impossible, là encore, de dresser une liste exhaustive des métiers, mais vous pouvez imaginer travailler dans une association d’aide à la personne, une clinique mutualiste, ou un établissement pour enfants en situation de handicap, pour ne citer qu’eux.


Finance et assurance : près de 750 employeurs


Analyste de crédit, auditeur, chargé d’affaires financières, gestionnaire de contrat d’assurance... Si vous êtes plutôt attiré par les métiers de la banque ou de l’assurance, sachez qu’existent des banques et mutuelles à but non lucratif, dont les clients sont propriétaires. Vos employeurs ? Le Crédit Mutuel, la Caisse d’Epargne, la Banque Populaire, le Crédit agricole et le Crédit coopératif, côté coopératives bancaires. Près de 700 employeurs, côté mutuelles de santé (MGEN, LMDE,...) et une petite cinquantaine dans les mutuelles d’assurance (GMF, MACIF, MAAF, MAIF, MATMUT,...).


Commerce et marketing : + 5 % par an


Vous avez envie de mettre votre sensibilité marketing et commerciale au service de l’intérêt général ? Pourquoi n’envisageriez-vous pas de vous spécialiser dans la levée de fonds et le mécénat d’entreprise ? L’activité d’une importante majorité (66 %) de fondations consiste à distribuer des fonds sous la forme de subventions, bourses, prix, voire prêts pour des projets. Sachez que les compétences des diplômés d’écoles de commerce intéressent particulièrement les fondations qui organisent des collectes de fonds. Et que l’emploi (équivalent temps plein) se développe fortement dans les fondations, avec une progression de + 5 % par an en moyenne.


Tous azimuts dans les SCOP


Le BTP (bâtiment et travaux public) reste la branche professionnelle la plus importante des SCOP (sociétés coopératives ouvrières de production), avec 30 % des emplois. Autre secteur historique, l’imprimerie, qui cède la place aux nouveaux métiers de la chaîne graphique.
Mais les SCOP essaime aujord'hui un peu partout : commerce, industrie, services, artisanat. Monter une telle structure est un moyen d’entreprendre, dans le commerce et l’artisanat, notamment. Le réseau des SCOP accompagne les entrepreneurs coopératifs à la création et dans leur développement, quel que soit leur projet.

Les métiers de la radio aussi


À la marge des gros secteurs de l’économie sociale, vous pouvez tout à fait vous rêver journaliste, animateur, technicien ou réalisateur dans l’économie sociale et solidaire. Si c’est votre ambition, aller voir du côté des radios associatives, qui emploient près de 3.000 salariés. Appelées généralement “radio libres”, elles représentent 1.072 fréquences en France et dans les collectivités d'outre-mer, sur les 3.450 fréquences allouées au secteur privé de la radiodiffusion. L’avantage, c’est que vous pouvez y faire vos classes en tant que bénévole.


Compta, com et RH : indispensables partout


À noter que les fonctions dites “support”, se retrouvent généralement dans l’ensemble des entreprises de l’économie sociale. Aussi pouvez-vous y être embauché comme chargé de communication, comptable, secrétaire, assistant ou dans le domaine des ressources humaines. Quand une entreprise de l’ESS embauche une comptable, c’est parce qu’elle a besoin d’une comptable. “En ce sens, l’ESS se positionne comme les autres sur le marché de l’emploi, conclut Jean Louis Cabrespines, président du CNCRES. Les gens postulent parfois dans ce secteur sans le savoir, simplement parce qu’il y a un poste à pourvoir. Et découvrent ensuite qu’ils ne travaillent pas dans une entreprise comme les autres.”


Dispositif “Jeun’ESS”
Un protocole d’accord pour la création du dispositif “Jeun’ESS” a été signé le 28 octobre 2010 par Marc Philippe Daubresse, alors ministre de la Jeunesse et Solidarités actives, avec la Fondation MACIF, la Fondation Crédit Coopératif, la MAIF, la Fondation Groupe chèque déjeuner, la Fondation AG2R la Mondiale, la MGEN, l’ASFONDES.
Ce dispositif vise à promouvoir l’ESS, notamment dans le milieu éducatif, à soutenir les initiatives à développer les bonnes pratiques des entreprises de l’ESS pour favoriser l’insertion professionnelle et l’intégration des jeunes.

Pour aller plus loin : VidéoChat : "Les métiers de l'ESS (économie sociale et solidaire) expliqués par des professionnels" / Trouver un job dans l’ESS (économie sociale et solidaire) grâce aux réseaux sociaux / Travailler dans l’économie sociale et solidaire, c’est comment ? / Comment trouver un stage dans l’économie sociale et solidaire

Sommaire du dossier
Retour au dossier Quels emplois dans le secteur de l’ESS (économie sociale et solidaire) ?