1. Supérieur
  2. Médecine / Santé
  3. Paramédical : 5 cursus méconnus aux débouchés assurés
Boîte à outils

Paramédical : 5 cursus méconnus aux débouchés assurés

Envoyer cet article à un ami
Orthoptie, psychomotricité, ergothérapie… Des filières moins connues, mais pas moins porteuses en termes de débouchés. // © iStockphoto
Orthoptie, psychomotricité, ergothérapie… Des filières moins connues, mais pas moins porteuses en termes de débouchés. // © iStockphoto

Il n’y a pas qu’infirmier ou kiné pour travailler dans le paramédical. Découvrez au travers de témoignages d’étudiantes cinq cursus menant à des métiers qui respirent la santé. Comment on y entre, ce qu’on y apprend, à quoi cela mène : zoom sur des formations aux débouchés assurés.


Elles sont étudiantes en orthoptie, en psychomotricité, en manipulation en électroradiologie médicale, en orthophonie ou en ergothérapie. Ces cinq élèves ont choisi des filières moins connues que celles menant aux métiers d’infirmier ou de kiné, mais pas moins porteuses en termes de débouchés. Pour l'Etudiant, elles racontent ce qu'elles y apprennent, comment elles ont été sélectionnées, ce qui les attend à la sortie… L'occasion de découvrir des filières qui ne sont pas seulement ouvertes aux scientifiques et auxquelles on ne pense pas forcément.

Au sommaire
  

Hanna, 25 ans, étudiante orthoptiste à Paris : “Les diplômés de juin trouvent souvent un emploi en septembre, au maximum”

Échaudée par une première année de médecine, déçue par ses études en sciences de la vie, Hanna découvre par hasard le métier d’orthoptiste, “le kiné des yeux” comme elle le définit. Elle est aujourd’hui en troisième année de l’école d’orthoptie rattachée à l’université parisienne Pierre-et-Marie-Curie, où elle apprécie le côté très pratique de ses études.

Après son bac ES, elle envisageait de faire des études de psychologie… jusqu’à ce qu’elle découvre, par l’entremise de sa sœur, le métier de psychomotricien. Une révélation pour Julie, qui parvient à entrer dans un institut de formation spécialisé lui offrant beaucoup d’oppportunités pour exercer son futur métier.
 

Marie, 21 ans, étudiante manipulatrice en électroradiologie médicale à Marseille (13) : “Dans cette voie se mêlent la physique et le social”

Même si c’est par défaut que Marie, qui voulait faire médecine, s’est retrouvée en IFMEM (institut de formation de manipulateurs en électroradiologie médicale), l’étudiante en troisième annéese sent finalement très bien dans cette voie qui pourrait lui permettre d’évoluer à l’étranger.

Florence, 21 ans, étudiante orthophoniste à Montpellier (34) : “Dans ma promo, nous sommes tous issus de bacs différents”

Pour affronter les concours très sélectifs des centres de formation en orthophonie, Florence, 21 ans, est passée par une prépa privée. Aujourd’hui en avant-dernière année, elle goûte le plaisir de découvrir au fil de ses études les multiples facettes du métier.

Gilliane, 22 ans, étudiante ergothérapeute à Nancy (54) : “On apprend à s’ouvrir aux autres”

C’est en regardant une série télé que Gillliane découvre le métier d’ergothérapeute, qui mêle rééducation et réadaptation. Elle qui voulait devenir éducatrice spécialisée y trouve alors un bon moyen d’allier travail dans la santé et solidarité.
Et aussi : pensez aux formations de prothésistes
Après le bac, d’autres formations, également méconnues, mènent pourtant à des métiers dont la France a grand besoin…
Audioprothésiste. Six établissements (cinq publics et un consulaire) délivrent en trois ans le diplôme d’État d’audioprothésiste, dont la mission consiste à appareiller les malentendants. Les étudiants alternent cours pratiques et théoriques (maths, anatomie, audiologie, biophysique, linguistique…) et 49 semaines de stage sont prévues.
Prothésiste dentaire. Un BTS (brevet de technicien supérieur) prothésiste dentaire a été créé à la rentrée 2012. La première session d’examens aura donc lieu en 2014. Il existe également un BTM (brevet technique des métiers) et un BTMS (BTM supérieur) de niveau bac+2. Le prothésiste dentaire hautement qualifié organise et encadre la fabrication des prothèses dentaires (dentiers, couronnes, implants…).
Orthoprothésiste et podo-orthésiste. L’orthoprothésiste conçoit, fabrique et adapte des prothèses et des orthèses (corset, bras ou jambe mécanique…). Le podo-orthésiste est spécialisé dans l’appareillage du pied. Deux BTS existent : le BTS prothésiste-orthésiste et le BTS podo-orthésiste. Ces diplômes permettent d’obtenir des responsabilités de technicien supérieur.

Pour aller plus loin

Paramédical, côté études et métiers
Les métiers paramédicaux en fiches.
Les études pour travailler dans le paramédical.
“Réussir son concours paramédical” : à commander sur letudiant.fr.
“Les carrières paramédicales” : un guide à commander sur letudiant.fr.

Devenir infirmier(e)
Test : êtes-vous fait pour devenir infirmier ?
Les débuts de Sandie, jeune infirmière.
Reportage dans un IFSI : sur le terrain avec les élèves infirmiers.
Du chômage chez les jeunes diplômés infirmiers : un phénomène nouveau.

Devenir kinésithérapeute
Vidéo : le métier de masseur-kinésithérapeute.
Les études de kiné selon Noémie, étudiante à Toulouse.

Devenir osthéopathe
Devenir ostéopathe : quelle école pour vous ?
Vidéo : zoom sur le métier d'ostéopathe.

Pour aller plus loin : Quelles études pour travailler dans le secteur paramédical, avec ou sans le bac ? / Chat vidéo : "Études paramédicales : comment devenir psychomotricien" / Où s'inscrire à la rentrée : les écoles spécialisées qui vous accueillent encore / BTS diététique

Sommaire du dossier
Hanna, étudiante orthoptiste à Paris : “Les diplômés de juin trouvent souvent un emploi en septembre” Julie, étudiante psychomotricienne à Loos : “Un métier qui associe le corps et l’esprit” Marie, étudiante manipulatrice en électroradiologie médicale à Marseille : “Dans cette voie se mêlent la physique et le social” Florence, étudiante orthophoniste à Montpellier : “Dans ma promo, nous sommes issus de bacs différents” Gilliane, étudiante ergothérapeute à Nancy : “On apprend à s’ouvrir aux autres” Formations dans le paramédical : pas que pour les scientifiques