1. Compta-gestion : les spécialistes des techniques comptables

Compta-gestion : les spécialistes des techniques comptables

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Compta-gestion : les spécialistes des techniques comptables Compta-gestion : les analystes et les stratèges Compta-gestion : les garants de la loi

Si les effectifs dans le domaine de la comptabilité, de la gestion et de l’audit progressent, le niveau requis de qualification et de spécialisation augmente aussi.

Quels métiers viser ?
"J’en parlerai à mon comptable…" Sans ce pro des chiffres et de la réglementation fiscale, artisans et chefs d’entreprise seraient démunis. Salarié, associé ou à son compte, le comptable contrôle recettes et dépenses, prépare les documents de paie, établit bilans et comptes de résultats. Dans les entreprises ayant des réserves d’argent importantes, il travaille avec un trésorier. Proche du directeur financier, ce spécialiste des opérations bancaires s’assure que la société est en mesure d’honorer ses paiements et trouve des placements judicieux pour valoriser les fonds disponibles. Les groupes réunissant plusieurs sociétés ont recours également aux services d’un responsable consolidation (ou "consolideur"), chargé de collecter les informations comptables des différentes filiales et d’en tirer une synthèse financière. Quant au fiscaliste, juriste spécialisé dans la législation fiscale, il accompagne et conseille les différents services de l’entreprise dans leurs projets financiers et commerciaux.

Quelles formations ?
Le BTS (brevet de technicien supérieur) CGO (comptabilité et gestion des organisations) et le DUT (diplôme universitaire de technologie) GEA (gestion des entreprises et des administrations) option finance-comptabilité sont les diplômes de base de la filière comptable. Cependant, un titre de niveau supérieur – à bac + 3, le DCG (diplôme de comptabilité et de gestion), une licence professionnelle gestion comptable et financière des PME, etc. ; à bac + 5, un master pro en comptabilité ou finance, une école supérieure de com­merce, etc. – est un plus à l’embauche et facilite les progressions de carrière. Dans le domaine du droit, plusieurs masters spécialisés sont appropriés : master professionnel en droit des affaires, en fiscalité internationale, etc.

Patricia Holl