1. May-Line : STAPS ou kiné ?

May-Line : STAPS ou kiné ?

Envoyer cet article à un ami

La terminale ST2S (sciences et technologies de la santé et du social, ex-SMS) vise à mieux préparer ses élèves à l’enseignement supérieur. Tant mieux pour May-Line, qui hésite entre fac de sport et école de kiné.

"Je n’ai jamais voulu être infirmière. Mon bac mène à bien d’autres métiers !" May-Line, 18 ans, en terminale ST2S (sciences et technolo­gies de la santé et du social) au lycée Marie-Curie, à Versailles (78), n’aime pas les idées reçues. Dès la classe de seconde, elle a choisi l’option SMS (sciences médico-sociales). Une spécialité qu’elle appréciait énormément. "On y abordait des sujets de la vie courante: la Sécurité sociale, l’assurance-maladie, le fonctionnement des hôpitaux, la construction d’un organigramme... J’aime bien être capable d’expliquer à d’autres ces sujets complexes." Mais entre-temps, la série du bac a changé de nom et de programme ! "En première, nous avons vécu tous les changements, raconte May-Line. Nous étions très mal informés, on ne l’a su qu’en fin de seconde. Comme le stage de première était supprimé, certains ont même choisi de partir pour faire autre chose."
 
La rénovation de la série du bac de May-Line se caractérise entre autres par un renforcement des enseignements scientifiques, y compris en physique, en chimie et en maths. L’un des objectifs annoncés de cette réforme en profondeur était de faciliter l’accès aux emplois techniques du paramédical et du social, c’est-à-dire aux écoles spécialisées où les titulaires d’un bac SMS se trouvaient trop souvent en concurrence avec les bacheliers scientifiques : formations d’infirmier, d’audio-prothésiste, de pédicure-podologue, de technicien en analyses biomédicales, de manipulateur en électroradiologie médicale... "Les nouveaux programmes sont très lourds, souligne May-Line. En biologie, il y a deux fois plus de choses à apprendre. Ce sera dur, mais je sais que la nouvelle filière doit nous faire réfléchir plus et nous aider à poursuivre nos études." Ce qui, personnellement, l’arrangerait plutôt... Car elle mûrit consciencieusement son projet d’orientation pour l’après-bac.

Géraldine Dauvergne
Sommaire du dossier
Prof de sport... pour les petits Trop juste en sciences pour être kiné ? Nos conseils