1. Supérieur
  2. Ecoles spécialisées
  3. Banc d’essai des formations en journalisme : laquelle pour vous ?
  4. Cursus reconnus : si vous aspirez à intégrer de grands médias

Cursus reconnus : si vous aspirez à intégrer de grands médias

Envoyer cet article à un ami

Les cursus préparant aux métiers du journalisme n’ont jamais été aussi nombreux. Mais que deviennent leurs étudiants ? Quelles formations permettent de travailler dans les médias nationaux, les titres régionaux, la presse en ligne, l’audiovisuel… ? Enquête exclusive sur l’insertion de ces jeunes diplômés et banc d’essai de la petite centaine de filières spécialisées.

On compte 13 établissements délivrant une formation reconnue par la profession pour une durée de 5 ans. Ces filières s’adressent à des jeunes prêts à passer un concours hautement sélectif (moins de 10 % d’admis, voir encadré ci-dessous), la majorité des établissements nécessitant d’avoir un niveau bac+3. 


Pour ceux qui visent les grands médias


C’est l’une de ces formations qu’il faut viser si vous souhaitez travailler dans un grand média à diffusion nationale. France Télévisions, Radio France mais aussi des groupes régionaux comme Sud-Ouest, travaillent en priorité (pour les remplacements d’été) avec les élèves des cursus reconnus.

Plus précisément, plus d’un tiers des diplômés de ces écoles (34,5 %, contre 13 % des diplômés d’écoles non reconnues) se retrouvent dans les grands médias nationaux selon une enquête de Christine Leteinturier (IFP-CARISM 2010) portant sur les nouvelles cartes de presse 2008.

Ces filières reconnues fournissent aussi chaque année de nombreux lauréats aux différents prix et bourses destinées aux jeunes journalistes.


Débuts précaires aussi pour ces diplômés


Les 13 établissements affichent un taux d’emploi très honorable de 95 % pour les diplômés 2010. Cela dit, cette apparente “bonne insertion” est à moduler. Comme le montre notre enquête insertion (décembre 2011), 18 mois après leur sortie, on compte 20 % des diplômés en CDI, 46 % en CDD et 29 % en piges. Quant au niveau moyen de salaire, il reste inconnu de la plupart des écoles sollicitées.

D’un établissement à l’autre, la part de CDI est très variable : de 9 % (CFJ Paris, ESJ Lille) à 46 % (EDJG Grenoble). “Certains de nos élèves n’acceptent pas immédiatement un CDI, car ils aspirent à intégrer certains médias et pas forcément la presse quotidienne régionale”, justifie Christophe Deloire, directeur du CFJ (Centre de formation des journalistes), à Paris.

Pourtant, et compte tenu du fait que plus de la moitié des écoles sont en région, on retrouve aussi 41 % des diplômés dans les médias de proximité et 20 % dans l’information spécialisée. Exemple avec l’EJT (École de journalisme de Toulouse), qui a diplômé 35 élèves en 2010, dont 10 ont obtenu un CDI. Ces derniers se retrouvent à Sud-Ouest, à la Tribune de Lyon, Ouest-France, 20 minutes Paris, France 3 Sud, Objectif News (média régional de Midi-Pyrénées), Direct Matin (deux CDI). Par ailleurs, deux autres diplômés ont été recrutés en CDI à TNS Sofres et en agence de communication.

Des cursus reconnus… et très sélectifs

On se bouscule à l’entrée des 13 formations reconnues par la profession. Celles-ci acceptent des effectifs limités d’étudiants : entre 20 étudiants (EJDG Grenoble, EJCM Marseille) et 60 étudiants (ESJ Lille) par promotion.

Au final, moins d’un étudiant sur 10 candidats est admis. Par exemple, en 2011, l’IUT de Tours a reçu 697 candidats pour 25 places (soit 3,6 % de sélection). Au CFJ, en 2011, l’école a enregistré 840 candidatures pour 40 places (environ 5 %).

En dehors de l'IUT de Tours et de l'IUT de Lannion, qui recrutent directement à bac, les autres établissements exigent un bac+2 ou bac+3. Si tout type de formation peut convenir pour préparer le concours, dans les faits, la majorité des élèves reçus aux concours ont fait des études au sein des IEP (instituts d’études politiques) ou à l’université, en science politique ou droit, suivie des filières histoire ou lettres-langues.

De nombreuses formules de préparation aux concours existent, certaines gratuites, la plupart payantes, délivrées par les écoles, par l’université ou par des établissements privés. Pour en savoir plus sur les prépas, consultez notre dossier “Écoles de journalisme : 16 prépas à la loupe”.


Pour aller plus loin : Formations en journalisme, les conseils des pros de la presse écrite et Web / Formations en journalisme, les conseils des pros de la télévision / Formations en journalisme, les conseils des pros de la radio / Journalisme : comment bien démarrer dans le métier / Les débuts de deux jeunes diplômés en journalisme

Sommaire du dossier
Retour au dossier Quelle insertion après une formation en journalisme ? Notre enquête exclusive Le banc d’essai des formations en journalisme reconnues par la profession Cursus reconnus : si vous aspirez à intégrer de grands médias Le banc d’essai des formations privées en journalisme non reconnues Formations non reconnues : si vous visez les médias de proximité ou les médias spécialisés Le banc d’essai des formations universitaires en journalisme non reconnues Formations universitaires de journalisme : des débouchés dans tous les médias Journalisme en alternance : pour les plus matures des candidats