1. Yelena, en BTS viticulture et œnologie : "Mes parents étaient réticents à l’idée que je m’oriente dans le vin"
Témoignage

Yelena, en BTS viticulture et œnologie : "Mes parents étaient réticents à l’idée que je m’oriente dans le vin"

Envoyer cet article à un ami

Yelena, 23 ans, en 2ème année de BTS Viticulture et œnologie en alternance
Yelena, 23 ans, en 2e année de BTS viticulture et œnologie en alternance :
"Mon enthousiasme a convaincu mes parents".
// © Sandrine Chesnel


fleche-rouge Comment avez-vous choisi cette orientation ?
J'ai passé un bac SMS (devenu bac ST2S) parce que mes parents travaillent dans le social et que je n'avais pas d'idée précise de métier. Mais l'été de l'obtention de mon bac, j'ai travaillé dans une cave coopérative. Je m'occupais de la vente des vins, des commandes, et j'ai adoré cet univers, que j'ai complètement découvert car aucun membre de ma famille ne travaille dans le vin.
J'ai donc cherché un diplôme qui me prépare à exercer dans ce secteur et j'ai passé le BPREA (brevet professionnel responsable d'exploitation agricole) viticulture, avec dans l'idée de travailler ensuite chez un négociant. Pour valider ce diplôme, il faut un an d'expérience professionnelle, c'est ainsi que j'ai commencé à travailler chez un négociant de ma région, Castel Frères. Pour compléter ma formation, mon employeur m'a suggéré de préparer un BTS viticulture et œnologie, en alternance. Depuis 1 an et demi, je partage donc mon temps entre le CFA Agropolis de Montpelier, et mon employeur, à Béziers.

fleche-rouge En quoi consiste votre travail chez votre maître d'apprentissage ?
Je suis laborantine dans un service oeno-technique. Mon maître d'apprentissage s'occupe d'acheter des vins et de les assembler, mon travail consiste à faire les analyses de laboratoire nécessaires pour que le vin corresponde à la charte de qualité des clients. Je vérifie donc le degré d'alcool, la teneur en sucre, en CO2, la densité du vin... Et ça me plaît énormément ! Je trouve ça fascinant de voir comment d'un simple raisin, on peut arriver à un produit aussi élaboré.

fleche-rouge C'est votre premier salon de l'agriculture ?

Oui ! Avec trois autres élèves de ma classe de BTS, nous avons travaillé un an pour réunir les fonds nécessaires au financement du voyage de toute notre classe. Nous sommes ici pour assurer la promotion des vins de notre région, le Languedoc, mais nous avons aussi prévu de visiter Paris !

À consulter aussi

Sur les métiers de l'agriculture
Vidéo : Rémi Beaudoin, conseiller agricole, raconte son métier.
Métiers de l'agriculture : la vraie vie côté champs.
Le guide des métiers de l'agriculture-agroalimentaire.
Quel avenir pour les métiers de l'agriculture ?
Entretien de recrutement dans l'environnement : les conseils d'un pro.

Sur les formations dans l'agriculture 
Le guide des études en agriculture-agronomie.
Se former autrement dans les Maisons Familiales Rurales
Toutes nos fiches BTSA.
Le BTS en viticulture-oenologie selon Aurélien.
L'école d'ingénieurs agronome selon Églantine.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Adrien, 24 ans, éleveur de bovins en Lozère : "Notre exploitation tourne bien avec 50 bovins et 250 brebis" Louise, en 3e année à LaSalle Beauvais : “Ce Salon est un moment idéal pour transmettre notre passion” Célestin Prost, en bac pro technicien conseil et vente en animalerie : “Chaque semaine, nous avons 6 heures de cours d’animalerie” Madeleine, étudiante à l’ESA Angers : "Mon premier stage va se dérouler en Ardèche, chez un éleveur de chèvres" Vétérinaire : un métier qui va du contrôle qualité à l'industrie agroalimentaire ou pharmaceutique Camille, en 1re année d'AgroParisTech : “Sur le Salon de l'agriculture, j'ai l'impression de voir tous nos cours en action” Yelena, en BTS viticulture et œnologie : "Mes parents étaient réticents à l’idée que je m’oriente dans le vin"